M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Avent et Noël 2017

1941 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Il reste 10 jours avant la fin de notre campagne de financement. Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Votre générosité nous permet de dire les vérités que d’autres ne peuvent simplement pas dire tout haut !

Merci de votre appui,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Le cardinal Burke aborde le sujet des « Dubia » un an après leur publication

Burke-march.jpgLe cardinal Léo Burke.

Par dieuetmoilenulsanslui

Sommaire

En souhaitant honorer deux Cardinaux récemment décédés, le Cardinal Américain présente un dernier plaidoyer au Saint-Père pour obtenir de la clarté, affirmant que la « grave » situation s'aggrave continuellement et qu'il est « urgent » que le Pape « confirme ses frères dans la Foi ».

Mise en contexte

Un an jour pour jour depuis que les dubia ont été rendus publics, le Cardinal Raymond Burke a fait un dernier plaidoyer au Saint-Père pour clarifier les principaux aspects de son enseignement moral en parlant de la gravité de la situation qui « s’aggrave sans cesse ».

Dans une interview le 14 novembre avec le National Catholic Register, le Cardinal Burke dit qu'il se tournait à nouveau vers « le Saint-Père et toute l'Église » pour souligner « combien il est urgent que, dans l'exercice du ministère, qu'il a reçu du Seigneur, le Pape devrait confirmer ses frères dans la Foi avec une expression claire de l'enseignement concernant à la fois la morale Chrétienne et le sens de la pratique sacramentelle de l'Église ».

Le 19 septembre l'année dernière, le Cardinal Burke ainsi que le Cardinal Walter Brandmüller, et les Cardinaux Joachim Meisner et Carlo Caffarra, ces deux derniers étant récemment décédés, ont signé les dubia au Pape. Ils ont rendu cette initiative publique le 14 novembre 2016, quand il est devenu clair que le Saint-Père ne répondrait pas.

×

Campagne de financement de l'Avent et de Noël 2017

Merci de nous aider, en ce temps des Fêtes, à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

1941 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Il reste 10 jours avant la fin de notre campagne de financement. Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

Destiné à clarifier les passages contestés du Chapitre 8 de son Exhortation Apostolique post-synodale Amoris Laetitia , les cinq questions appelées dubia — une pratique ancienne et coutumière visant à clarifier les domaines de la Doctrine — ont cherché à déterminer, entre autres, si l'enseignement précédent de l’Église interdisant aux divorcés et « remariés » civilement ayant des relations sexuelles de recevoir les Sacrements [,] est resté en vigueur.

Depuis qu’Amoris Laetitia a été publié en avril 2016, des Conférences Épiscopales, tirant des conclusions à partir de cette Exhortation, ont dit que certaines personnes divorcées remariées civilement peuvent maintenant recevoir les Sacrements en fonction de leur situation personnelle tandis que d’autres Conférences Épiscopales, en appuyant leur position sur l’enseignement pérenne de l'Église, disent que ces personnes divorcées remariées ne le peuvent pas.

« Le souci était et est de déterminer précisément ce que le Pape voulait enseigner en tant que Successeur de Pierre » a déclaré le Cardinal Burke.

« Loin de diminuer l'importance de nos questions », la situation actuelle les rend « encore plus pressantes » a-t-il ajouté.

Il a également précisé dans cette nouvelle entrevue qu'il a l’intention d'honorer les deux défunts Cardinaux en soulignant la position des signataires [des] dubia et en donnant un résumé de la situation.


Edward_Pentin.jpg
Edwad Pentin.

Par : Edward Pentin
Le 14 novembre 2017

SOURCE National Catholic Register

L'interview

Votre Eminence, à quel stade sommes-nous depuis que vous, le Cardinal Walter Brandmüller, et les deux Cardinaux récemment décédés, Carlo Caffarra et Joachim Meisner, avez rendu les dubia publics il y a un an cette semaine ?

Un an après la publication des dubia sur Amoris Laetitia, qui n'ont pas reçu de réponse du Saint-Père, on observe une confusion croissante sur les façons d'interpréter l'Exhortation apostolique. D'où notre préoccupation pour la situation de l'Église et pour sa mission dans le monde qui deviennent de plus en plus urgentes. Bien entendu, je reste en contact régulier avec le Cardinal Walter Brandmüller sur ces questions les plus graves. Nous restons tous deux en profonde union avec les deux Cardinaux défunts Joachim Meisner et Carlo Caffarra, décédés au cours des derniers mois. Ainsi, je présente encore une fois la gravité de la situation qui ne cesse de s'aggraver.

Beaucoup a été dit sur les dangers de la nature ambiguë du chapitre 8 d'Amoris Laetitia, en soulignant qu’elle est ouverte à tant d’interprétations. Pourquoi la clarté est-elle si importante ?

La clarté dans l'enseignement n'implique aucune rigidité qui empêcherait les gens de marcher sur le chemin de l'Évangile, mais, au contraire, la clarté fournit la lumière nécessaire pour accompagner les familles sur la voie d’être des disciples Chrétiens. C'est l'obscurité qui nous empêche de voir le chemin et qui entrave l'action évangélisatrice de l'Église, comme le dit Jésus : « La nuit s'approche, où personne ne peut travailler ». (Jean 9, 4).

Pourriez-vous plus expliquer la situation actuelle à la lumière des dubia ?

La situation actuelle, loin de diminuer l'importance des dubia ou des questions, les rend encore plus pressantes. Ce n'est pas du tout — comme certains l'ont suggéré — une affaire d '« ignorance affectée », qui ne pose de doute que parce qu'on ne veut pas accepter un enseignement donné. Au contraire, la préoccupation était et est de déterminer précisément ce que le Pape voulait enseigner en tant que Successeur de Pierre. Ainsi, les questions découlent de la reconnaissance de l'Office Pétrinien que le Pape François a reçu du Seigneur dans le but de confirmer ses frères dans la Foi. Le Magistère est le don de Dieu à l'Église pour clarifier les questions relatives au Dépôt de la Foi. Par leur nature même, les affirmations qui manquent de cette clarté ne peuvent être qualifiées d'expressions du Magistère.

Pourquoi est-il si dangereux selon vous qu'il y ait des interprétations divergentes d’Amoris Laetitia, en particulier sur l'approche pastorale des personnes vivant en union irrégulière, et plus particulièrement concernant les divorcés et remariés civilement qui ne vivent pas dans la continence et la Sainte Communion ?

Il est évident que certaines des indications d’Amoris Laetitia en ce qui concerne les aspects essentiels de la Foi et de la pratique de la vie Chrétienne ont reçu diverses interprétations qui sont divergentes et parfois incompatibles les unes avec les autres. Ce fait incontestable confirme que ces indications sont ambivalentes, permettant une variété de lectures, dont beaucoup s'opposent à la Doctrine Catholique. Les questions que les Cardinaux ont soulevées concernent donc ce que le Saint Père a enseigné et comment son enseignement s'harmonise avec le Dépôt de la Foi, étant donné que le Magistère « n’est pas au-dessus de la Parole de Dieu, mais il est à son service, n’enseignant que ce qui a été transmis, puisque par mandat de Dieu, avec l’assistance de l’Esprit Saint, il écoute cette Parole avec amour, la garde saintement et l’expose aussi avec fidélité, et puise en cet unique Dépôt de la Foi tout ce qu’il propose à croire comme étant révélé par Dieu ». ( Conc. II, Constitution dogmatique Dei Verbum, n. 10 ).

Le Pape n'a-t-il pas exprimé clairement sa position, par sa lettre aux Évêques Argentins dans laquelle il a dit qu'il n’y a « aucune autre interprétation » que les lignes directrices que les Évêques Argentins ont émises — des lignes directrices qui ont laissé ouverte la possibilité de certains couples non mariés sexuellement actifs de recevoir la Sainte Eucharistie ?

Contrairement à ce que certains ont prétendu, nous ne pouvons pas considérer la lettre aux Évêques de la région de Buenos Aires que le Pape a écrit peu de temps avant de recevoir les dubia et contenant des commentaires sur les lignes directrices pastorales de ces Évêques comme une réponse adéquate aux questions posées. D'une part, ces lignes directrices peuvent être interprétées de différentes manières ; d'autre part, il n'est pas clair que cette lettre soit un texte magistériel dans lequel le Pape a voulu parler à l'Église universelle comme le Successeur de Pierre. Le fait que la lettre ait été connue pour la première fois parce qu'elle a été divulguée à la presse — et rendue publique plus tard par le Saint-Siège — soulève un doute raisonnable quant à l'intention du Saint-Père de la publier à l'Église universelle. De plus, ça serait tout à fait étonnant — et contrairement au désir explicitement formulé par le Pape François de laisser l'application concrète d’Amoris Laetitia aux Évêques de chaque pays (cf. AL 3) — et que maintenant il devrait imposer à l'Église universelle ce que sont seulement des directives concrètes d'une région particulière. Et est-ce que les différentes dispositions promulguées par divers Évêques dans leurs diocèses de Philadelphie à Malte ne seraient-elles pas toutes considérées comme invalides ? Un enseignement qui n'est pas suffisamment déterminé par rapport à son autorité et à son contenu effectif ne peut remettre en cause la clarté de l'enseignement constant de l'Église qui, en tout état de cause, reste toujours normatif.

Êtes-vous également préoccupé par quelques Conférences Épiscopales qui permettent à certains divorcés remariés vivant more uxorio ( avoir des relations sexuelles ) de recevoir la Sainte Communion sans un ferme propos d'amendement et qu’elles soient en contradiction avec l’enseignement du Pape précédent, en particulier l’Exhortation apostolique, Familiaris Consortio, du Pape Saint Jean-Paul II ?

Oui, les dubia ou les questions restent ouvertes. Ceux qui affirment que la discipline enseignée par Familiaris consortio 84 a changé se contredisent quand il s'agit d'expliquer les raisons et les conséquences. Certains vont jusqu'à dire que les divorcés dans une nouvelle union, qui continuent à vivre more uxorio, ne se trouvent pas dans un état objectif de péché mortel ( citant à l’appui AL 303 ) ; d'autres nient cette interprétation ( citant AL 305 ), tout en laissant le soin au jugement de conscience de déterminer les critères d'accès aux Sacrements. Il semble que le but des interprètes est d'arriver, de quelque manière que ce soit, à un changement de discipline alors que les raisons qu'ils invoquent à cet égard sont sans importance. Ils ne se soucient pas non plus de savoir combien ils mettent en péril des questions essentielles du Dépôt de la Foi.

Quel effet tangible a eu ce mélange d'interprétations ?

Cette confusion herméneutique a déjà produit un triste résultat. En fait, l'ambiguïté en ce qui concerne un point concret des soins pastoraux à la famille a conduit certains à proposer un changement de paradigme en ce qui concerne toute pratique morale de l'Église dont les fondations ont été enseignées avec autorité par Saint Jean-Paul II dans son encyclique Veritatis Splendor.

En effet, un processus qui est subversif des parties essentielles de la Tradition a été mis en mouvement. En ce qui concerne la morale Chrétienne, certains affirment que les normes morales absolues doivent être relativisées et qu'une conscience subjective, autoréférentielle, doit recevoir une primauté — en fin de compte équivoque — sur les questions touchant à la morale. Ce qui est en jeu, n’est donc en aucun cas secondaire au message évangélique kérygme ou basique de l’Évangile. Nous parlons de savoir si la rencontre d'une personne avec le Christ peut, par la grâce de Dieu, donner forme au chemin de la vie Chrétienne pour qu'elle soit en harmonie avec le sage dessein du Créateur. Pour comprendre l'ampleur de ces changements proposés, il suffit de penser à ce qui se passerait si ce raisonnement devait s'appliquer à d'autres cas, comme celui d'un médecin pratiquant un avortement, d'un homme politique appartenant à un cercle de corruption, d'une personne souffrante décidant de faire une demande d'aide au suicide ...

Certains ont dit que l'effet le plus pernicieux de tout cela est qu'il représente une attaque contre les Sacrements ainsi que l'enseignement moral de l'Église. Comment est-ce ainsi ?

Au-delà du débat moral, le sens de la pratique sacramentelle ecclésiale s'érode de plus en plus dans l'Église, notamment en ce qui concerne les Sacrements de la Pénitence et de l'Eucharistie. Le critère décisif pour l'admission aux Sacrements a toujours été la cohérence du mode de vie d'une personne avec les enseignements de Jésus. Si, au contraire, le critère décisif devenait maintenant l'absence de culpabilité subjective d'une personne — comme certains interprètes d’Amoris Laetitia ont suggéré — est-ce que cela ne changera pas la nature même des Sacrements ? En effet, les Sacrements ne sont pas des rencontres privées avec Dieu, ni non plus des moyens d'intégration sociale dans une communauté. Ce sont plutôt des signes visibles et efficaces de notre incorporation au Christ et à son Église, au sein desquels l'Église professe et active sa Foi publiquement . Ainsi, en tournant une culpabilité subjective diminuée de la personne ou une absence de sa culpabilité comme critère décisif pour l'admission aux Sacrements, on mettrait en danger la très regula fidei, i.e. la règle de la Foi, que les Sacrements proclament et active non seulement par des paroles, mais aussi par des gestes visibles. Comment l'Église pourrait-elle continuer à être le Sacrement universel du salut si la signification des Sacrements devait être vidée de son contenu ?

En dépit de vous et beaucoup d’autres, y compris plus de 250 universitaires et prêtres qui ont signé une Correction Filiale , ayant clairement des doutes très sérieux sur les effets de ces passages dans Amoris Laetitia, et parce que vous avez reçu jusqu'ici aucune réponse du Saint-Père, êtes-vous ici pour lui faire un dernier plaidoyer ?

Oui, pour ces raisons graves, un an après avoir rendu publics les dubia, je me tourne à nouveau vers le Saint-Père et vers toute l’Église, soulignant combien il est urgent que, dans l’exercice du ministère qu’il a reçu du Seigneur, le Pape doit confirmer ses frères dans la Foi avec une expression claire de l'enseignement concernant à la fois la morale Chrétienne et le sens de la pratique sacramentelle de l'Église.

Campagne de financement Avent et Noël 2017. Merci de nous aider avec un don spécial. L'objectif est de 5000$.

éclaireurs des consciences

Merci de garantir qu’au Québec il y ait au moins un organisme qui puisse dénoncer les dérives de notre époque.

1941 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Il reste 10 jours avant la fin de notre campagne de financement. Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire