M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

La dernière famine en Somalie a causé la mort de 258 000 habitants. Un problème de surpopulation?

Sur le site du journal La Presse du 2 mai 2013:

 

 

 

 258 000 Somaliens morts de faim en moins de deux ans

Près de 260 000 Somaliens, dont une moitié d'enfants de moins de cinq ans, sont morts de faim entre octobre 2010 et avril 2012 lors d'une grave crise alimentaire à laquelle la réponse humanitaire a été insuffisante, selon une étude publiée par l'ONU jeudi.
 
Selon ce document, ce bilan de la crise qui s'est traduite par six mois de famine est supérieur à celui de la terrible famine de 1992, présumée avoir tué 220 000 personnes en douze mois, mais un plus fort pourcentage de la population avait alors péri.
 
«La famine et la grave insécurité alimentaire en Somalie ont tué quelque 258 000 personnes entre octobre 2010 et avril 2012, dont 133 000 enfants de moins de cinq ans», conclut cette étude commandée par la FAO, l'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture, et le Réseau d'alerte précoce de la Famine (Fews-Net), financé par l'agence américaine pour le Développement (USAID).
(...)
La famine de 2011-12 a touché environ 4 millions de personnes, soit la moitié de la population somalienne.
 
Principalement provoquée par la grave sécheresse qui a frappé l'ensemble de la corne de l'Afrique à l'époque, la crise alimentaire a été aggravée par la situation catastrophique de la Somalie, plongée dans le chaos et la guerre civile depuis la chute du président Siad Barre en 1991.
 
«Les effets de la sécheresse ont été aggravés par divers facteurs, dont une aide humanitaire faible et la hausse des prix alimentaires», écrivent les auteurs. Ils mentionnent aussi une «crise prolongée combinant conflit armé, catastrophes naturelles et conditions économiques défavorables».
 
Ils jugent «incontesté que la réponse humanitaire à la famine a été pour l'essentiel tardive et insuffisante et que l'accès limité aux populations touchées, conséquence de l'insécurité généralisée et des restrictions opérationnelles imposées à diverses agences d'aide, a été une contrainte majeure.
 
La Somalie est livrée depuis 1991 aux milices claniques de chefs de guerre, aux groupes islamistes et aux gangs criminels.(...)
Certains en profiteront pour parler de surpopulation? Et du fait que les Provie devraient être sur le terrain plutôt que protéger des enfants non-nés? Habituellement ces reproches sont fait par des personnes bien assises dans leur salon.
 
Il faut rappeler que les provie sont déjà sur le terrain, Mère Teresa ne disait-elle pas de lui apporter tous les enfants dont on ne voulait pas ou dont on ne pouvait s'occuper? Elle n'est pas la seule missionnaire à travers le monde à prendre soin de toutes les misères. Et au Québec même, les provie viennent en aide aux femmes enceintes en difficultés pendant et après la grossesse, même après un avortement, alors que l'avortoir aura abandonné à elle-même la mère, après deux semaines de suivi...
 

 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire