M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L'interdiction de l'avortement ne produit pas d'augmentation de l'avortement clandestin

enfants_africains.jpgSur le blog de Jeanne Smits du 23 décembre 2014 :

(Le rire des enfants africains devant le mensonge dévoilé des sociétés occidentales sur l'avortement clandestin : « L’Afrique connaît 56 % des morts maternelles dans le monde, mais la mortalité maternelle liée à l’avortement y est inférieure de plus de la moitié à celle enregistrée dans les pays développés, alors que l’avortement y est le plus souvent interdit – autrement dit, selon Personhood USA qui rapporte ces données, les pays qui mettent davantage de limites à l’avortement sont aussi ceux où moins de femmes ont besoin de soins à la suite d’avortements clandestins que dans les pays où l’avortement est "sûr et légal". »)

(Photo : André thiel  sur flickr.com, licence creative commons)

Revenez sur la légalisation de l’avortement : vous ne réussirez qu’à renvoyer les femmes dans la clandestinité et en outre, elles recommenceront à mourir de leurs avortements clandestins ! C’est le message que répètent à l’envi ceux qui, tout en affirmant souvent leur hostilité personnelle à l’avortement, refusant d’envisager un retour à sa pénalisation. Il vaut mieux encadrer l’inévitable, disent-ils. Tout en reconnaissant que l’avortement tue un être humain, ou à tout le moins qu’il s’agit d’un acte grave, sans dire pourquoi, ils refusent de tirer les conséquences de cette réalité.

(...)

Pourtant, un pays apporte la preuve que tout cela est faux, abominablement faux.

Pour en savoir plus sur le sujet, voir l'article complet.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire