M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Excellente remarque d'un médecin sur la possibilité d'une liberté de conscience pour les médecins s'opposant à l'euthanasie

Sur le site du journal La Presse du 19 septembre 2013 cette réplique du Dr Dominique Garrel (L'auteur est médecin et professeur titulaire à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal. Il réagit à l'opinion du neurochirurgien Georges L'Espérance intitulée «Au patient seul de juger», publiée le 13 septembre.) :

(Le Dr Dominique Garrel)

 

 

(...) Il me semble cependant que deux aspects ont été négligés dans ce débat: la liberté du médecin et la définition de l'acte de soigner.
 
(...)
 
Le problème est le suivant: l'argumentation du Dr L'Espérance justifie que l'acte d'interrompre la vie à la demande de la personne cesse d'être un crime. C'est ce qui se passe en Belgique où l'aide médicale à mourir n'est pas poursuivie par la justice. Cette aide reste cependant dépendante de la volonté libre du médecin qui y participe et n'a pas été définie comme un soin.
 
Là sont les deux grandes différences avec le projet de loi québécois. Dans ce projet de loi, l'aide médicale à mourir est définie comme un soin, c'est-à-dire comme une procédure à laquelle tout citoyen a droit. Il ne sera donc pas possible à un médecin de refuser d'y participer, soit en effectuant lui-même le geste, soit en donnant au patient l'information nécessaire. La liberté du médecin de refuser, pour toutes sortes de raisons éthiques, morales, ou philosophiques de participer à l'aide médicale à mourir est donc supprimée par le projet de loi.
 
De plus, l'aide médicale à mourir fera partie de la description des tâches du médecin québécois et aucun médecin ne pourra prétendre exercer son métier en ignorant cette tâche.
 
Quant à la définition de l'aide médicale à mourir comme soin, elle me semble poser un problème d'ordre éthique. En effet, le code professionnel des médecins leur fait obligation de proposer à leurs patients des soins dont l'efficacité repose sur des données probantes. Nous pratiquons une médecine fondée sur la science.
 
Or, il n'existe par définition aucune donnée probante indiquant que mettre fin aux jours d'un patient mettra fin à ses souffrances. Pour affirmer cela, il faut invoquer la croyance selon laquelle la vie s'arrête après la mort. Cette croyance, très répandue aujourd'hui, est respectable, mais ce n'est que cela, une croyance.
 
Il n'est donc pas possible de mettre fin aux jours d'une personne en prétendant la soigner, même s'il apparaît justifié de le faire pour répondre à sa demande.
 
Les deux points que je viens de soulever, la liberté du médecin et l'acte de soigner, ne feraient pas partie du débat si le Québec, comme la Belgique, était un pays. En effet, c'est parce que la décriminalisation de l'aide médicale à mourir dépend du gouvernement fédéral que le gouvernement du Québec a fait de ce geste un soin, la santé étant de juridiction provinciale.
 
Je pose donc la question: les médecins du Québec vont-ils perdre le droit de s'opposer à un geste s'ils le désapprouvent parce que le Québec est une province?

 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire