M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La compagnie Hilton annonce qu’elle cesse d’offrir des chaînes pornographiques dans ses hôtels

Hilton_hotel_810_500_55_s_c1.jpg

Par Steve Weatherbe de LifeSiteNews - traduit par Campagne Québec-Vie

McLean, Virginie, le 20 août 2015 -  La compagnie internationale d’hôtels Hilton a retranché les chaînes pornos de tous ses hôtels situés dans 85 pays suite à une campagne publicitaire qui a suscité plus de 1 000 courriels/semaine à chacun de ses cadres dirigeants au sujet de la présence de pornographie dans leurs hôtels.

« C’était dû en grande partie à la pression du public », déclara Pat Truman, PDG du National Center of Sexual Exploitation qui est à l’origine de la campagne publicitaire de trois ans. « Mais c’est tout à l’honneur de cette compagnie  de nous avoir remerciés à la fin. »

Monsieur Truman a confié à LifeSiteNews que la compagnie Hilton avait déjà en place une importante politique visant à empêcher ses hôtels de devenir des lieux d’exploitation sexuelle mais, comme il l’avoue textuellement : « La compagnie s’est rendue compte qu’il était incohérent pour elle d’avoir une telle politique alors qu’elle faisait la promotion de la porno. Les trafiquants sexuels utilisent la porno pour favoriser la prostitution ; ces deux réalités sont intimement connexes.»

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Cette annonce de la compagnie Hilton a quand même été formulée de façon à laisser entendre aux quelques mordus parmi ses clients qu’une connexion Wi-Fi leur était offerte gratuitement advenant un besoin de visualiser des images sensuelles. « Nous procédons immédiatement à faire certains changements pour éliminer l’offre de vidéos adultes dans tous nos hôtels au niveau international … Notre désir est d’offrir à nos clients le plus grand choix de possibilités durant leur séjour parmi nous, y compris l’utilisation du Wi-Fi  pour leurs appareils personnels. Cependant, après avoir pris connaissance des désirs formulés par nos clients, nous avons jugé que l’offre de vidéos adultes sur demande ne correspondait pas à nos objectifs.»

L’organisme de Pat Truman note que d’autres chaînes d’hôtels ont déjà fait la même chose : Omni, Drury, Ritz-Carlton, Nordic Choice Hotels et enfin Mariott (cette dernière l’ayant fait il y a cinq ans déjà alors que l’organisme de Truman portait le nom de Morality in Media). 

« Nous sommes à la tête d’une large coalition d’organismes et d’églises qui distribuent notre information à leurs abonnés » déclare Truman. À cette heure, la liste noire du NCSE (National Center of Sexual Exploitation) comprend la revue Cosmopolitan ainsi que le Département fédéral américain de la justice (le premier à cause de son utilisation de photos d’enfants dans ses annonces et le second pour son incapacité, selon nous, à appliquer les lois fédérales contre l’obscénité). En ce qui a trait à Cosmopolitan, le NCSE a obtenu de Wal-Mart de placer la revue derrière le comptoir de la caissière dans plus de 1 000 magasins. Le même résultat a été obtenu dans d’autres magasins.

En ce qui concerne la compagnie Hilton, des milliers d’organismes et d’individus ont contacté les cadres de la compagnie (grâce aux adresses électroniques fournies par Truman) en les menaçant de ne plus fréquenter leurs hôtels s’ils persistaient à offrir des vidéos adultes sur demande. « Ça fait mal de perdre des réservations de congrès et nous savons que cela est arrivé » ajoute Truman et il invite maintenant à remercier la compagnie en revenant y séjourner.

Le but recherché n’est pas uniquement de combattre l’exploitation des personnes impliquées dans les films pornos, avec des conditions de travail souvent apparentées à l’esclavage, mais aussi de combattre la décadence morale de l’Amérique. Rob McIntire, conseiller en addiction sexuelle à Colorado Springs, s’exprime ainsi : « Plus de la moitié des demandes de divorce au Colorado mettent en cause la pornographie. La plupart des femmes se sentent dévalorisées lorsqu’elles apprennent que leur mari regarde la porno. C’est comme avoir une troisième personne dans le lit conjugal ».

McIntire se félicite de la récente décision de la compagnie Hilton car sa clientèle est composée majoritairement d’hommes « qui donnaient libre cours à leur passion lors d’un séjour à l’hôtel. Moi-même, avoue-t-il, lors de voyages d’affaires, je préférais souvent sauter un repas pour dépenser mes allocations sur la porno.»

Ceux de ses clients qui sont en phase de sevrage ont pris l’habitude de téléphoner à l’avance pour faire enlever le téléviseur de la chambre ou tout au moins le déconnecter. « Mais s’il existe un hôtel sans porno, c’est là qu’ils iront ». Les épouses de ces addicts sont également éveillées à ces nouveaux choix et les organismes chrétiens font aussi leur part. « Tout cela peut s’avérer finalement très lucratif pour la compagnie Hilton » conclut Rog McIntire.

Publicité



Laissez un commentaire