M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Faites la connaissance de Céleste : née à 22 semaines, elle a survécu seulement 3 heures, mais sa vie a changé le monde

PAR MELANIE PRITCHARD

Note de l’éditeur : Melanie Pritchard est une conférencière pro-vie et pro-chasteté reconnue à l’échelle nationale. Pour en savoir plus sur son histoire, cliquez ici : The day I died’: the dramatic ‘death’ and recovery of pro-life activist Melanie Pritchard.

Rencontrez Céleste. Son nom signifie «du Ciel». C’était un nom qui convenait parfaitement pour une enfant née à 22 semaines et pesant une livre et une once.

Il y a environ un mois, mon amie Corinna a commencé à avoir des contractions à 22 semaines de sa grossesse. Son mari l’emmena à toute vitesse à l’hôpital où les médecins les informèrent que le bébé arrivait. Les docteurs tentèrent de retarder le travail espérant repousser la naissance à 24 semaines lorsque les bébés sont plus aptes à survivre en dehors de l’utérus. Céleste était pressée et rien ne put la retenir.

Mon mari Doug arriva à l’hôpital quelques heures avant la naissance pour réconforter et supporter son meilleur ami (et parrain de notre fille) Kemi et sa femme Corinna. Je suis arrivée environ une heure après et suis entrée à l’hôpital le cellulaire à la main recevant une confirmation au texto que j’avais envoyé à deux amis prêtres les priant de venir tout de suite à l’hôpital et d’être prêts à baptiser. J’entrai dans la salle de travail et embrassai fortement Kemi, puis me dirigeai vers le lit de Corinna et lui fit un signe de croix sur le front en leur disant que je serais dans le hall assaillant le ciel avec des prières et qu’un prêtre était en route.

Nous nous sommes assis, Doug et moi, avec la famille de Corinna et le frère de Kemi, Ike, attendant anxieusement des nouvelles. Nous priions fiévreusement que soit Céleste arrête sa sortie précoce ou que Dieu fasse que ses poumons soient suffisamment développés pour vivre une longue vie. Il y avait un sentiment de sombre impuissance et en même temps, la confiance et l’espoir.

La mère de Corinna reçut un texto disant que les choses étaient en mouvement, ce qui signifiait que Céleste était en route. La famille quitta pour attendre à l’extérieur de la chambre de Corinna tandis que mon mari et moi sommes demeurés dans le hall pour prier. Quelques minutes plus tard, le Père Muir, mon cher ami prêtre et ami de la famille, entra à l’hôpital aux côtés du médecin personnel de Corinna (qui ne disposait pas de privilèges à cet hôpital mais vint pour offrir du support). Ils ne pouvaient mieux tomber puisque Céleste est née peu de temps après et fut baptisée catholique par le Père dans les minutes suivant sa naissance.

Pendant que Corinna accouchait, sa famille, Ike et Doug étaient dans le couloir pleurant, priant et se serrant mutuellement; il semblait que chacun retenait son souffle pour entendre la suite des choses. J’étais à l’arrière et tombai à genoux suppliant le Seigneur pour un miracle. Le docteur sortit avec un air de tristesse sachant par expérience ce qui allait arriver. Il nous annonça que Céleste était née et pesait une livre et une once, qu’elle respirait, avait même un peu de vigueur et qu’elle reposait maintenant collée sur la poitrine de Corinna. Je demandai au médecin s’il y avait une chance pour le bébé de survivre et il répondit que le bébé vivrait probablement une autre heure. Mon cœur se serra, mais je m’accrochai à l’espoir !

Ils nous invitèrent dans la chambre pour rencontrer Céleste. J’aperçus une magnifique petite fille et je fus émerveillée par l’amour que Corinna et Kemi lui donnaient. Ils lui chuchotaient des mots doux à l’oreille et se regardaient amoureusement l’un l’autre. Leur affection était palpable ! Ils aimaient Céleste, caressaient son petit corps tout en se réconfortant l’un l’autre sachant ce qui allait arriver. Ils invitèrent un photographe à venir faire des photos de famille pour conserver leurs moments ensemble. Leur autre fille, Evie, qui a presque un an, s’est jointe à eux pour les photos. Nous avons tous quitté pour leur laisser du temps ensemble et les infirmières ont été assez gentilles de nous ouvrir la chambre d’à côté pour que nous puissions nous réunir. C’était difficile. D’un côté leur bébé était née vivante et nous voulions être heureux, mais il y avait la sombre réalité qu’elle pourrait ne pas être avec nous pour longtemps. Après quelques heures, je quittai l’hôpital pour soulager ma mère qui gardait mes enfants, car il était tard.

Mon mari est resté là pour accompagner la famille. Doug me raconta que les médecins ont emmené Corinna pour une intervention chirurgicale afin d’enlever le placenta et que Kemi, Ike et Doug sont demeurés dans la chambre inondant Céleste d’amour et d’affection. Kemi sortit pour vérifier l’état de Corinna et oncle Ike caressait affectueusement le dos de Céleste. Doug se rapprocha de Céleste et lui dit la phrase que nous disons à nos enfants. : «Tu es «irrépétable», irremplaçable et unique, et le jour où tu es née le monde a changé pour le mieux parce que tu y es. Il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais quelqu’un comme toi parce que tu es spéciale». Les deux hommes sanglotaient sachant que ce magnifique être humain pesant une livre et une once serait bientôt au ciel mais jamais oublié sur terre.

Céleste a survécu trois belles heures en dehors du ventre de Corinna.

Elle a été aimée complètement, totalement et entièrement pendant les 22 semaines et 3 heures de sa vie. Et elle continuera d’être aimée puisqu’elle passera l’éternité au ciel. Mon mari avait raison lorsqu’il murmurait à son oreille : «Le monde a changé pour le mieux parce qu’elle y était». Même si sa vie fut courte, Céleste a été un instrument de changement dans ce monde. Sa courte survie montra son humanité à un stade où plusieurs veulent ignorer qu’elle existe. Elle nous a montré que peu importe que vous viviez trois minutes, trois heures, trois ans ou 103 ans, chaque personne mérite d’être aimée et respectée à chaque étape de son existence, qu’elle soit née ou à naître.

Quelques jours après la naissance de Céleste, son père Kemi partagea ces belles paroles sur Facebook :

Céleste Chineye Ndolo est née le 12 février 2013 à 19 h 47 et est décédée à 22 h 45. Nous avons pu la tenir dans nos bras durant trois heures avant de chanter pour l’endormir pour la première et la dernière fois. Corinna et moi voulons remercier tout le monde pour avoir prié et pensé à nous hier durant notre petite aventure. Corinna et moi aimons envisager la vie comme une série de petites aventures qui nous conduisent au dernier moment où nous devrons rentrer à la maison. Notre petite fille est à la maison. Aujourd’hui, c’est notre 3e anniversaire de mariage et quel meilleur moyen de célébrer l’amour qu’avec la vie. Céleste ne fut pas ici longtemps, mais elle le fut assez longtemps pour être parfaitement aimée par nous et vous tous à travers vos prières. Et maintenant elle va prier pour nous tous jusqu’à ce que nous la revoyions. Si elle ressemble à sa grande sœur, Evie, elle sera debout quand Dieu lui dira de s’asseoir, chantera quand Dieu voudra faire la sieste et rira dans les bras de Dieu. Encore une fois, nous ne pouvons vous remercier tous pour vos prières et votre considération. Nous vous aimons tous et vous considérons comme notre famille.

Kemi et Corinna ont démontré un amour héroïque car ils ont pris soin de leur petite fille, de sa conception jusqu’à sa mort naturelle. Leur amour était pur et prêt à donner même quand ils étaient dans la douleur et le chagrin imaginant ce qui allait arriver.

Céleste était pleinement humaine et pleinement vivante dans le confort du ventre de sa mère et elle continua à être pleinement humaine et pleinement vivante à sa naissance à seulement 22 semaines. L’avortement prend la vie d’un enfant pleinement humain et pleinement vivant et, en Amérique, on peut le faire pendant les neuf mois ou les 40 semaines de grossesse pour n’importe quelle raison. Céleste est la preuve évidente que la vie est précieuse et que chaque être humain mérite d’être traité avec respect de la conception jusqu’à la mort naturelle.

Prions pour que la courte vie de Céleste et ces photos de pur amour héroïque aient un impact sur la culture de la mort. Prions pour que les mères qui choisissent l’avortement voient le visage de Céleste et sortent des bras trompeurs de Planned Parenthood pour aller vers les bras affectueux des centres de grossesse qui vont les traiter avec respect en toute vérité et les aider dans leur situation. Prions pour celles qui sont en situation de crise pour qu’elles voient la main minuscule de Céleste serrée autour du doigt de son père et qu’elles optent pour l’amour héroïque de choisir la vie pour leur enfant à naître. Prions pour que le visage de Céleste soit l’instrument qui invite les législateurs, spécialement notre président, à arrêter l’atrocité de l’avortement qui tue un être humain innocent au nom du confort. Prions pour que le visage de Céleste soit le rappel du ciel aux femmes qui ont avorté leur bébé que Dieu les aime et désire leur pardonner. Prions pour que ces mères voient la face de Céleste et aient le courage de contacter Rachel’s Vineyard ou Silent No More pour rencontrer d’autres femmes qui ont connu la douleur et le chagrin que l’avortement cause aux femmes.

Et enfin, prions pour que Céleste soit un rappel pour nous tous que la vie est précieuse à chaque étape et que nous ne prenions aucun moment pour acquis avec ceux que nous aimons. Et même si nous vivons des circonstances douloureuses ou avons du chagrin, que nous puissions choisir d’aimer d’une manière encore plus héroïque et désintéressée.

Vous pouvez visiter le blogue de Corinna où elle a écrit l’histoire de la naissance de Céleste ici.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire