La Russie veut éradiquer les avortements illégaux...

Sur le site de media-presse.info du 8 juillet 2014 :

(Photo : wikipédia sans copyright)

 

 

La Russie a depuis longtemps un taux de natalité l’un des plus bas au monde. Pour essayer de contrer le phénomène, de nombreuses mesures ont été prises comme l’attribution automatique d’un travail et d’un logement à toute couple dont la femme était enceinte. Ce fut l’échec. Il fallait donc prendre les choses à leur source qui est bien évidemment l’avortement. Dans un premier temps toute propagande en faveur de l’IVG fut interdite. Le gouvernement vient de prendre une mesure plus draconienne.

En réalité il existe en Russie de véritables réseaux illégaux d’avortements. Ceux-ci sont en partie responsables du nombre considérable d’IVG estimé entre 800.000 et un million ; soit proportionnellement au nombre d’habitants, le double de la France. Il a été jusqu’à atteindre 1 million et demi. Les femmes s’adressent à ces réseaux essentiellement parce qu’elles ont dépassé les délais imposés par la loi ou qu’elles recherchent la discrétion. Ils seraient impliqués dans la moitié des IVG.

Ces réseaux sont bien structurés allant du recruteur jusqu’aux médecins. Ils vont désormais être traqués. Amende pour les femmes : l’équivalent de 100 euros. Pour les intermédiaires et les médecins complices, 700 euros. Les services accueillant les demandes : 3500 euros. (...)

700 euros d'amende pour avoir éliminer un enfant, c'est très peu... mais comme ces tueurs à gages ne vivent que pour l'argent, cela peut influencer leur jugement.

Réseau pédophile au gouvernement britannique...

Sur le site Le Salon Beige du 7 juillet 2014 :

(Theresa May, ministre de l'intérieur)

(Photo : ukhomeoffice sur flickr.com, licence creative commons)

 

En 2012, un élu travailliste avait dénoncé l'existence d'un réseau pédophile mêlant des députés et des membres du gouvernement, des années 70 à 90. Ces allégations ont rebondi après la révélation de la disparition au ministère de l'Intérieur d'une centaine de dossiers sur ce sujet.

(...)

David Cameron a promis une investigation administrative mais la pression est telle que le ministre de l'intérieur actuel Theresa May devrait annoncer ce lundi aux Communes une vaste enquête sur les défaillances dans la prévention ou la poursuite de la pédophilie dans les institutions britanniques (Etat, hôpitaux, BBC...).

Reste à savoir si la Reine d'Angleterre ira rencontrer les victimes d'abus sexuels pour s'excuser des actes commis par des membres de son Gouvernement.

Pas d'éditoriaux et de chroniques sur le sujet au Québec. Il se trouve que les membres du Parlement britanniques ne sont pas des religieux, ce qui explique le peu d'intérêt pour ces nouvelles de la gent journalistique québécoise...

« Une étude fait le lien entre contraceptifs oraux et faible réserve ovarienne »

Sur le site de genethique.org du 4 juillet 2014 :

(Photo : University of Copenhagen sur wikipédia sans copyright)

(...)L'étude a été réalisée auprès de 833 femmes ayant consulté la clinique de l'université de Copenhague. Dirigée par Kathrine Petersen et ses collègue de cette même université, l'étude révèle que "les volumes moyens des ovaires des femmes sous contraception orale (près de 30% du groupe) étaient significativement plus réduits que ceux des patientes employant d'autres moyens de contraception". Selon les groupes, ces volumes étaient de 29 à 52% plus petits, "avec une réduction plus prononcée chez les femmes de 19 à 30 ans". (...) 

Un autre effet secondaire à ajouter à l'utilisation de la pilule contraceptive...

Elle survit à une fausse couche de son jumeau et à son avortement médicamenteux!

À lire sur le site de yahoo.fr du 7 juillet 2014 :

(Photo : cytotec_canadian sur wikipédia.org, licence creative commons)

 

 

 

(...)

«La fausse couche et l’avortement ont été un cauchemar. Les dix jours entre les deux ont été vraiment terribles», affirme-t-elle.


«Mais lorsque j’ai vu ce petit battement de coeur, je me suis dit que ce ne pouvait pas être vrai, je ne voulais pas cultiver de faux espoirs, mais les médecins eux-mêmes n’en revenaient pas. C’était une sensation extraordinaire.»

(...)

Le Blog de Jeanne Smits du 7 juillet apporte cette information :

(...)C’est alors que se produit le miracle. Un dernier scan de contrôle permet au médecin de déceler ce qu’il ne se serait jamais attendu à voir. Incrédule, il part chercher un collègue plus expérimenté. « Vous n’allez pas le croire : il y a un battement de cœur », dit-il enfin à la maman, ivre de bonheur cette fois.  Michelle, enceinte de jumeaux, avait bien perdu l’un des enfants. Mais l’autre, inexplicablement, a survécu à tout. Et a probablement été caché, lors des échographies au moment de la fausse couche, par le sang et les caillots qui ont créé une « ombre », ont expliqué les médecins. Ils ne s’expliquent pas que le deuxième bébé n’ait pas été vu d’emblée, ni qu’il ait survécu au mifepristone…

Ce petit battement de cœur a été accueilli dans la joie. Megan est née le 25 février, à près de 3 kg, elle est parfaitement normale.

« Elle est notre petit miracle », assure Michelle. « Nous avons toujours été une famille forte, mais cette histoire nous a rendus plus forts encore. Je n’aurais pas pu traverser cette épreuve sans mon mari et mes deux enfants. Cela a été incroyablement difficile, mais aujourd’hui nous avons une petite fille précieuse et en pleine santé. »

Michel Foucault, Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre, Bernard Kouchner, Catherine Millet : ils ont déjà défendu la pédophilie

Il est nécessaire de se rappeler le manque de jugement, qui peut se reproduire, des intellectuels des années 1970. Sur le site de Wikipédia, cet article sur l'apologie de la pédophilie nous rappelle ces terribles anecdotes : 

(Bernard Kouchner est maintenant l'apologète de l'euthanasie)

(Photo : World Economic Forum sur flickr.com , licence creative commons)

Selon les termes de l'historienne Anne-Claude Ambroise-Rendu, le discours selon lequel « les enfants ont aussi droit à la sexualité » trouve à l'époque une niche « à l’ombre des mouvement alternatifs, de l’antipsychiatrie et du militantisme homosexuel. Du Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR) créé en mars 1971, au magazine Le Gai Pied lancé en février 1979, tous réclament, avec Michel Foucault, la reconnaissance des « sexualités périphériques ». » En 1975, Daniel Cohn-Bendit publie Le Grand bazar dans lequel un chapitre, « Little big men », est consacré à la « sexualité des enfants ». En 1976, René Schérer et Guy Hocquenghem dirigent un numéro de la revue Recherches sur l'enfance et l'éducation, « soutenu notamment par Michel Foucault et François Châtelet [et qui] marque sans doute l'apogée de ce type de discours » intellectuel sur la pédophilie et l'hébéphilie. En avril 1978, invité avec Guy Hocquenghem de l'émission Dialogues sur France Culture, Michel Foucault dénonce le cadre juridique qui « vise à protéger les enfants en les confiant au savoir psychanalytique », à nier l'existence de leur désir sexuel et à postuler la sexualité avec les adultes comme dangereuse pour eux.

Le Monde et Libération, journaux orientés à gauche, contribuent à la diffusion de ces idées, en publiant des pétitions liées au sujet, des lettres, ou des interviews de pédophiles rapportant leur expérience. Des pétitions contre la majorité sexuelle sont publiées en France. La plus célèbre, publiée dans Le Monde du 26 janvier 1977, et relayée également par Libération, concerne « l'affaire de Versailles » : trois hommes ont alors comparu devant la cour d'assises de Versailles pour « attentats à la pudeur sans violence sur mineurs de 15 ans », ce qui à l'époque était qualifié comme un crime, et pour avoir pris en photo leurs « partenaires ». Leurs trois ans de détention préventive suscitent une pétition de soutien, signée par diverses personnalités publiques : le texte affirme que les enfants n'ont subi « aucune violence », et qu'ils étaient « consentants », ajoutant en outre « Si une fille de 13 ans a droit à la pilule, c'est pour quoi faire ? » et « trois ans pour des baisers et des caresses, ça suffit ». Parmi les signataires figurent Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Gilles Deleuze, André Glucksmann, Guy Hocquenghem, Bernard Kouchner, Jack Lang, Gabriel Matzneff, Catherine Millet, Jean-Paul Sartre, René Schérer et Philippe Sollers (...)

Aucune époque n'est plus épargnée qu'une autre et les pires crimes du passé peuvent être dépassés, par l'élite intellectuelle et médiatique même de notre monde contemporain...

Non au financement de l'avortement


Suivre ce lien pour en savoir plus sur notre campagne de définancement de l'avortement au Québec.

Nouvelles CQV

Aidez à bâtir une culture de vie

Suivez-nous sur...