M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

François Hollande se fait rabrouer par les lobbys gais: pas de liberté de conscience pour les maires refusant le mariage gai

Sur le site de La Presse du 21 novembre 2012:

(François Hollande)

 

L'exécutif français a dû monter au créneau mercredi pour confirmer que le mariage homosexuel pourrait bien être célébré dans chaque commune après des déclarations de François Hollande sur la «liberté de conscience» des maires qui ont provoqué la colère de son camp.

(...)le président français avait déclaré que les maires «auront, si la loi est votée, à la faire appliquer, mais des possiblités de délégation (d'un maire à ses adjoints) existent, elles peuvent être élargies». «La loi s'applique pour tous dans le respect néanmoins de la liberté de conscience», avait-il ajouté.(...)

  L'association Inter-LGBT (lesbienne, gai, bi et trans), interlocuteur du gouvernement sur l'homosexualité, a exigé «d'être reçue rapidement par le Président de la République afin d'obtenir de sa part des explications sur ce qui est au mieux une maladresse, au pire une trahison».

 Dans l'attente, elle «suspend toutes ses relations avec le gouvernement», ont ajouté ses responsables.

 Les associations jugeaient déjà le texte du projet de loi «minimaliste» car il ne prévoit pas l'ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes et renvoie les questions de filiation à une future loi sur la famille.

 Les écologistes, alliés des socialistes au pouvoir, ont jugé «inadmissible» la possibilité d'une liberté de conscience pour les maires et espéré que les propos de François Hollande relevaient de la «maladresse».

 À l'inverse, les opposants au mariage se sont emparés des déclarations présidentielles. Le nouveau, mais contesté, président de l'UMP, principal parti d'opposition, Jean-François Copé, y a vu un «vrai début de recul» de François Hollande. (...)
 

Être contre la liberté de conscience, c'est simplement être contre la liberté, contre l'égalité de tous les citoyens, contre la démocratie... Et même la délégation d'un maire à son adjoint ne respectait pas sa liberté puisqu'il était obligé de collaborer à un "mariage" gai.

L'ouverture de François Hollande à un début de liberté de conscience était naturelle. Elle est un droit fondamental. Mais il y a des lobbys qui ne respectent rien...

Le journal Le Figaro du 21 novembre 2012 rapporte cette volte-face du président français:

Le président de la République retire l'expression "liberté de conscience" pour les élus appelés à célébrer les mariages homosexuels, a-t-on appris mercredi dans l'entourage de François Hollande. L'utilisation de cette expression, mardi au congrès des maires de France, a relancé une polémique sur le mariage pour tous, qui fait débat dans le pays.

"Il n'y aura pas de liberté de conscience dans le projet de loi sur le mariage pour tous qui sera présenté", a assuré Nicolas Gougain, président de l'Inter-LGBT à l'issue d'un entretien avec le président.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire