Des statistiques sur le vieillissement de la population au Québec

Sur le site du journal La Presse du 1er octobre 2014 :

(Photo : Peat Bakke sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

 

 

(...) Présentement, seulement 2 des 104 MRC ont une proportion de 25 % ou plus de personnes âgées de plus de 65 ans. En 2036, ce sont 83 MRC qui afficheront cette proportion et les aînés représenteront plus du tiers de la population dans 34 d'entre elles. (...)

Et le gouvernement du Québec tient toujours à payer pour les avortements.

Belle lettre dans La Tribune sur l'accompagnement d'une personne atteinte d'une maladie dégénérative

Sur le site du journal La Tribune du 1er octobre 2014 :

(Photo : caravinagre sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

 

(...) Ma profonde conviction est que notre proche aura toujours besoin de nous, et même s'il ne nous reconnaît pas. Nous, nous savons que c'est notre père, notre mère, notre conjoint... (...).

Même si la tête de notre être cher ne comprend plus, son coeur saura toujours reconnaitre les manifestations d'amour, de tendresse et de compassion. (...)

Et son coeur saura bien reconnaître l'hypocrisie d'une offre d'euthanasie... par « compassion ».

La montée fulgurante de l'euthanasie aux Pays-Bas, peu importe les « balises »...

Sur le blog de Jeanne Smits du 30 septembre 2014 :

(Les médias hollandais sont de plus en plus favorables à l'idée d'euthanasier les dépressifs plutôt que de risquer qu'ils se suicident « eux-mêmes »...)

(Photo :  Carsten Schertzer sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

Le nombre d’euthanasies et suicides assistés déclarés aux Pays-Bas a augmenté pour la cinquième année consécutive pour atteindre 4.829 cas en 2013, à comparer avec les 2.636 cas déclarés en 2009 : un quasi doublement sur la période. 

(...)

Mais les chiffres les plus significatifs sont les suivants, modestes seulement en apparence : 97 personnes souffrant de démence, commençante ou déclarée, ont été « régulièrement » piquées, ce qui représente une grosse progression par rapport aux quelques dizaines des années précédentes, ainsi que 42 personnes souffrant de maladies mentales, contre 14 en 2012 et 13 l’année précédente.
Les médecins néerlandais, qui passent pour tellement plus sérieux que les Belges dont les euthanasies extravagantes défraient la chronique, ne sont pas vraiment en reste : ils acceptent de plus en plus la perte d’autonomie, la peur de souffrir, l’humiliation, la désespérance comme des motifs valables. 

(...)

Cela fait plusieurs années déjà que les médias néerlandais se sont fait l’écho d’arguments suscités par le lobby de l’euthanasie selon lesquels les « suicides illégaux » des malades mentaux ou des déprimés font désordre, sont gênants et traumatisants : il faudrait donc les médicaliser (comme l’avortement) pour éviter un surcroît de souffrance et de troubles. La propagande a été efficace et aujourd’hui bien des Néerlandais sont persuadés qu’il vaut mieux « aider » ces gens à mourir plutôt que de prendre le risque qu’ils se jettent sous un train. C’est douloureux pour eux, et source d’ennuis pour les voyageurs…

Et prendre le temps de soigner et d'aimer jusqu'au bout ? Cela ne leur vient pas à l'esprit, aux médias néerlandais?

La chaîne de la vie à Montréal le 5 octobre

La chaîne de la vie aura lieu simultanément à Montréal et à Québec le 5 octobre 2014. À Montréal,  elle aura lieu de 14h00 à 15h00, au coin Jean-Talon et Décarie, en face du restaurant Dunn's.

 

 

 

 

Des coupures idéologiques dans le réseau des écoles privées?

Sur le site de La Presse du 27 septembre 2014 :

(Photo : Jeangagnon sur wikimédia.org, licence creative commons)

(...)La ministre de l'Éducation de l'époque, Marie Malavoy, avait également l'intention de couper les subventions aux écoles privées qui sélectionnent leurs élèves. (...)

De son côté, le député caquiste Jean-François Roberge reproche aux libéraux de «lancer des idées à gauche et à droite», sans ligne directrice.

 «C'est un feu d'artifice de mesures possibles», a-t-il lancé. Il a rappelé que son parti milite pour l'abolition des commissions scolaires, qui seraient remplacées par des «centres de services plus légers».

Il a souligné que des écoles privées risquent de fermer leurs portes si Québec réduit leurs subventions.

«Si on pense économiser de l'argent en coupant dans le financement des écoles privées... On risque de se retrouver avec une dépense supplémentaire parce que ces élèves-là, il faut bien qu'ils aillent à l'école quelque part, puis on risque d'assumer 100% de la facture», a-t-il soutenu. (...)

Le gouvernement a lancé l'idée d'une baisse de 50 % du financement des écoles privées. Voici le commentaire que nous avons reçu :

Étranges coupures que celles en éducation

Les coupures du ministre Bolduc en éducation toucheront éventuellement 50% des 480 M$ allouées aux écoles privées non parce que le gouvernement y fait des économies, mais pour forcer subtilement les parents à ramener leurs enfants dans le réseau public. Le P.Q. souhaitait faire la même chose également. Faut-il se rappeler qu’au privé, les parents s’acquittent de plus de la moitié (53%) de la facture, montant que le gouvernement n’a pas à défrayer. Un gain très important pour l’État? Cette coupure se traduira forcément par une nette augmentation des coûts d’inscription que devront assumer les parents au privé. Et comme ces derniers sont actuellement coupés de tous les côtés, ils se résigneront à retourner leurs enfants dans le réseau public. Ainsi donc, le gouvernement assumera la totalité (100%) de la facture et l’économie qu’il pensait faire se traduira par une augmentation des coûts généraux en éducation. À moyen et long terme, l’éducation coutera immensément plus cher à l’État.

Mauvaise calcul du gouvernement diront certains? Effectivement car si le gouvernement voulait réellement faire des économies, il devrait investir davantage dans le réseau privé car se faisant, il diminue ses coûts de 53% par enfant. Mais il ne le fait pas. Alors, pourquoi prend-il cette décision? Il y a surement une carte cachée comme c’est souvent le cas chez les politiciens. De mon humble avis, le Ministère de l’Éducation suit à la lettre les directives de l’Unesco, organisation supranationale qui relève de l’ONU et qui oriente les contenus idéologiques des systèmes scolaires à l’échelle internationale pour tous les pays membres des Nations-Unies. Et l’Unesco déteste les écoles privées car ces dernières échappent à ses dérives idéologiques.

L’Unesco n’est rien de moins qu’une matrice au service de l’ONU dont le projet de gouvernance mondiale est déjà clairement énoncé. Selon Julian Huxley, premier secrétaire de l’Unesco en 1945, l’éducation est le levier le plus puissant pour unifier le monde par le biais d’une pensée unique édictée par des agences relevant des Nations-Unies, dont, l’Unesco et donc, l’école. Dès 1945, cette organisation s’est affairée à vouloir réglementer les contenus scolaires en vue d’assurer que ces derniers répondent à ce projet de création d’un Homme nouveau. Oui, un homme nouveau formé par l’éducation. Cet homme nouveau est formaté à travers des contenus scolaires dès son plus bas âge et ce, quel que soit le pays du monde où il se trouve.

La prochaine cible visera les parents éducateurs, ceux qui font l’école maison à leurs enfants. Mais oui, ces méchants citoyens permettent à leurs enfants d’échapper à ce lavage de cerveau version onusienne. Voilà pourquoi les lois de nos états seront de plus en plus coercitives à l’endroit de ces familles éducatrices. Et au-delà des lois de nos gouvernements, il y aura encore une carte cachée : les directives de l’Unesco auxquelles doivent obéir tous les pays membres, donc le Canada et le Québec, grand amant de l’Unesco.

Merci messieurs les docteurs de notre bon gouvernement libéral de procéder à cette délicate chirurgie et d’ainsi perpétuer l’œuvre si chère au cœur du Parti Québécois d’abandonner le Québec aux valeurs internationalistes de l’Unesco. Eh oui, le P.Q. ramait allègrement dans cette barque onusienne.

Réal Gaudreault

Non au financement de l'avortement


Suivre ce lien pour en savoir plus sur notre campagne de définancement de l'avortement au Québec.

Nouvelles CQV

Aidez à bâtir une culture de vie

Suivez-nous sur...