M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016

noel-v1.JPGMerci de nous aider avec un don spécial en ce temps de Noël, où nous célébrons la naissance de notre Sauveur. Notre objectif est de 5 000$. Merci de votre précieuse collaboration.

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

2300 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

L'avortement sexo-sélectif ou le foeticide féminin -- les faits

Aujourd'hui débute une série de six articles sur l'avortement sexo-sélectif ou le foeticide féminin. Nous espérons par ces articles faire la lumière sur ce phénomène inquiétant, répandu à l'échelle mondiale.

Vous pouvez signer ici une pétition contre l'avortement sélectif.

Par avortement sexo-sélectif ou foeticide féminin, nous voulons dire la mise-à-mort intentionnelle et directe de l'enfant à naître féminin pour la simple raison que les parents désiraient un garçon.

L’avortement sélectif des foetus féminins a cours depuis les années 1980 en Asie. Il s’est développé en même temps en Chine, à Taïwan, en Corée du Sud. Et pourtant, seule la Chine avait imposé la politique de l’enfant unique. Le ratio homme/femme actuel est de 124 garçons pour 100 filles en Chine et dans certains villages, il est de 150 garçons pour 100 filles. Plus de 55 % des femmes chinoises ont vécu au moins un avortement.  

Le nord-ouest de l’Inde vit le même problème, avec un déséquilibre de plus de 125 garçons pour 100 filles. En Inde, plus il y a d’échographies, moins il y a de filles. Toutes les couches de la population sont touchées. La réalité fait mentir l’idée que l’éducation peut endiguer le problème car cela est maintenant statistiquement prouvé, ce sont les femmes éduquées et mieux nanties qui choisissent d’elles-mêmes d’avorter leurs filles. Le sud de l’Inde, influencé par le christianisme pour qui le respect de la vie humaine est sacré, a échappé à cette forte tendance.  

On a aussi découvert un grand déséquilibre du ratio garçons/filles au Pakistan, au Bengladesh, en Iran, au Vietnam, au Népal, en Albanie, en Azerbaïdjan, en Arménie et en Géorgie. Pour tous ces pays, l’avortement sélectif se manifeste surtout si leur premier enfant est une fille, sinon le ratio demeure normal. Dans tous ces pays, le peu de valeur accordée aux femmes a été accentué par l’arrivée de l’échographie qui a transformé cette réalité en crise démographique. Certains spécialistes parlent déjà d’un gendricide où des millions de parents font appel à diverses techniques pour s’assurer une descendance masculine. On peut aussi parler d’une certaine forme d’eugénisme.  

L’Europe et l’Amérique découvrent avec stupéfaction que ces pratiques ont été importées sur leur sol par les minorités ethniques en provenance de ces mêmes pays et qu’en échange d’argent ou à cause des idéologies pro-avortement en place les médecins-gynécologues n’hésitent pas à réaliser l’intervention. Dans les sociétés occidentales, il est désormais reconnu un droit de mort des parents sur leurs enfants à naître et ce droit a préséance sur le droit de vie de l’enfant. La découverte de la réalité de l’avortement sélectif en Angleterre, accompagnée de preuve en caméra cachée, fut un choc national.

Par contre, les enquêtes semblent aussi démontrer que l’avortement sélectif existe aussi chez les Européens afin d’équilibrer les familles. Ainsi, cette sélection du sexe à avorter dépend du sexe des premiers enfants dans la famille et elle n’est pas centrée sur les fillettes. Cette pratique, peu documentée, est constatée assez nettement en France par exemple. Aux États-Unis aussi des caméras cachées ont prouvé que cette réalité existe et se répand. Au Canada, la découverte de cette réalité s’est faite en 2012 par une étude statistique réalisée sur les naissances dans la ville de Toronto entre 2002 et 2007.

Les chiffres parlant d’eux-mêmes, la déduction est implacable : l’avortement sélectif existe aussi au Canada où le ratio garçons/filles des communautés indiennes et coréennes est nettement supérieur à tous les autres groupes ethniques composant la société canadienne. Par exemple, le ratio est de l’ordre de 136 garçons pour 100 filles lors de la 3e grossesse pour la communauté indienne. De plus, une enquête menée par CBC a permis de prouver l'existence réelle de ce fait au Canada. L'homme qui a révélé cette étude dans le journal de l'Association Médicale Canadienne, Dr Rajendra Kale, en a payé le prix.    

Suite à venir : Les causes.   

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

2300 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire