M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2017

2581 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 9 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Grâce à votre appui, nous approchons du 5e anniversaire d’existence de notre site Web pro-vie Culture de Vie (www.cqv.qc.ca/blog). Depuis son lancement officiel, en automne 2012, nous avons accueilli près de 3 millions de lecteurs, en provenance des quatre coins de la planète. Et l’aventure se poursuit : depuis le début de cette année, 128 490 utilisateurs ont visité nos pages.

Nous restons à l’affût des récentes tendances vers le format télévisuel en-ligne. Les avancées technologiques actuelles, si fulgurantes, nous permettant d’acquérir, à prix modique, un équipement audiovisuel de qualité, vous verrez sous-peu des nouvelles et des chroniques vidéos pro-vie en-ligne, sur notre site et sur notre poste YouTube (www.youtube.com/user/CampagneQuebecVie). Merci de continuer à nous aider, par vos dons et vos prières, à répandre au Québec et dans le monde entier la vérité sur la Vie et la famille !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

Donner à Campagne Québec-Vie

Le Docteur Couillard contre le suicide assisté

Pour une fois, le ministre de la Santé du Québec Philippe Couillard a pris une position claire et courageuse le 8 juin dernier : il s’est opposé au suicide médicalement assisté au Québec en affirmant « qu’il aurait un peu peur de vivre dans une societé qui définirait légalement comment tuer quelqu’un ».

Pour le Docteur Couillard, lui-même un neurochirurgien de profession, « il y a un potentiel d’abus, un réel potentiel de dérapage éthique » (citations traduites à partir d’un article de la Gazette de Montréal du 11 juin 2007). Ces sages positions sont basées sur la solide expérience médicale du Docteur Couillard. Ça ne signifie aucunement qu’il promeut l’acharnement thérapeutique, car il a précisé dans la même intervention qu’il faut laisser les décisions de fin de vie au bon jugement pratique du médecin, du patient et de la famille qui sauront déterminer le traitement approprié en tenant compte de la douleur du patient.

Le Docteur Couillard se méfie de ceux qui voudraient s’approprier le droit de juger de la valeur de la vie humaine : « Qui définit ce qu’est la qualité de vie? Qui détermine quand la qualité de vie n’est pas bonne ou quand elle ne vaut pas la peine d’être vécue? »