Campagne de financement -- Printemps 2014

La campagne de financement pour le printemps 2014 est maintenant en cours (tout sur cette campagne).

 

Campagne Québec-Vie est une présence, un rappel incessant aux médias et aux politiciens qu’ils ne peuvent se laver les mains impunément des enfants à naître avortés ou des vieillards visés par l'euthanasie. 

Notre but : 5000 $ -- Votre don est essentiel, donnez aujourd'hui.


 

Lettre d'une ex-féministe à Mme Denise Bombardier

Nous vous avons fait part il y a une semaine de l'étonnant texte élogieux concocté par Mme Denise Bombardier, sur le féminisme.

Sur le site du RCSQ, Une ex-féministe répond à Mme Bombardier, avec la compréhension de quelqu'un qui a expérimenté les dérives de cette idéologie:

 

Mme Bombardier,

En lisant votre chronique « Le corps des femmes », j’ai eu la confirmation de deux choses : la révolution féministe a réussi à brouiller les esprits les plus éclairés, et les religieux d’antan étaient des personnes bien averties.

Vous semblez avoir été choquée que les religieuses de votre jeunesse aient mis en garde toute une génération contre l’impudicité.

Vous semblez ne pas avoir compris que ces religieuses savaient que les femmes attirent les regards. Elles mettaient les filles en garde en espérant peut-être les éveiller à leur pouvoir de séduction?

Elles savaient que les hommes étaient attirés par la beauté des femmes. Pas parce que dans chaque homme sommeil un violeur… Pas non plus « parce que toutes les religions ont des problèmes avec les femmes ». Non. Simplement parce que les femmes sont belles et qu’elles attirent les hommes. C’est dans la nature humaine !

Certains religieux étaient fortement teintés de jansénisme, j’en conviens, mais au moins ils avaient la lucidité de reconnaître que « la force sexuelle peut faire décoller une fusée » !

De nos jours, on semble avoir occulté la réalité humaine la plus élémentaire : les hommes et les femmes sont fait pour s’aimer et pour s’unir!

C’est à cet amour, à cette union et à cette force d’attraction que la révolution féministe s’est attaquée, et cette charge a fait des millions de victimes depuis 40 ans.

Selon vous, et selon toute révolutionnaire endoctrinée qui se respecte, la révolution féministe « n’a pas fait de victimes, n’a pas construit de camps de la mort, n’a pas semé la terreur, n’a muselé personne, n’a violé aucune loi et n’a imposé aucune barbarie » !

En s’attaquant à la complémentarité des femmes et des hommes, la révolution féministe a pourtant tout fait cela!

Elle a rejeté la seule vraie et grande réalité humaine : la femme est différente de l’homme et elle l’attire ! Il n’y a rien de plus beau que le corps d’une femme ! Et rien de plus puissant que le désir d’un homme ! Et cela est beau !

C’est pour protéger cette beauté que la « morale officielle » de l’Église catholique s’oppose encore aux relations sexuelles hors mariage – faut-il spécifier que c’est Dieu et pas l’Église qui l’a formellement suggéré à Moïse?

Il y a 3500 ans, ça tombait sous le sens qu’on voulait protéger les femmes et les enfants des unions polygames ! Et aujourd’hui? Est-ce si différent? Regardons autour de nous et soyons honnêtes : si on attendait un an, et qu’on s’engageait dans le mariage avant de copuler, tous les maux de société que nous connaissons feraient un bon fulgurant en arrière!

La révolution féministe a pour but premier de rejeter la complémentarité des hommes et des femmes. Ses théories, martelées de façon transversales depuis 40 ans aux jeunes générations occidentales, affirment que la différence sexuelle asservie les femmes et que pour se libérer, elles doivent nier la nature et leur nature, les obligeant à séparer leur sexualité de leur pouvoir de procréation.

Les théories féministes ont réussit à désensibiliser les femmes jusqu’à les convaincre que l’avortement devait être un « droit ». N’avez-vous pas, Mme Bombardier, réalisé un film à ce sujet? Un film qui démontrait l’égoïsme outrancier de certaines femmes et l’inconscience monstrueuse de certaines autres?

Les 100 000 avortements annuels au Canada, et les 30 000 autres au Québec, ne sont pas des gestes isolés ; ils sont le fruit d’une révolution qui n’en a que pour le « corps des femmes », et rien d’autre !

Il est évident que la libération des femmes était nécessaire, mais la révolution féministe, elle, n’a rien fait de glorieux : elle s’est approprié le combat des épouses et des mères qui luttaient, à l’origine, pour leur famille… et pas uniquement pour elles-mêmes et leur corps!

Vous affirmez, Mme Bombardier, que « …toutes les religions ont des problèmes avec les femmes ». Eh bien, je voudrais vous apprendre que même la révolution féministe a des problèmes avec les femmes!

Ces révolutionnaires imposent leur façon de concevoir l’amour et la sexualité jusque sur les bancs d’école en méprisant les parents. Au Québec, elles ont conçu un modèle unique pour toutes les femmes, prétendent parler en leur nom et les méprisent lorsqu’elles sont en désaccord avec leurs théories marxistes anti-conjugales, anti-familiales et anti-religieuses.

La guerre des sexes est au cœur de chacun de nous. Il est le Mal qui nous gruge et qui nous pousse vers la méfiance et la domination plutôt que vers la confiance et l’amour. C’est ça l’histoire d’Adam et Ève : un récit étiologique, c’est-à-dire une histoire qui se vit aujourd’hui en nous et autour de nous.

Le mouvement de libération des femmes voulait remettre cette confiance et cet amour au cœur du couple humain déchiré. La révolution féministe l’a rejeté pour ne s’occuper que de la femme et la modeler à sa guise.

Cette révolution a instauré la suprématie de la femme au détriment de tous : ses victimes sont des familles brisées, des enfants écartelés et des grands-parents abandonnés ; ses camps de la mort se nomment « cliniques », « CLSC » et « hôpitaux » ; ses détracteurs sont muselés et terrorisés devant la soumission généralisée des occidentaux, prisonniers de sa rhétorique victimaire.

En changeant les lois au gré de ses désirs depuis 40 ans, la révolution féministe a pu éviter de les violer ; c’est ainsi qu’ont procédé la plupart des révolutionnaires arrivés au pouvoir dans le passé, et que nous qualifions de barbares aujourd’hui.

Le temps saura donner raison à la résistance.

Marie-France Lavoie

Ex-féministe

Adresse URL pour retracer cet article:
http://www.cqv.qc.ca/fr/trackback/1850

Venez à la Marche pour la vie

Non au financement de l'avortement


Suivre ce lien pour en savoir plus sur notre campagne de définancement de l'avortement au Québec.

Nouvelles CQV

Aidez à bâtir une culture de vie

Suivez-nous sur...