M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes.

noel-v1.JPGMerci de nous aider avec un don spécial en ce temps de Noël, où nous célébrons la naissance de notre Sauveur. Notre objectif est de 5 000$. Merci de votre précieuse collaboration.

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

2300 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

La tentative de l'ONU de se venger du Vatican relayé par l'ignorance de Serge Truffaut, employé du journal Le Devoir

Nous vous invitons à lire précédemment l'article de Serge Truffaut.

(Photo : Mathieu Connery sur flickr.com, licence creative commons)

Il est parfois difficile à un bouffeur de curé de voir les faits, aveuglé par une haine profonde que nous ne chercherons pas à expliquer. Mais il arrive que ledit bouffeur de curé soit « journaliste », c’est – à dire publié par une feuille de chou. Cela donne des articles comme celui paru dans le journal Le Devoir du 6 février 2014 répétant les accusations vengeresses du comité des « droits de l'enfant » de l'ONU.

Parlant des agissements du Vatican, l’auteur se permet d’affirmer : « : La somme de ces derniers se conjuguant avec l’abject, il n’y a pas d’autre mot, (…) ». Nous nous permettrons d’affirmer que ce qui nous paraît abject, ce sont les omissions du journaliste dans son article…

Un exemple, le « journaliste » parle du cas américain : « Car l’inventaire des sévices s’avère au fond la définition de l’énormité et de la dépossession de l’identité. À preuve, les chiffres suivants : en 2004, une enquête aux États-Unis a révélé qu’entre 1950 et 2002, 11 000 enfants avaient été victimes de 4400 prêtres »

Ce que le « journaliste » ne dit pas :

-En avril 2002, à la suite de ce scandale, le pape Jean-Paul II convoque onze cardinaux américains au Vatican. À cette occasion, il déclare « qu’il n’y a pas de place dans la prêtrise ni dans la vie religieuse pour ceux qui font ou feraient du mal aux jeunes gens » .

-En juin 2002, l'Église catholique américaine édite une Charte pour la protection des enfants et des jeunes (Charter for the Protection of Children and Young People). Celle-ci prévoit que tout prêtre soit suspendu dès la première accusation, que la justice civile soit systématiquement saisie et que les séminaristes bénéficient d'un accompagnement psychologique durant leur formation. La conférence épiscopale des États-Unis crée la Commission nationale de révision pour superviser les efforts faits pour protéger les mineurs. Cette commission est composée de laïcs ayant des compétences en matière de droit, d'éducation, de communication et de psychologie.

-Le 13 décembre 2002, le cardinal Law, archevêque de Boston (Massachusetts), démissionne. Son successeur dit prier pour la « guérison de l'Église ».

-En 2004, le John Jay report, une étude indépendante du John Jay College of Criminal Justice de New York, rendue publique par l'Église catholique américaine, établit à 4 400 le nombre de prêtres accusés d'abus sur des mineurs aux États-Unis entre 1950 et 2002, soit 4 % de l'ensemble des 110 000 prêtres en fonction pendant cette période. » (Source wikipédia)

L’auteur fait de même pour l’Irlande donnant un chiffre de victimes sans parler de proportions ni des actions sévères qui ont entraîné la démission même d’évêques irlandais.

S’il avait eu l’intention d’informer le lecteur sur les faits, le « journaliste » aurait pu reprendre ces données :

« L’étude de l’Archidiocèse catholique de Chicago concerne tous les prêtres ayant servi dans le diocèse entre le début des années 1950 et le début des années 1990. Sur 2200 prêtres, 40 d'entre eux, soit 1,8 %, ont probablement commis des abus envers des mineurs. Parmi eux un seul avait commis des actes de pédophilie. Le plus souvent, les abus avaient été commis contre des adolescents de 16 à 17 ans190.

D’après le John Jay report191, 4 392 prêtres ont été accusés d'actes d'abus sexuels, entre 1950 et 2002 aux États-Unis. Cela représente plus de 4 % des 109 694 prêtres ayant servi pendant cette période. Peu élevé dans les années 1950, le nombre de cas connus a augmenté dans les années 1960, atteint un pic à la fin des années 1970, diminué dans les années 1980 pour retrouver, dans les années 1990, le même niveau que dans les années 1950 (ibid.)

4 %? Alors que dans le système éducatif américain on parle de 6 à 10 % :

En 2002, le Department of Education a mené une étude sur les abus sexuels dans le système éducatif américain. D'après celle-ci, 6 à 10 % de tous les élèves inscrits dans les Public-School seraient victimes d'abus sexuels pendant leurs scolarité. En 2005, une étude nationale de l'Associated press investigation portant sur la période de 2001 à 2005 conclut, d'après un article du Washington Post, que les enseignants et éducateurs coupables d'abus sexuels sont rarement inquiétés. La plupart des cas d'abus ne sont pas signalés et, quand ils le sont, c'est souvent pour être classés sans suite. D'après les auteurs, les écoles, la justice, les États et le gouvernement fédéral réunis n'ont pas encore trouvé de solution efficace pour éloigner les abuseurs du système scolaire. (source wikipédia)

Oui rappelons-nous l’article indigné de M. Truffaut sur le sujet, selon notre mémoire c’était en… il faudra que nous fassions une recherche sur le sujet.

C’est que M. Truffaut a l’indignation sélective…

Il fait partie de cette meute de journalistes qui passent sous silence les taux élevés d’abus sexuel chez les éducateurs physiques, mais qui sont prêts à ronger de nouveau le même vieil os utilisé depuis des années pour tenter de discréditer l’Église. Nous ne connaissons pas ses motivations.

Mais pour l’ONU, les motivations sont bien connues. Depuis des années, le Vatican dénonce auprès des pays en développement, les visées colonisatrices de l’organisme international, voulant imposer la contraception et l’avortement pour ne pas avoir à aider ces populations où l’enfant serait toujours vu comme un cadeau du ciel s’il n’y avait cette immense pauvreté que certains organismes internationaux pourraient choisir d’aider. Plutôt que de combattre la pauvreté, certains pays occidentaux, membres de l’ONU, préfèrent éliminer les pauvres par avortement… Cela leur semble plus économique.

Alertés par le Vatican des vues racistes de ces pays, les pays en développement refusent majoritairement de participer à cette tentative de génocide mondial. L’ONU ne pardonne pas au Vatican d’avoir mis en lumière ses agissements néfastes.

D’où ce document vengeur où l’on fait comme si aucune démarche, aucun correctif n’avaient été mis en place depuis 20 ans pour évincer les prêtres et évêques fautifs et réparer autant que possible le mal commis.

Dans le journal Métro, on résume ainsi la réplique du Vatican aux accusations malhonnêtes dont elle est victime :

Le Saint-Siège accuse le comité de s’éloigner de son mandat et estime qu’il discrédite l’ONU dans son ensemble.

“Le Vatican estime que le comité a épousé les préjugés de groupes anti-catholiques et a ignoré à la fois le statut unique du Saint-Siège et ses efforts pour résoudre la crise des abus au cours des dernières années.

Il fustige le comité pour une publicité qu’il qualifie d’absolument anormale, qui a été faite à propos de ce rapport, et promet une réponse plus complète à une date ultérieure.”

Mgr Tomasi, observateur du Vatican à l'ONU a ces mots très bien choisis : 

"Le document (de l'ONU) ne semble pas à jour", ajoute le prélat, avant de détailler les mesures prises par l'Eglise catholique contre ces abus. "C'est une question de faits, d'évidence, qui ne peuvent pas être déformés!"

Une publicité anormale disait le Vatican? Le style de publicité que l’on retrouve sous la plume de “journalistes” sans connaissance de la question, tout simplement heureux de pouvoir déverser un fiel composé d’ignorance, de préjugés, mais surtout, d’une profonde haine de cet organisme qui dénonce l’avortement, l’euthanasie et cette culture de mort qu’on retrouve partout en Occident. L’article de Serge Truffaut dans le Devoir en est un bel exemple.

Ce n’est pas la première fois que nous déplorons que le journal Devoir n’ait aucun journaliste ayant un minimum de connaissances religieuses pour traiter de ces questions. Mais plutôt que de nous servir cet ensemble de ragots qu’un journal à potins aurait honte de publier, le journal devrait chercher à combler ces lacunes en engageant un journaliste compétent. Mais il est vrai que pour un journal qui a maintenant pour devise “libre de penser”, le fantasme semble parfaitement satisfaisant.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

2300 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire