M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le directeur-euthanasieur de la commission de contrôle de l'euthanasie en Belgique part trouver « l'inspiration » à Auschwitz...

Sur le site de riposte catholique.fr du 16 mai 2014, on retrouve cette citation du président de la Commission de contrôle de l'euthanasie en Belgique, lui-même poursuivi pour avoir pratiqué l'euthanasie de patients sans même avoir prévenu la famille de ce dernier : 

(Le Dr Mengele, précurseur des euthanasistes de Belgique et du Pays-Bas)

(Photo : wikipédia sans copyright)

Dans la problématique globale de la fin de vie l’on se trouve sans cesse confronté à la douleur existentielle, à la question du sens, à l’introspection, la dépendance et l’autonomie, l’idée de l’achèvement et surtout de la (de l’in-) dignité. C’est pourquoi il nous a semblé plus que logique d’organiser notre prochain voyage d’études dans un lieu qui est par excellence le symbole d’une fin de vie indigne de l’homme : Oświęcim, mieux connu sous le nom d’Auschwitz, le camp d’extermination nazi en Pologne. Ce lieu nous semble apte à susciter l’inspiration afin d’y réfléchir, en séminaire sur place, à cette problématique, afin de lever la confusion.

La pratique du Dr Distelmans serait plus digne ?

 Organiser un séminaire sur l’euthanasie dans un camp de la mort où l’idée d’une « vie qui ne vaut pas d’être vécue » a pris sa forme la plus extrême est pour le moins bizarre.

Le Dr Distelmans a souvent fait la une des médias du monde entier. Il a été filmée par la télévision au moment où il tuait Nathan Verhelst, en grande souffrance à la suite d’une opération de changement de sexe ratée. Il a pratiqué la première euthanasie double du monde en tuant les jumeaux Marc et Eddy Verbessem, que les services sociaux belges n’avaient pas su aider. Par trois fois au moins, il a été impliqué dans l’euthanasie de personnes souffrant de dépression.

On ne peut que souligner la cohérence d'aller chercher l'inspiration, pour un euthanasieur, à Auschwitz, et la folie de croire que sa pratique diffère d'une quelconque manière de celle des médecins nazis...

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire