M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QU'UN JOUR. L'objectif de notre campagne est atteint !

3626 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- MERCI !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Enceinte de triplés, une mère porteuse refuse d’avorter, malgré la demande pressante des parents

surrogate-abort-battle-672.jpg

Par Nancy Flanders de LiveActionNews - traduit par Campagne Québec-Vie

Moins d'un mois après que la mère porteuse Melissa Cook, ait rendu publiques les pressions pour avorter l'un des triplés qu'elle portait pour un homme, une autre mère porteuse s’est manifestée, et a déclaré qu’on voulait lui imposer d’avorter l'un des trois triplés qu'elle porte.

Brittneyrose Torres a déclaré au New York Post, qu’elle refusait la demande des parents biologiques d’avorter l'un des trois bébés - la fille. Les autres bébés sont des vrais jumeaux garçons. Elle est enceinte de 17 semaines.

Selon le New York Post, Torres doit recevoir au moins 30 000 $ - 25 000 $ pour un bébé et 5000 $ supplémentaires pour deux ou plus, selon son contrat avec les parents des bébés. Les parents biologiques affirment que le contrat comporte une disposition qui leur permet de dire à Torres d’avorter, et ils refusent de payer, à moins qu'elle avorte leur fille.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Torres a déclaré au Post:

[Les parents biologiques] savaient dès le départ que nous ne voudrions pas avorter à moins d’une question de vie ou de mort .... Nous ne voudrions jamais avorter la vie d'un bébé.

Torres dit aussi que les parents biologiques étaient tout d’abord heureux d'avoir des triplés, mais qu’à 12 semaines de gestation, ils lui ont dit d’avorter uniquement ce bébé.

"J'ai dit à la mère que je ne pouvais pas avorter l'un des enfants," a dit Torres au New York Post. "Je ne pouvais pas, ni émotionnellement ni physiquement, le faire à près de 13 semaines de grossesse. Je crois que ce serait tuer ce bébé ".

Torres a dit qu'elle avait offert d'adopter la petite fille, mais que les parents ont refusé. Torres espère que son histoire va instruire d’autres femmes qui envisagent de devenir mères porteuses, afin qu’elles se rendent bien compte de ce dans quoi elles s’embarquent.

Publicité

×

DERNIÈRE JOURNÉE. L'objectif de notre campagne est atteint !

3626 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- MERCI !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire