M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L’abbé Raymond Gravel : entre le discours et la réalité sur la fin de vie, les soins palliatifs et l’euthanasie…

(Simon Durivage a animé une émission où les hommages à l'abbé Gravel furent élogieux)

(Photo : Asclepias sur wikipédia.org, licence creative commons)

Radio-Canada est heureuse de récupérer le discours de l’abbé Gravel pour pouvoir miner le discours de l’Église catholique « de l’intérieur ». Lors d’une entrevue avec Anne-Marie Dussault où l’abbé Gravel déplorait les revendications financières contre l’Église, l’animatrice, vivement contrariée, exprimait sa déception que l’abbé Gravel n’attaque pas encore l’Église. Elle devait se demander si elle allait le réinviter, ou si la chaîne télé devrait se trouver un autre saboteur interne du message du Christ transmis par son Église, à promouvoir et à transformer en vedette.

Les médias nous repassent constamment le message de l’abbé Gravel approuvant l’euthanasie par peur de son cancer des os. L’abbé Gravel affirmait avoir peur de souffrir et que si c’était le cas, il laissait la porte ouverte à l’euthanasie.

Ce que Radio-Canada ne montre surtout pas, c’est que l’abbé Gravel affirmait dans les dernières semaines ne pas souffrir, grâce à l’excellence des traitements reçus.

Et il n’a alors jamais réclamé l’euthanasie.

Comme toutes les personnes ne connaissant pas les ressources de la médecine, il a répété et applaudi aux propos erronnés de la ministre Hivon, affirmant que 5 % de la population ne pouvait être soulagée, même par les meilleurs soins, alors que ce 5 % correspond en fait aux personnes qui ne peuvent être soulagées par la médication habituelle, mais sont alors plongées dans un sommeil profond qui les soulage de toute souffrance. Pour un résultat de 0 % des personnes en fin de vie qui souffrent dans les maisons de soins palliatifs.

Cela, jamais Radio-Canada et l’ex-ministre péquiste ne le diront. L’abbé Gravel a témoigné par sa vie, lui qui avait un cancer des os en phase terminale, lui qui était ouvert à l’euthanasie, qu’elle n’était pas nécessaire pour soulager sa souffrance.
Comme pour tous les patients, l’euthanasie est totalement inutile et la quasi-totalité des soignants en soins palliatifs confirment qu’ils n’en ont absolument pas besoin pour soulager les patients.

Après des paroles désastreuses, la fin de vie de l’abbé Gravel témoigne contre ses propres paroles et contre l’euthanasie. Ne comptez pas sur Radio-Canada pour relever cette évidence…

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire