M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L'avortement au privé

Le président-directeur général de l'Agence de la santé et des services sociaux (ASSS) de Montréal, David Levine, déclarait lors d'un congrès le 23 septembre dernier que tous les 15 000 avortements annuels dans la région de Montréal devraient être faits dans des cliniques privées: «On veut éventuellement transférer toutes les interruptions de grossesse au privé, dans des centres médicaux spécialisés.» M. Levine, hélas, se rétractait le lendemain dans un communiqué de presse.

Son intuition de base était pourtant bonne, car l'avortement n'est pas un acte médical normal: il ne vise pas à guérir une maladie, mais il met fin à une vie humaine. La grossesse n'est pas une maladie qu'il faut soigner, c'est un merveilleux processus de vie essentiel à la poursuite de l'aventure humaine.

L'interruption volontaire de grossesse est un acte tragique et privé, que certains Québécois rejettent comme un meurtre et un acte abominable. Cet acte devrait relever uniquement de la responsabilité individuelle de ceux qui le commettent et ne devrait aucunement être financé ni administré par un service gouvernemental. Maintenant que l'avortement est clairement devenu au Québec un moyen de contraception d'urgence, je ne vois pas pourquoi l'État rembourserait cette forme de contraception radicale plutôt qu'une autre. À l'heure où le gouvernement québécois ne cesse de pleurnicher sur les dépenses incontrôlables en santé, il faudrait cesser ce gaspillage en responsabilisant financièrement ceux qui prennent cette décision individuelle qui ne relève en rien du bien commun de la société.

M. Luc Gagnon, Président de Campagne Québec-Vie

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire