M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !

945 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

L'organisme Ta Vie Ton Choix réagit au dossier bâclé paru dans le journal La Presse sur les thérapies réparatrices

Sur le site de tavietonchoix.org :

 

 

Nous croyons nécessaire d’apporter une mise au point suite à la parution récente d’articles dans le journal La Presse, sous la plume d’Ewan Sauves, qui traitent de notre mission sous un angle défavorable et qui étonnent par leur partie pris. Au lieu de trouver une analyse méthodique et objective des faits – ce qui est le devoir du journaliste – on nous offre plutôt la promotion d’un point de vue partial.
 
Cela transparaît déjà dans les titres « Guérir son homosexualité pour 12 000$ » et « Guérison promise » – qui installent dès le départ une intention qui n’est pas la nôtre, insinuant que notre organisation considère les attraits envers le même sexe comme une maladie qu’il faudrait guérir. TVTC articule très clairement sa position dans la section « Qui sommes-nous » de notre site web : l’homosexualité ne constitue pas à nos yeux un trouble mental. L’orientation sexuelle d’une personne peut toutefois être à la source de souffrance ou de détresse, et c’est dans ce contexte qu’elle est vécue comme un trouble. Un spécialiste peut alors offrir de l’aide. Notre position s’harmonise parfaitement avec celle des grandes institutions qui régissent la psychologie. Pourtant l’auteur de l’article n’est pas parvenu à la trouver. À moins qu’il n’ait volontairement choisi de l’éluder.
 
TVTC offre de l’aide aux personnes qui ressentent des attraits envers le même sexe et ne se sentent pas nées homosexuelles. Cela est clairement affirmé sur notre page d’accueil. Ces individus, qui ont la conviction d’être hétérosexuels de première orientation, voient un lien entre l’apparition de leurs attraits et des expériences qui les ont blessés dans leur identité sexuelle durant leur enfance. Ils sont ce que plusieurs appellent des « faux homosexuels » et ce sont eux qui ont du succès en thérapie, qui peuvent être libérés de leurs attraits et non les «vrais» homosexuels. Mais le journaliste semble avoir également escamoté cette section lors de sa consultation de notre site.
 
Le titre « Guérison promise », tendancieux puisqu’il suggère que nous faisons miroiter une garantie de succès à ceux qui s’adressent à nous, est démenti par Sauves lui-même lorsqu’il avoue que nous donnons l’heure juste à nos demandeurs, via notre kit d’information – et non pas « de préparation », (l’appellation « kit d’information » apparaît à la première ligne de la première page de notre kit, mais ce détail semble avoir échappé à nouveau au journaliste) – en les informant du taux de succès d’environ 35% à 40% de ce type de thérapie. Notez que M. Sauves omet d’informer le public, qui n’est pas éduqué sur la question, qu’aucune thérapie n’offre de garantie de succès, et que les taux de 35% à 40%, se comparent très avantageusement à la moyenne de succès dans d’autres domaines courants de thérapie (anxiété, dépression, dépendance, etc.).
 
L’auteur, sachant sans doute que la majorité de la population est allergique au fait religieux, plutôt que de s’adresser à un thérapeute indépendant de tout mouvement religieux, qui lui aurait offert une description de la thérapie basée strictement sur les grands principes de la psychologie, s’en va plutôt cogner à la porte de l’organisation Thérapie Chrétienne Outaouais et se scandalise ensuite d’y voir offert un accompagnement qui fait des liens avec la religion… Cette tactique lui permet ensuite de faire planer l’idée que toutes les thérapies de réorientation se déroulent ainsi. Cela ne reflète en rien Ta Vie Ton Choix qui réfère ses demandeurs à des thérapeutes expérimentés, représentant différentes écoles de la psychologie moderne, et n’incluant l’aspect religieux que pour les personnes qui en font la demande. Cela est aussi décrit dans notre trousse d’information, mais le journaliste a décidé de ne pas en parler. Non seulement M. Sauves est enclin à oublier des faits, il l’est aussi pour en inventer. Ainsi il présente TVTC comme un groupe de pychologues [... les psychologues de TVTC...] alors que nous disons clairement être une groupe de bénévoles qui réfèrent des individus à des conseillers qui travaillent indépendament de nous.
 
Un peu plus tôt, M. Sauves évoque un supposé « tollé » envers les thérapies de réorientation chez nos voisins du Sud. Il se contredit ensuite quelques lignes plus bas en indiquant qu’un seul État américain sur 50 tente actuellement d’interdire ce type de thérapie : la Californie. En résumé, 98% des États américains n’ont pas de projet visant à rendre illégale cette thérapie. Drôle de tollé!
 
Comme si ce n’était pas assez, l’auteur oublie aussi de mentionner que cette loi californienne est présentement contestée en Cour sur la base d’une violation de la liberté d’expression, telle que définie dans le Premier Amendement, et qu’elle risque fortement, à ce titre, d’être déclarée inconstitutionnelle. Il passe aussi sous silence le fait que le législateur qui s’octroie ainsi le droit de s’ingérer dans la relation entre le client et son thérapeute, interfère scandaleusement avec le droit du client de choisir sa propre destinée, un des piliers des Droits de la Personne.
 
Bien sûr, comme cela est la norme dans ce genre d’article où l’objectivité fait défaut, aucun témoignage d’individu à qui ce type de thérapie a été profitable n’est présenté même si notre site en offre plus d’une dizaine. À aucun moment on ne parle de l’existence de sites comme Voices of Change qui donnent la parole à une centaine d’ex-gais dont certains qui, enfants, ont profité de ce type de thérapie et, devenus adultes, témoignent de leur gratitude à propos de l’aide obtenue afin d’intégrer harmonieusement leur identité héritée de la nature. Le seul ex-gai cité (David Pickup) est subtilement présenté comme un profiteur qui cherche à faire de l’argent sur le dos des pauvres homosexuels vulnérables.
 
En fait, tout le dossier insinue que les thérapeutes offrant leur aide aux personnes luttant contre des attraits envers le même sexe sont des fraudeurs exigent des honoraires de 120$ par séance à leur client. Nulle part il est clarifié que le prix d’une consultation thérapeutique varie selon la renommée du thérapeute ainsi que sa disponibilité, et qu’il se situe entre 60 et 125$ par séance; ce qui constitue la norme pour tous types de thérapies. (...)

Pour lire la suite cliquez ici

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

945 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire