Une vidéo conférence sur les obligations des institutions suite à l'adoption du projet de loi 52 (euthanasie) et témoignages

Le Centre universitaire de santé de McGill fera une vidéo-conférence la semaine prochaine sur les obligations des institutions à la suite de l'adoption du projet de loi 52. Si vous êtes dans la région de Montréal, vous voudrez peut-être y aller et partager votre opinion. Il est particulièrement important de demander que les hôpitaux contestent l'obligation de fournir l'euthanasie.

Pour tous les membres de la collectivité du CUSM

Assemblée générale
Vidéo-conférence

Le jeudi 3 juillet 2014
12h00 – 13h00

Objet : Projet de loi no 52

  • Expliquer les nouvelles obligations de l'institution suite à l'adoption du projet de loi 52
  • Connaître et comprendre comment l'institution aborde le projet de loi 52
  • Participer à un bref sondage

Endroits

  • Hôpital Général de Montréal : Amphithéâtre Osler – A6.105
  • Hôpital de Montréal pour les Enfants – Amphithéâtre Forbes – Cushin – D.182
  • Centre Hospitalier de Lachine : 1F26
  • Hôpital Royal Victoria – Amphithéâtre JSL BROWNE – M3.01
  • Institut et Hôpital neurologique de Montréal – Centre de communications de Grandpré
  • Institut Thoracique de Montréal : J2.05

Témoignages

Nous vous demandions de partager vos témoignages dans un courriel précédent. Nous offrons un gros merci à ceux d'entre vous l'ont déjà fait. Vous pouvez voir ces témoignages sur notre site :

http://vivredignite.org/category/temoignages/

Nous aimerions avoir une centaine de témoignages comme cela. Les histoires que nous cherchons sont celles qui montrent bien comment les soins palliatifs de qualité font une grande différence en fin de vie. Aussi les histoires qui racontent comment la fin de vie peut être enrichissante pour la personne qui nous quitte, mais aussi pour ceux et celles qui restent derrière nous. Ce sont VOS histoires, et elles sont importantes.

 

« Je n'ai pas été désirée. Qu'importe ? puisque j'ai été aimée. » : Jocelyne Robert, sexologue

L'un des arguments fallacieux des pro-choix est qu'un enfant non désiré sera nécessairement malheureux et qu'il vaut mieux l'avorter pour son bien ! Et ce, malgré tous les démentis des enfants nés, non désirés, et qui sont heureux qu'on les ait laissé en vie!

(Photo : Alain Bachelier sur flickr.com, licence creative commons)

Voici ce que raconte la sexologue Jocelyne Robert :

Je suis le fruit tardif d'une corbeille de sept enfants ; une demi-génération me sépare du frère auquel j'ai volé le titre de benjamin. Ma mère est devenue enceinte de moi à 40 ans, en période stérile de son cycle et... malgré le condom, m'a-t-elle raconté. Quand on me demande ce qui m'a amenée à la sexologie, je réponds que rien n'a  pu m'y déterminer autant que ma naissance impromptue

Je n'ai pas été désirée. Qu'importe ? puisque j'ai été aimée.

ROBERT, Jocelyne. Parlez-leur d'amour... et de sexualité, éditions de l'Homme, Montréal, 1999, p. 17)

Jocelyne Robert, comme la quasi-totalité des enfants non désirés, semble bien heureuse d'être en vie!

La Société canadienne du cancer estime que les soins palliatifs ne sont accessibles que pour 20 à 60 % de la population

Sur le site du journal Le Soleil du 27 juin 2014, cet article de Gilbert Lavoie :

(Photo : La maison de soins palliatifs Michel Sarrazin)

(Photo : Éric Fortin sur wikipédia.org, licence creative commons)

 

(...)La division Québec de la Société canadienne du cancer estime que les soins palliatifs ne sont accessibles que pour 20 à 60 % des personnes qui en ont besoin, selon les régions. Dans son mémoire au gouvernement, l'organisme a fait valoir que l'addition de lits supplémentaires pour de tels soins devra être accompagnée des équipes de personnel spécialisé nécessaires. De même, l'accès généralisé aux soins palliatifs à la maison supposera une amélioration du soutien aux aidants naturels. Pas besoin d'être Jojo Savard pour comprendre qu'il y aura des coûts importants. (...)

Pendant ce temps, la députée Véronique Hivon, toujours grande adepte de la pensée positive, répète inlassablement que déjà, les services de soins palliatifs répondent à plus de 95 % des besoins de la population. Et ni elle, ni le Dr Gaétan Barrette ne veulent répondre et dire combien coûtera vraiment l'implantation de soins palliatifs pour tous les Québécois, dans la réalité, et non pas dans le merveilleux monde imaginaire de la députée Véronique Hivon. Ni s'ils vont vraiment verser cet argent au moment où ils annoncent des coupes de 600 millions de dollars en santé.

 

Congrès 2014 de Campagne Québec-Vie

Je vous écris quelques jours après la fête de saint Jean-Baptiste, patron des Canadiens français. En ce temps où nous vivons, nous sommes appelés tout spécialement à être comme lui, PROPHÈTES qui préparons le chemin, aplanissons les routes et, comme nos ancêtres, défrichons la terre pour que puisse advenir une véritable Culture de Vie.

Car, comme vous pourrez le lire dans le bulletin du mois de juillet, des ronces, des épines et toutes sortes de plantes empoisonnées ont envahi le jardin que Dieu a planté ici sur cette terre du Québec. Il y a aussi malheureusement beaucoup de bois mort, des vieux troncs d’arbre qui empêchent la croissance de nouvelles plantes bienfaisantes…

Par où commencer pour faire le ménage? Relisons le troisième verset du « Ô Canada », un poème d'Adolphe-Basile Routhier dont le premier verset sert d’hymne national du Canada : De son patron, précurseur du vrai Dieu,/[Le Canadien] porte au front l'auréole de feu;/ Ennemi de la tyrannie,/Mais plein de loyauté,/Il veut garder dans l'harmonie/Sa fière liberté./ Et par l'effort de son génie,/ Sur notre Sol asseoir la vérité,/Sur notre Sol asseoir la vérité!

Tout génie vient de Dieu, par l’obéissance à Ses commandements d’amour. Mais alors : comment user du génie qu’Il nous a donné pour « asseoir la vérité » sur notre sol québécois ?

Congrès 2014 de Campagne Québec-Vie

Premièrement, les génies ne réinventent pas la roue. Ils voient plus loin car ils sont en quelque sorte des « nains sur des épaules de géant ».Il s’agit d’apprendre de ceux qui sont venus avant nous.

Et voici que nous avons la chance, cet automne, de se hisser sur les épaules d’un géant du monde associatif pro-vie en France, Monsieur Tugdual Derville. Monsieur Derville, depuis 1994 délégué général d’Alliance Vita, un groupe pro-vie qui compte plusieurs milliers d’adhérents et qui a réussi à implanter des équipes dans 70% des départements (régions administratives) de la France, sera avec nous pour notre congrès du samedi, 11 octobre 2014 ! ◄ Inscrivez dès aujourd’hui cette date à votre agenda.

En plus d’être délégué général d’Alliance Vita, il est porte-parole de la Manif pour tous, une manifestation de quelques centaines de milliers de Français pour le mariage traditionnel et contre le soi-disant « mariage gai ».  Comment Monsieur Derville et ses collègues ont-ils réussi à fonder un groupe pro-vie comme Alliance Vita qui est présent sur presque tout le territoire français ? Comment ont-ils réussi à fonder le mouvement Manif pour tous qui a su mobiliser des centaines de milliers de Français pour le mariage, un enjeu fondamental qui n’a suscité que de faibles réactions ici au Québec ?

Nous allons connaître les réponses à ces questions et à beaucoup d’autres au Congrès 2014 de Campagne Québec-Vie. Alors soyez des nôtres le 11 octobre à 13h00 au Centre Jean-Paul Régimbal, 200, boulevard Robert, Granby, (Québec), J2H 0R2. D’autres conférenciers seront annoncés dans un prochain bulletin. Le soir, au souper, nous célébrerons le 25e anniversaire de Campagne Québec-Vie. Ce sera une occasion de souligner les réussites du passé, mais surtout de regarder vers l’avenir avec espérance et détermination.

Car nous avons raison d’espérer. Ci-dessus, vous voyez sur une carte les bienfaiteurs et autres partisans de Campagne Québec-Vie (signataires de pétition, etc.) sur la seule l’Île de Monréal. Nous sommes plusieurs milliers au Québec à travailler pour une culture où toute vie est respectée, de la conception à la mort naturelle. Il s’agit maintenant de nous organiser, de fonder des groupes locaux pour rassembler les personnes de bonne volonté dispersées par les drames des dernières décennies.

Au Québec, nous avons 125 circoncriptions provinciales. À CQV nous avons maintenant comme objectif de rassembler nos donateurs et partisans en 125 associations de personnes pro-vie pour faire rayonner davantage au Québec le message d’espérance qui nous habite. Pour lancer de tels groupes nous avons comme premier projet notre campagne des mini-manifs pour le définancement de l’avortement, qui se tiendra le 23 septembre ◄ (Inscrivez dès aujourd’hui cette date à votre agenda) devant les bureaux de circonscription à travers le Québec. N’hésitez pas à nous contacter si vous voulez participer !


Georges Buscemi, Président

P.S. Je vous remercie de votre générosité à l’égard des plus faibles. Avec vos prières et vos dons, nous travaillons ensemble pour redonner la Vie au Québec.

« On ne peut pas penser que les services à la population ne seront pas touchés avec ces compressions. » affirme Diane Lavallée

Sur le site du journal Le Devoir du 27 juin 2014 :

(Photo : Meuh ! sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

 

(...)« Utopique », la vision du Dr Barrette. Il est carrément « impossible » d’en arriver aux compressions espérées dans le système de santé québécois sans affecter la qualité des soins, assure Diane Lavallée, la directrice générale de la principale association patronale du secteur d e la santé, l’AQESSS. (...)

Et il y a encore des gens qui croient que le gouvernement va respecter sa promesse de financer des soins palliatifs pour tous les Québécois?

Non au financement de l'avortement


Suivre ce lien pour en savoir plus sur notre campagne de définancement de l'avortement au Québec.

Nouvelles CQV

Aidez à bâtir une culture de vie

Suivez-nous sur...