M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !

895 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

L'adoption d'enfants haïtiens, comme de tout enfant, plus difficile au Québec qu'au Canada

Bien qu'il y ait de bonnes raisons (protéger l'enfant haïtien contre le trafic d'enfant), on  ne peut que constater encore une fois, le parcours du combattant que doivent franchir les parents québécois pour adopter un enfant. Le site de Radio-Canada du 14 février nous informe sur cette différence québécoise:

L'adoption d'enfants haïtiens est toujours suspendue, au Québec, deux ans après le séisme de 2010, alors que d'autres pays et provinces canadiennes ont rouvert leurs services d'adoption.

En France, l'adoption a repris tranquillement, par le biais des agences accréditées, alors que 13 enfants ont été adoptés par des familles de l'Alberta et de la Colombie Britannique en 2011.

Mais à l'Agence québécoise Accueillons un Enfant, l'un des deux organismes sans but lucratif accrédités par le Secrétariat à l'adoption internationale (SAI) couvrant Haïti, aucune nouvelle demande d'inscription ne peut être acceptée. Même des demandes faites juste avant le séisme sont gelées.

« C'est de la bureaucratie. Nous on pense aux enfants là-bas. C'est ça qui devrait être le plus important. » — Michelle Savard, mère adoptante

Les agences doivent attendre le feu vert du gouvernement avant de pouvoir procéder au suivi des adoptions.

Au lendemain du tremblement de terre du 12 janvier 2010, plusieurs pays ont gelé l'adoption en provenance d'Haïti, en demandant au gouvernement haïtien de se conformer à la Convention de La Haye pour éviter, notamment, le trafic d'enfants. La convention a été signée par Port-au-Prince en mars 2011, mais elle n'est pas encore ratifiée. « On s'en va vers ça, mais on ne peut pas attendre. Ça peut prendre 3-4 ans », s'inquiète Gérard Landry, le président d'Accueillons un enfant.

La directrice générale du Secrétariat à l'adoption internationale du Québec, Luce Bellefeuille, assure que Québec n'a pas l'intention d'attendre que la Convention de La Haye soit ratifiée avant de rouvrir l'adoption.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

895 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire