M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La pornographie endommage le cerveau comme une addiction aux stupéfiants

pornographie-dommage-cerveau-addiction-stupefiants.jpg

Campagne Québec-Vie s'engage dans la lutte contre la pornographie car nous croyons fermement qu'un respect de la sexualité encourage un respect de la vie humaine, dès la conception.

Par Jeanne Smits (Reinformation.tv)

« Il existe une relation négative entre le temps passé à regarder de la pornographie et la quantité de matière grise présente dans une zone du cerveau liée à l’apprentissage et à la mémoire » : ce résultat d’une étude menée par l’Institut Max Planck pour le Développement humain, à Berlin, en 2014 fait partie des faits rapportés par le site hispanophone Infocatolica cataloguant les multiples effets néfastes d’une addiction semblable à la consommation de stupéfiants. A l’heure où 41,7 % des internautes espagnols consultent des pages de pornographie – selon des données relevées en 2014 également – cette réalité effarante laisse imaginer l’étendue des dommages.

Dommages d’autant plus graves qu’ils affectent les plus jeunes. Facilement accessible en ligne, la pornographie est loin d’être réservée aux 18 ans et plus et multiplie les dégâts de toutes sortes, si bien qu’on a pu le qualifier en Espagne de « crack de l’addiction au sexe ».

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Visionner de la pornographie réduit la matière grise du cerveau

La disparition de la matière grise chez les consommateurs de pornographie est directement liée à la durée de visionnage de pornographie ; elle a été constatée par IRM sur un échantillon de 64 hommes aux rythmes de consommation divers, ainsi qu’une réduction du flux d’informations vers les ganglions basaux. Selon l’étude de l’Institut Max Planck, ces dommages pourraient avoir pour cause la stimulation intense des zones de récompense du cerveau où se libèrent l’oxytocine et la dopamine. D’autres recherches ont montré que c’est cela qui crée l’addiction.

Une autre étude menée l’an dernier à l’université de Cambridge a permis de constater que la consommation de pornographie provoque des effets similaires à ceux de l’usage de stupéfiants, avec un syndrome d’anxiété en cas de « sevrage » d’images sexuellement explicites, sans augmentation du désir sexuel pour autant. Il en va de même pour les toxicomanes qui désirent la drogue mais n’en tirent aucun plaisir. Preuve que le péché grave habituel est réellement un esclavage qui en constitue une sorte de punition automatique…

Les dommages de la pornographie similaires à ceux de l’addiction aux stupéfiants

Paradoxalement encore, la moitié des participants à l’étude – des hommes d’un âge moyen de 25 ans – présentaient des problèmes d’impuissance dans leurs rapports avec leurs partenaires liés à leur consommation de pornographie. Le sexe virtuel ne tue pas seulement l’amour…

Les effets de la pornographie sur le cerveau, par la limitation de la matière grise et la diminution du volume du corps strié, pourraient expliquer ce fait. Soit que les consommateurs « s’habituent » et recherchent des sensations de plus en plus fortes, soit que les modifications cérébrales rendent nécessaires une stimulation de plus en plus forte pour être perçue, il est certain que la pornographie explique l’augmentation de la violence dans le domaine du sexe.

Selon Carme Sanchez, psychologue clinicienne et codirectrice de l’Institut de sexologie de Barcelone, l’idée que la consommation de la pornographie concerne les hommes plutôt que les femmes est de plus en plus contredite par la réalité. Elle relie ce fait à la culture audiovisuelle dans laquelle les jeunes, garçons et filles, sont de plus en plus immergés : « Les différences ne sont plus tellement évidentes ».

C’est une autre facette de l’idéologie du genre : elle est facilitée par l’unification des comportements.

Publicité



Laissez un commentaire