M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2017

3337 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Grâce à votre appui, nous approchons du 5e anniversaire d’existence de notre site Web pro-vie Culture de Vie (www.cqv.qc.ca/blog). Depuis son lancement officiel, en automne 2012, nous avons accueilli près de 3 millions de lecteurs, en provenance des quatre coins de la planète. Et l’aventure se poursuit : depuis le début de cette année, 128 490 utilisateurs ont visité nos pages.

Nous restons à l’affût des récentes tendances vers le format télévisuel en-ligne. Les avancées technologiques actuelles, si fulgurantes, nous permettant d’acquérir, à prix modique, un équipement audiovisuel de qualité, vous verrez sous-peu des nouvelles et des chroniques vidéos pro-vie en-ligne, sur notre site et sur notre poste YouTube (www.youtube.com/user/CampagneQuebecVie). Merci de continuer à nous aider, par vos dons et vos prières, à répandre au Québec et dans le monde entier la vérité sur la Vie et la famille !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

Donner à Campagne Québec-Vie

L'avortement sexo-sélectif ou le foeticide féminin -- les causes

Nous poursuivons, avec ce deuxième article, notre série de six articles sur l'avortement sexo-sélectif ou le foeticide féminin. Nous espérons par ces articles faire la lumière sur ce phénomène global inquiétant. (Pour voir partie 1)

Vous pouvez signer ici une pétition contre l'avortement sélectif.

L’avortement sélectif selon le sexe s’est implanté grâce à la conjugaison de trois facteurs : la réduction de la taille des familles (fortement encouragée par les États), la volonté des familles d’avoir un garçon à tout prix et la diffusion de l’échographie permettant de connaître le sexe de l’enfant à naître. Le gouvernement chinois interdit l’avortement sélectif dans sa loi, mais laisse faire dans la pratique. Par contre, il sait déjà qu’il se dirige vers un grave problème de dénatalité lui aussi. Des millions d’hommes sans femmes, enfants, frères, soeurs, oncles, tantes, seront seuls dans la vie et sans soutien pour leurs vieux jours.

Les autorités chinoises appréhendent un scénario démographique catastrophique dès 2050 car si rien ne change, la Chine aura la population la plus vieille au monde avec plus de 100 millions de personnes de plus de 80 ans. En même temps, les 65 à 79 ans constitueront 25% de la population. À Shanguaï ce scénario apocalyptique est déjà réalité. Pour résoudre le problème, le gouvernement autorise les jeunes couples à avoir deux enfants au lieu d’un. Mais rien n’y fait. Les couples choisissent plutôt zéro enfant et ils utilisent leur double salaire pour mener une vie plus confortable dans le contexte d’un boum économique sans précédent.  

Le gouvernement indien a décidé de faire une campagne de sensibilisation en affirmant que de laisser faire l’avortement sélectif des petites filles est un crime contre l’humanité. Les autorités font fermer des cliniques d’avortement et accusent les médecins...mais la corruption gangrènent le système. Les médecins attendent librement et impunément de nombreuses années avant de passer en cour, la majorité ouvre rapidement de nouvelles cliniques sous d’autres noms et continue de pratiquer des échographies et des avortements en toute impunité pendant l’attente de leur procès. Plusieurs parmi eux ne sont mêmes pas médecins. La majorité des inspecteurs du gouvernement ferment les yeux et laissent faire...probablement en échange d’argent. Des personnes ont fondé des brigades qui vont dans les villages faire promettre aux femmes de ne pas tuer leurs filles.

Mais l’avortement sélectif fait maintenant partie de la culture de masse. Même si tous le déplorent, tous le tolèrent et tous se taisent. Une femme qui n’arrivepas à avoir un garçon vit de grandes pressions de toute la famille, même de tout le village. Une femme qui dénonce les avorteurs est mise au banc de la société, car tout le monde en Inde trouve son compte dans l’avortement sélectif. La connaissance du sexe de l’enfant et l’élimination des foetus féminins est plus efficace que l’infanticide des petites filles qui était déjà en usage dans les pays d’Asie depuis des temps immémoriaux. L’échographie a accentué gravement le phénomène en permettant de les éliminer à la source, dès le ventre de la mère.  

Il faut noter une nette différence géographique de ce problème qui est aigüe au nord-ouest de l’Inde mais n’existe pas dans le sud où le ratio garçons/filles est le même que sur l’ensemble de la planète. La raison en est que le catholicisme y est florissant et que cette religion possède et promeut le sens sacré de la vie humaine. Ainsi on n’avorte pas les filles... Alors que les campagnes de sensibilisation du gouvernement indien ne donnent aucun résultat tangible pour la protection des filles, on constate l’impact réel des valeurs chrétiennes sur une société donnée pour protéger la vie des fillettes. Évidemment, ça fait partie d’un tout, ces mêmes valeurs chrétiennes contribuent aussi à la promotion de l’éducation des filles et de l’amélioration de leur statut social.    

Suite à venir : Les conséquences sociales.  

Campagne de financement été 2017. Merci de votre contribution ! L'objectif est de 3500$.

Enfant à naître

Merci de nous aider avec un don spécial.

3337 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire