Prière du pape pour le synode sur la famille

Jésus, Marie et Joseph en vous nous contemplons la splendeur de l’amour véritable, à vous nous nous adressons avec confiance.

Sainte Famille de Nazareth, fais aussi de nos familles des lieux de communion et des cénacles de prière, des écoles authentiques de l’Évangile et des petites Églises domestiques.

Sainte Famille de Nazareth, que jamais plus dans les familles on ne fasse l’expérience de la violence, de la fermeture et de la division : que quiconque a été blessé ou scandalisé
connaisse rapidement consolation et guérison.

Sainte Famille de Nazareth, que le prochain Synode des Évêques puisse réveiller en tous la conscience du caractère sacré et inviolable de la famille, sa beauté dans le projet de Dieu.

Jésus, Marie et Joseph
écoutez-nous, exaucez notre prière.

Recommandations de 48 spécialistes de la famille au pape pour le synode sur la famille

Sur le site de Famille Chrétienne du 1er octobre 2014 (via le Salon Beige), un article à lire en entier, dont voici un extrait  :

(Photo :  Frédéric de Villamil sur flickr.com, licence creative commons)

 

nous proposons quelques moyens pratiques pour créer et soutenir ces communautés :

* Commission du Conseil pontifical pour la famille : conduire une recherche longitudinale, interdisciplinaire, sur le rôle de la pornographie et le divorce ‘sans faute’  dans la crise du mariage.

* Former les séminaristes. Leur offrir des cours obligatoires couvrant les preuves explorées en sciences sociales sur les avantages du mariage, les menaces contre le mariage, et les conséquences du divorce et de la cohabitation pour les enfants et la société.

* Former les prêtres à mettre en avant dans leurs homélies la valeur spirituelle et sociale du mariage, les défis actuels qui se posent à celui-ci, et l’aide apportée par la paroisse pour les mariages en difficulté. Selon une étude récente, pour 72 % des femmes catholiques américaines, l'homélie hebdomadaire représente leur principale source pour l'apprentissage de la foi.

* Créer des petits réseaux, dynamiques, de couples mariés solides comme mentors au niveau de la paroisse, disponibles pour offrir aux conjoints des outils pour maintenir leur mariage sain et durable.

* Sensibiliser les paroissiens à l'influence extraordinaire qu'ils peuvent avoir sur les mariages d'amis et de famille. Selon les données de la science sociale, la présence de famille et d’amis divorcés augmente son propre risque de divorce. Par ailleurs, les données suggèrent que des membres de la famille et des amis peuvent contribuer à renforcer l’engagement et la satisfaction au sein des mariages de ceux qu’ils aiment, par leur exemple et leur soutien.

* Encourager et concourir à la réconciliation des couples mariés qui sont séparés ou ont été divorcés par des tribunaux civils.

* Demander aux évêques du monde entier de lancer des prières régulières pendant la messe du dimanche pour des mariages solides et fidèles.

* Soutenir les efforts pour préserver ce qui est bon et juste dans les lois du mariage existantes, résister à toute modification de ces lois qui contribuerait à affaiblir encore l'institution, rétablir les dispositions légales qui protègent le mariage comme une union entre un homme et une femme, inscrit avec une ouverture au don des enfants, et vécu fidèlement et de façon permanente comme le fondement de la famille naturelle.

* Soutenir la liberté religieuse dans les tribunaux compétents en matière de divorce. Beaucoup ne savent pas que la liberté religieuse est régulièrement violée par les juges de divorce qui ignorent ou dénigrent les vues d'un conjoint qui cherche à sauver un mariage, garder les enfants dans une école religieuse, ou empêcher un conjoint qui divorce d’exposer les enfants à un partenaire sexuel non marié. Lancer un consortium d’avocats et de législateurs pour lutter contre ce problème.

Réaliser ces objectifs à l'échelle internationale serait un grand pas en avant pour les mariages et les familles. Les réaliser tous pourrait inverser la crise mondiale.

Des statistiques sur le vieillissement de la population au Québec

Sur le site du journal La Presse du 1er octobre 2014 :

(Photo : Peat Bakke sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

 

 

(...) Présentement, seulement 2 des 104 MRC ont une proportion de 25 % ou plus de personnes âgées de plus de 65 ans. En 2036, ce sont 83 MRC qui afficheront cette proportion et les aînés représenteront plus du tiers de la population dans 34 d'entre elles. (...)

Et le gouvernement du Québec tient toujours à payer pour les avortements.

Belle lettre dans La Tribune sur l'accompagnement d'une personne atteinte d'une maladie dégénérative

Sur le site du journal La Tribune du 1er octobre 2014 :

(Photo : caravinagre sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

 

(...) Ma profonde conviction est que notre proche aura toujours besoin de nous, et même s'il ne nous reconnaît pas. Nous, nous savons que c'est notre père, notre mère, notre conjoint... (...).

Même si la tête de notre être cher ne comprend plus, son coeur saura toujours reconnaitre les manifestations d'amour, de tendresse et de compassion. (...)

Et son coeur saura bien reconnaître l'hypocrisie d'une offre d'euthanasie... par « compassion ».

La montée fulgurante de l'euthanasie aux Pays-Bas, peu importe les « balises »...

Sur le blog de Jeanne Smits du 30 septembre 2014 :

(Les médias hollandais sont de plus en plus favorables à l'idée d'euthanasier les dépressifs plutôt que de risquer qu'ils se suicident « eux-mêmes »...)

(Photo :  Carsten Schertzer sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

Le nombre d’euthanasies et suicides assistés déclarés aux Pays-Bas a augmenté pour la cinquième année consécutive pour atteindre 4.829 cas en 2013, à comparer avec les 2.636 cas déclarés en 2009 : un quasi doublement sur la période. 

(...)

Mais les chiffres les plus significatifs sont les suivants, modestes seulement en apparence : 97 personnes souffrant de démence, commençante ou déclarée, ont été « régulièrement » piquées, ce qui représente une grosse progression par rapport aux quelques dizaines des années précédentes, ainsi que 42 personnes souffrant de maladies mentales, contre 14 en 2012 et 13 l’année précédente.
Les médecins néerlandais, qui passent pour tellement plus sérieux que les Belges dont les euthanasies extravagantes défraient la chronique, ne sont pas vraiment en reste : ils acceptent de plus en plus la perte d’autonomie, la peur de souffrir, l’humiliation, la désespérance comme des motifs valables. 

(...)

Cela fait plusieurs années déjà que les médias néerlandais se sont fait l’écho d’arguments suscités par le lobby de l’euthanasie selon lesquels les « suicides illégaux » des malades mentaux ou des déprimés font désordre, sont gênants et traumatisants : il faudrait donc les médicaliser (comme l’avortement) pour éviter un surcroît de souffrance et de troubles. La propagande a été efficace et aujourd’hui bien des Néerlandais sont persuadés qu’il vaut mieux « aider » ces gens à mourir plutôt que de prendre le risque qu’ils se jettent sous un train. C’est douloureux pour eux, et source d’ennuis pour les voyageurs…

Et prendre le temps de soigner et d'aimer jusqu'au bout ? Cela ne leur vient pas à l'esprit, aux médias néerlandais?

Non au financement de l'avortement


Suivre ce lien pour en savoir plus sur notre campagne de définancement de l'avortement au Québec.

Nouvelles CQV

Aidez à bâtir une culture de vie

Suivez-nous sur...