M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Fécondation in vitro ou donneur de sperme : le choix des partenaires lesbiennes désirant un enfant à tout prix

Sur le site du Journal de Montréal du 22 septembre 2012:

 

 

Après avoir eu recours au traitement in vitro pour leur premier enfant, un couple de lesbiennes s’est tourné vers Internet pour choisir le géniteur de leur deuxième. (...)

D’ailleurs, l’histoire de cette famille est loin d’être singulière. Selon les géniteurs rencontrés par le Journal, les couples de lesbiennes constituent environ la moitié de leur clientèle.

Grâce à une annonce mise en ligne sur un ­forum, le couple est entré en contact avec un homme dans la vingtaine qui réside à Québec.

« On voulait prendre quelqu’un qui habitait le plus loin possible, pour éviter les contacts, raconte Catherine. (...)

 C’est compliqué (le programme provincial) et c’est long. Et ce n’est pas gratuit. Ce n’est pas vrai. Il y a des affaires gratuites, mais ils t’expliquent des affaires pis toutes sortes de patentes. Et là, ça te coûte 1 000 $, 2 000 $ », a souligné un des donneurs lors d’une rencontre.

Or, ce dernier croit aussi que le fait de connaître le géniteur est intéressant dans l’éventualité où l’enfant souhaiterait le rencontrer.

« Parce que l’enfant, ça se peut que ça le torture à l’adolescence », a-t-il ajouté.

De leur côté, Geneviève et Catherine n’ont eu aucun contact avec le géniteur de l’enfant depuis sa naissance. Il a appris que l’enfant était né par un intermédiaire, sans plus.

D’ailleurs, elles ne savent pas encore si elles diront un jour à l’enfant qui est son père biologique.

« On n’est pas rendues là. Chaque situation est différente, hésite-t-elle. Mais, on a la chance d’y penser. Notre autre garçon ne pourra jamais contacter son père géniteur. »

Avoir un géniteur connu est certainement mieux pour un enfant, que d'être conçu en éprouvette, c'est déjà un progrès. Mais on peut rêver... Pourquoi pas un géniteur qui connaîtrait bien la mère et pourrait avoir un contact épisodique avec l'enfant. Plus fou encore? Pourquoi pas un géniteur qui habiterait avec la mère et qui serait uni par une sorte de consentement de don réciproque pour la vie, dans un même amour pour cet enfant, une sorte de père quoi? On arrête pas le progrès...

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire