Campagne de financement -- Printemps 2014

La campagne de financement pour le printemps 2014 est maintenant en cours (tout sur cette campagne).

 

Campagne Québec-Vie est une présence, un rappel incessant aux médias et aux politiciens qu’ils ne peuvent se laver les mains impunément des enfants à naître avortés ou des vieillards visés par l'euthanasie. 

Notre but : 5000 $ -- Votre don est essentiel, donnez aujourd'hui.


 

Lettre d'un médecin dans le Journal de Montréal, déçu par l'annonce de Philippe Couillard sur l'euthanasie

Sur le site du  Journal de Montréal du 10 avril 2014 :

(L'euthanasie instaurera le doute dans la relation médecin-patient)

(Photo : pixabay sans copyright, licence cco)

 

Je veux exprimer ma grande déception après avoir lu dans votre journal que M. Couillard déposerait le projet de loi sur «l’aide à mourir» le plus tôt possible. Étant donné qu’il avait montré des inquiétudes quant à ce projet de loi lorsqu’il était dans l’opposition, j’espérais qu’il oublierait ce projet de loi annoncé par le Parti québécois qui avait le don, selon moi, de mettre à l’avant de faux problèmes ou de fausses solutions.

Ce projet de loi n’est-il pas un détournement, en effet, des véritables besoins qui sont une amélioration des soins palliatifs et une meilleure formation des étudiants en médecine sur le soulagement de la douleur? N’oublions pas que plus de 80 % des médecins actifs en soins palliatifs sont contre ce projet de loi qui va changer le rapport médecin-patient en introduisant un doute dans l’esprit du patient: est-ce que mon médecin pense que je dois vivre ou mourir?... Et, un peu de la même manière: est-ce que ma parenté, mes proches n’en ont déjà pas assez de venir me voir à l’hôpital tous les jours... Ne suis-je pas un fardeau pour eux?...

Voilà, entre autres, ce qui risque de changer dans nos hôpitaux et dans notre société, une insécurité grandissante des malades et une déshumanisation des soins.

Michelle Bergeron, médecin

L'Union Européenne tente d'imposer l'homosexualisme à l'Afrique

Sur le site de C-Fam du 3 avril 2014 (via le Salon Beige):

(Photo : wikimédia sans copyright)

 

 

 

 

NEW YORK, 3 avril (C-FAM) Les pressions que l’Union européenne exerce sur les pays africains pour qu’ils changent leurs législations sur l’homosexualité ont provoqué des résistances qui pourraient avoir des conséquences négatives sur la réunion entre les dirigeants des deux continents.

Les gouvernants européens ont essayé d’apaiser les dirigeants africains en prévision du sommet U.E.-Afrique de cette semaine, qui aura lieu à Bruxelles. Le but du sommet est de trouver des solutions à une série de problèmes sur lesquels les deux continents travaillent ensemble. L’homosexualité en fait partie.

Les gouvernements africains ont réagi de manière très négative à la résolution passée par le Parlement européen la semaine dernière. La résolution menace les pays africains de sanctions économiques si ils continuent à pénaliser les relations sexuelles homosexuelles.

(...)

Les africains ont répondu rapidement.

Toute société a un droit humain de défendre sa culture et ses traditions, et à « définir ses propres valeurs et normes » par le biais de leurs institutions démocratiques », affirmaient quelques jours plus tard les pays africains dans une déclaration.

Cette déclaration cinglante demande aux pays riches d’arrêter d’imposer des conditions à l’aide au développement susceptibles de causer du contentieux, comme par exemple la question de l’homosexualité. Elle a été envoyée aux gouvernements européens et africains, et à leurs institutions politiques.

(...)

Les garderies à 7$, chères pour la société, néfastes pour les enfants et leur famille


Photo: Wikipedia

Par Thaddeus Baklinski, traduction et adaptation de Campagne Québec-Vie

BLAINVILLE, Québec, le 26 Mars 2014 (LifeSiteNews.com) – Pendant la toute récente campagne électorale, Pauline Marois a fait un arrêt dans une garderie en banlieue de Montréal, et elle a de nouveau promis une place de garderie subventionnée par le gouvernement pour chaque enfant du Québec en 2017.

Mme Marois n’a pas été réélue, mais si le nouveau gouvernement réalisait ce projet, cela ajouterait 261 millions de dollars par an au coût annuel de 2 milliards de dollars de l’actuel système public de garderies. Les nouvelles places porteraient le total des places subventionnées à travers le Québec à 250 000.

(…) Or, des études ont montré que la garderie non seulement n'améliore pas les résultats scolaires de l'enfant, mais que de mettre de jeunes enfants dans cet environnement a des conséquences étonnamment négatives.

Un professeur d'économie de l'Université du Québec qui a mené des recherches entre 1994 et 2006 sur les services offerts aux enfants de moins de 5 ans au Québec, et qui les a comparés avec ceux offerts aux enfants du même groupe d'âge à travers le Canada, a trouvé un « grave problème de qualité ».

Le président de la commission de contrôle de l'euthanasie en Belgique poursuivi pour n'avoir pas respecté les « balises »...

Sur le site de sudinfo.be du 8 avril 2014 :

(Colombo aurait pu avoir une dernière petite question : « Alors, vous dites que c'est vous qui avez euthanasié la patiente, rédigé le rapport d'inspection et remis ce rapport à la commission de contrôle que vous présidez?)

(Photo : Wikimédia sans copyright)

 

Le fils d’une femme souffrant d’une dépression chronique a porté plainte mardi au parquet de Bruxelles contre le praticien, Wim Distelmans, qui a procédé à l’euthanasie de sa mère. (...)

«De sérieux indices prouvent que la loi n’a pas été correctement appliquée dans le traitement de la demande d’euthanasie de la patiente», déclare mercredi l’avocat du plaignant. (...)

La plainte concerne le professeur Wim Distelmans, président de la commission de contrôle de l’euthanasie en Belgique.

Aucun des enfants n'avait été averti de la procédure visant à euthanasier leur mère. Et comment ne pas applaudir devant la rigueur de la procédure belge! Ici, la personne qui euthanasie le patient est la même qui rédige le rapport de contrôle établissant que les conditions ont été respectées. Et ce rapport est remis à la commission de contrôle de l'euthanasie présidée par la personne qui a euthanasié le patient et rédigé le rapport !

L'inspecteur Colombo en serait demeuré sans voix ! Et l'ancienne Ministre Hivon se serait pâmée d'admiration devant la rigueur des balises belges qu'elle a prises pour  modèle dans la rédaction de son projet de loi 52 (euthanasie) !

Très bonne nouvelle : la clinique Morgentaler du Nouveau-Brunswick songe à fermer ses portes!

Sur le site de Radio-Canada du 9 avril 2014 :

(L'avorteur Henri Morgentaler a participé à l'élimination de dizaines de milliers d'enfants.)

(Photo : HenryMorgentaler.jpg: Flickr user rabbleradio, licence creative commons)

 

 

La direction refuse de confirmer la nouvelle, mais convie les médias jeudi à une « annonce importante en ce qui concerne les services d'avortements au Nouveau-Brunswick ».

La clinique Morgentaler de Fredericton est ouverte depuis une vingtaine d'années dans la capitale néo-brunswickoise. Elle effectue en moyenne 500 interruptions de grossesse par an. (...)

Le coût d'un avortement à cette clinique est 500 $ à 700 $, non remboursable par l'État. Il faut continuer à dire NON au financement public de l'avortement !

Venez à la Marche pour la vie

Non au financement de l'avortement


Suivre ce lien pour en savoir plus sur notre campagne de définancement de l'avortement au Québec.

Nouvelles CQV

Aidez à bâtir une culture de vie

Suivez-nous sur...