Les essais cliniques de certains vaccins se font à l'insu des cobayes...

Sur le site de genethique.org du 11 décembre 2013 :

(Publicité pour le vaccin Gardasil)

(Photo : peretzpup sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

Deux tiers des essais cliniques des médicaments commercialisés en Europe sont effectués hors du Vieux Continent, comme en Inde ou en Chine. Les pratiques se révèlent être mal encadrées. En cause : des tests réalisés à l’insu des individus concernés, des falsifications de résultats, des erreurs d’analyse, etc.

En Inde, des scandales ont conduit la Cour suprême à suspendre "toute autorisation d’essais cliniques en attendant que le gouvernement mette en place de nouvelles régulations encadrant ces pratiques". Cette décision survient après des révélations inquiétantes. Début 2013, "des rescapés de la catastrophe industrielle de Bhopal ont appris qu’ils avaient participé à des essais cliniques : l’hôpital construit pour offrir des soins gratuits aux victimes de l’explosion […] aurait mené des études cliniques sur des patients atteints de cancer entre 2000 et 2011 sans les prévenir ni les rémunérer". Par ailleurs, deux vaccins contre le col de l’utérus, Gardasil (Merck & Co) et Cervarix (GlaxoSmithKline), "auraient été testés sur des jeunes aborigènes par l’ONG américaine Path, sans l’accord de leurs parents".

 

 

Des nouvelles de notre mouvement pour la vie en ce temps de l'Avent

Comme je suis heureux, en ce début de l’Avent, de pouvoir vous donner des nouvelles de notre mouvement pour la vie !

Je veux d’abord remercier tous ceux et celles qui ont prié pour nous et qui ont répondu à notre appel urgent du mois dernier. La réponse fut rapide et généreuse, ce qui nous a réchauffé le cœur. Vous ne savez pas à quel point nous sommes reconnaissants envers vous, nos membres, même si, hélas, nous n’avons pas toujours le temps de vous remercier personnellement ou de répondre à toutes vos lettres. Par contre, toute notre correspondance est lue.

Je vous ai parlé le mois passé de « changements dans notre image et dans notre approche » qui nous rendront « encore plus persuasifs et plus efficaces lorsqu’il s’agira de gagner les cœurs et les esprits à la cause des enfants tant chéris par Dieu ». Je suis heureux de vous présenter aujourd’hui ces quelques changements qui permettront Campagne Québec-Vie de rayonner davantage dans le Québec d’aujourd’hui.

Premier changement, comme vous l’avez sûrement constaté : un nouveau logo. La plupart d’entre vous connaissent déjà la signification des « petits pieds » dans le mouvement pro-vie, par cette célèbre photo de petits pieds d’enfant à naître à 10 semaines de gestation. Les pieds de notre logo sont ceux d’un enfant nouveau-né, comme les empreintes que l’on prend à l’occasion au moment de la naissance.

Les pieds représentent l’humanité dans toute sa fragilité, et le cercle suggère un nid ou une protection de cette vie vulnérable.

Second changement : notre site Web CQV.QC.CA.

Vous serez renversés de la croissance fulgurante de notre site Web depuis ses débuts. En 2009, le site accueillait en moyenne une centaine de visites par jour pour un total de deux à trois mille visites par mois. Du 1er au 28 novembre, le site a accueilli 54 000 visites de partout dans le monde, pour une moyenne de 1900 par jour ! Soyez confiants que notre message se propage partout au Québec, en France et dans le monde entier. Ce site Web, qui a été complètement redessiné dernièrement, sera renouvelé sous peu (voir l’image à gauche).

Troisièmement, et c’est le changement le plus important : nous avons modifié notre slogan pour montrer plus clairement que c’est la personne humaine dans toutes ses dimensions (et pas seulement la vie humaine) que nous aimons et voulons protéger. Nous sommes « Pour le respect de la personne humaine – corps et âme – de la conception à la mort naturelle. »

Et c’est bien corps ET âme : nous travaillerons davantage à faire connaître l’importance, pas seulement du corps, mais de l’âme humaine pour tout raisonnement moral ou éthique. En fait, dans le dépliant (que nous allons publier sous peu) qui décrit le travail de Campagne Québec-Vie, on pourra lire ce qui suit :

Tout respect de la personne humaine – toute morale ou éthique digne de ce nom – repose sur le respect de la personne Divine, connue sous le vocable de « Dieu ». Sans Dieu, l’âme immortelle ainsi que le libre-arbitre qu’Il nous donne, la personne humaine est réduite à un tas de matière à s’approprier ou à jeter. Tous, donc, ont le devoir d’approfondir leur connaissance de Dieu, ses commandements et son plan d’amour pour la vie et la famille.

Nous avons donc décidé de nous attaquer à la racine du problème en affirmant haut et fort que sans Dieu ainsi que l’âme libre qu’il a créée, la personne humaine se réduit à un vulgaire « amas de cellules » dont chacun peut disposer comme il veut. Si chaque personne est d’une valeur inestimable, c’est qu’elle est créée et voulue par Dieu.

Pour la vie !

Georges Buscemi, Président

P.S. Vous remarquerez aussi que notre bulletin a fait peau neuve; dorénavant il est publié sous le nom de « Culture de vie ». Bonne lecture !

Un nouvel article sur l'avortement sélectif : le cas des Balkans et du Caucase

Sur le site du journal La Presse du 11 décembre 2013 :

(Drapeau de l'Azerbaïdjan)

(Photo : erjkprunczyk sur flickr.com, licence creative commons)

L'avortement sélectif de filles, un phénomène habituellement associé à l'Asie, touche aussi certains pays d'Europe orientale et du Caucase, où le déséquilibre entre filles et garçons à la naissance dépasse parfois celui de l'Inde, souligne un rapport publié par l'Institut français d'études démographiques (INED).
(...)
C'est en Azerbaïdjan, selon le rapport, que le déséquilibre est le plus élevé (proche de 117), ce qui en fait le deuxième pays après la Chine en termes d'importance de l'écart entre les sexes à la naissance.
(...)

117 garçons pour 100 filles, et c'est pire en Chine...

Procréation assistée : un médecin se bat pour avoir sa part des millions payés par les contribuables...

(Photo : Jeangagnon sur wikimedia.org, licence creative commons)

Sur le site du journal La Presse du 11 décembre 2013:

(L'hôpital Royal Victoria où le Dr Tan a fondé le centre de reproduction de Montréal en 1996)

Une poursuite de 14 millions de dollars d'un médecin contre le Centre universitaire de santé McGill (CUSM), son ancien employeur, met en lumière les enjeux financiers énormes en matière de procréation assistée.

(...) De hausse salariale en hausse salariale, le CUSM en est arrivé à verser au Dr Tan une rémunération annuelle de 1,67 million en 2005.

 (...) Dans la poursuite, le Dr Tan allègue qu'il avait au surplus obtenu du CUSM une entente non écrite de partage des profits (...)

Les 14 millions réclamés par le Dr Tan comprennent essentiellement les sommes liées à la présumée entente de partage de profits (...)

Quelle est la raison pour laquelle on s'obstine à offrir l'espoir d'une fécondation in vitro qui n'a un taux de réussite que de 30%?

Ce qu'il faut savoir sur l'euthanasie en Belgique...

Sur le site de bvoltaire du 8 décembre 2013 :

(Drapeau de Belgique)

(Photo : fdecomite sur flickr.com, licence creative commons)

Carine Brochier, vous êtes coordinatrice de projets à l’Institut européen de bioéthique de Bruxelles. L’euthanasie est dépénalisée depuis onze ans en Belgique. Quel bilan en dressez-vous aujourd’hui ?
 
D’une dépénalisation partielle soumise à de strictes conditions, l’euthanasie devient peu à peu un acte normal et banal auquel les patients auraient « droit ». On arrive véritablement à une banalisation de l’acte euthanasique.
 
L’euthanasie ne devait être pratiquée qu’en cas de conditions exceptionnelles et sous contrôle. Or, le contrôle se fait a posteriori et repose sur une déclaration du médecin : il suffit donc, pour l’éviter, que le médecin ne déclare pas l’euthanasie. La loi visait ainsi à faire cesser les euthanasies clandestines : elle les a, en réalité, multipliées. En outre, la commission de contrôle, nommée de façon politique et noyautée par l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (association qui milite ouvertement pour l’euthanasie et l’élargissement de ses conditions légales), est à la fois juge et partie. En 11 ans, aucun médecin n’a jamais été sanctionné.

(...)

 Pour lire la suite de ce très intéressant article, cliquez ici.

 

Le rapport Estrela sur le « droit à l'avortement » de nouveau rejeté par le Parlement Européen

Sur le site de radiovaticana.va du 10 décembre 2013 :

(Le parlement européen)

(Photo : Alexandre Prévot sur flickr.com, licence creative commons)

Le Parlement européen a rejeté, le mardi 10 décembre, le rapport Estrela sur « la santé et les droits sexuels et génésiques ». La proposition de la député socialiste portugaise Edite Estrela impliquait notamment la reconnaissance au niveau européen d'un « droit à l'avortement » et l'accès à la reproduction artificielle pour les femmes célibataires et les lesbiennes.

L'hémicycle européen a décidé que les points soulevés par le rapport étaient du ressort de chaque État membre de l'Union européenne, rapporte le site internet « belgicatho ». 

(...)

Le texte de la socialiste portugaise demandait également la restriction du droit à l'objection de conscience par les professionnels de la santé concernant l'avortement, ainsi que la mise en place d'une éducation sexuelle des enfants « sans tabou » pour donner une image positive des homosexuels et transsexuels.  

 

Le Président du Chili réaffirme son opposition à l'avortement devant des groupes pro- « choix »...

Sur le site de media presse info du 10 décembre 2013 :

(Le président Sebastian Pinera et sa famille)

(Photo : Sebastian Pinera sur flickr.com, licence creative commons)

(...)« En plusieurs occasions, j’ai dit que je n’étais  pas favorable à l’avortement. Il est toujours mieux d’opter pour la vie. Il est correct et sage d’assumer une position pro-vie », a répliqué le président S. Pinera à la responsable d’un centre pro-avortement.

Humble et sans honte...

Le scandale du contraceptif Depo Provera, injecté sans consentement sur des milliers de femmes africaines

(Photo : World Economic Forum sur flickr.com, licence creative commons)

L'eugénisme et le racisme des organismes de planification familiale est bien connu. Voici l'histoire d'une femme qui a combattu la tentative de passer sous silence le scandale du Depo Provera. Sur le site de c-fam du 6 décembre 2013:

(La fondation Bill et Melinda Gates finance la planification familiale pour les pays pauvres de la planète...)

WASHINGTON, DC, 6 décembre (C-FAM) Un défenseur des droits de l’homme accuse le lobby de l’avortement d’avoir intimidé un témoin prêt à témoigner en public des effets mortels d’un contraceptif de longue durée qu’on injecte aux femmes africaines.
 
L’audience programmée devant le congrès américain aurait pu ébranler la politique internationale des Etats-Unis dans le domaine du planning familial. C’est pourquoi le directeur du Rebecca Project, Imani Walker, sous pression du Planning familial, a fait saisir à la dernière minute l’ordinateur d’un de ses principaux témoins, la directrice politique du Rebecca Project Kwame Fosu, et envoyé au congrès des emails informant ces derniers que Mme Fosu avait été licenciée. Celle-ci s’est livrée au Friday Fax dans une interview exclusive.
 
D’après elle, pour en arriver là, Walker a subi pendant trois ans les attaques incessantes des « idéologues des droits reproductifs ». Les pressions ont commencé après la publication d’un rapport sur les violations des droits de l’homme perpétrées dans le cadre des programmes de planning familial. Mme Fosu est l’auteur de Depo Provera: Deadly Violence Against Women.( Depo Provera : Une violence mortelle à l’égard des femmes)
 
Les médecins africains auraient été payés pour injecter à des milliers de femmes sans méfiance un contraceptif de longue durée dans le cadre d’un essai médical financé en partie par USAID et par la Fondation Gates, explique Mme Fosu. Les lobbyistes, qui rassemblent des gros donateurs issus de l’industrie reproductive, craignent que ce type de révélation amorce le recul des droits reproductifs.
 
Au nombre des abus perpétrés par l’industrie pharmaceutiques, les médecins et les fondations puissantes, on compte d’une part des expérimentations non éthiques sur des femmes africaines, d’autre part, un usage généralisé du contraceptif injectable Depo Provera sur des millions de femmes africaines victimes de pauvreté.
(...)

 Pour lire la suite de l'article, cliquez ici.

 

« ...notre faible croissance économique est due pour une bonne part au choc démographique... » affirme Pierre Fortin, économiste

Sur le site du journal La Presse du 10 décembre 2013 :

(L'équilibre entre le nombre de travailleurs et les personnes à charge de l'état est rompu...)

(Photo : Archives de la Ville de Montréal sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

La population québécoise âgée de 15 à 64 ans connaît à l'heure actuelle un virage abrupt. De 2001 à 2012, elle a augmenté en moyenne de 35 000 personnes par année. Cette année, en 2013, la hausse ne sera que de 10 000 personnes. Puis, de 2014 à 2020, elle va diminuer de 10 000 personnes par année. L'importance de cette catégorie d'âge lui vient du fait qu'elle constitue le principal bassin de recrutement des travailleurs. La chute de notre population des 15-64 en nombre absolu aura des conséquences majeures pour la création d'emploi et la croissance économique dans les années à venir. (...)
 

Un effet secondaire de l'avortement de 30 000 enfants par année dont nous ne parlons pas souvent...

Un article dans La Presse qui fait le lien entre les coûts des soins palliatifs et l'incapacité du gouvernement de payer...

Sur le site du journal La Presse du 10 décembre 2013 :

(Photo : Diego3336 sur flickr.com, licence creative commons)

 

(...) Et avec le vieillissement de la population, une angoissante question se pose: réussirons-nous à faire face à l'escalade des dépenses en soins de santé? (...)

Tenez-vous bien: les dépenses en santé vont bondir de 31 milliards à 61 milliards de dollars de 2013 à 2030, passant de 8,4 à 13,5% du produit intérieur brut (PIB).

 La santé, qui représente déjà 43% des dépenses totales du gouvernement du Québec, accaparera alors 70% du budget de la province. Ayoye, docteur!
 

La Ministre Hivon a déclaré à maintes reprises que l'euthanasie, pardon, le projet de loi 52 sur « l'aide médicale à mourir » était sa priorité...

 

Non au financement de l'avortement


Suivre ce lien pour en savoir plus sur notre campagne de définancement de l'avortement au Québec.

Nouvelles CQV

Aidez à bâtir une culture de vie

Suivez-nous sur...