M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QUE 3 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2386 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 3 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Enceinte à 17 ans d’un bébé condamné à mourir dès la naissance, elle a choisi la vie

Ambra2_500_276_55.jpg

Par Rebekah O'Brien de LifeSiteNews - Traduit par Campagne Québec-Vie

Micah était âgée de dix-sept ans lorsqu’elle a découvert qu’elle était enceinte. Mais l’avortement n’était tout simplement pas une option pour elle et son petit ami, Kyle.

« Nous n’étions pas prêts du tout, mais nous sentions tous les deux que nous devions assumer l’entière responsabilité du bébé qui était en train de croître à l’intérieur de moi », a-t-elle dit à LifeSiteNews.

Bien que ne se sentant pas prêt à élever un enfant, le couple commen­ça bientôt à ressentir un enthousiasme croissant pour le bébé grandissant à l’intérieur de Micah. Toutefois, leur enthousiasme se transforma en peur et chagrin lorsque lors d’une échographie à 18 semaines de grossesse, ils découvrirent que le bébé que portait Micah souffrait d’une condition appelée anencéphalie. Cela signifiait que leur fille n’avait pas développé une grande partie de son cerveau, de son crâne, et de son cuir chevelu.

Les docteurs lui dirent que le bébé ne survivrait pas à l’extérieur du ventre.

Le docteur de Micah lui suggéra immédiatement l’avortement. Et, bien que Micah et Kyle aient refusé dans un premier temps, Micah a avoué que pendant une semaine après le diagnostic, avorter semblait en réalité être l’option la plus attrayante. Elle craignait qu’il serait plus douloureux de mener sa grossesse à terme et donner naissance à un enfant mort-né que de simplement « mettre fin à la grossesse » à 18 semaines.

« Je portais un bébé qui ne serait probablement pas né vivant. Ma fille ne pouvait pas survivre à l’extérieur du refuge que j’avais créé pour elle », a-t-elle dit. « Il a fallu des mois pour que j’accepte ma décision de porter la grossesse à terme. J’étais constamment confrontée à des questions. Pourquoi? Comment? »

Pourtant, Micah commença à comprendre les réponses à ces douloureuses et difficiles questions.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

« Pourquoi? Parce que quoi qu’il en soit,  elle était ma fille. Il y avait une vie à l’intérieur de moi et je ne pouvais simplement pas lui ôter cela. Elle n’avait pas choisi ce qui lui était arrivé, alors comment pourrais-je choisir de mettre fin à sa vie afin d’avoir un peu moins de chagrin? »

« Comment? Continuer avec la vie de tous les jours! La conclusion était simple. Elle était vivante, elle avait une vie et c’était mon travail en tant que mère de lui donner la meilleure vie possible».

Pendant sa grossesse, Micah était étonnée de l’insensibilité des gens qu’elle a rencontrés.

« Beaucoup de gens étaient très désobligeants quant à l’idée de porter un bébé qui n’était même pas destiné à vivre en dehors du ventre… la quantité de commentaires que j’ai reçus, tels ‘Pourquoi n’avortes-tu pas?’ Les gens semblaient penser qu’en avortant, tout serait plus facile. Tout finirait par disparaître, comme si rien n’était jamais arrivé ».

Mais Micah savait que porter à terme la naissance était son unique option.

« Je leur ai expliqué : ‘je préfère supporter les chagrins qui s’annoncent (qui sont à venir) si je donne naissance à ma fille, parce qu’ainsi, je peux au moins lui donner une chance de s’en sortir’ ».

Ambra_333_500_55.jpgMicah et Kyle décidèrent de nommer leur fille Ambra Storm.

Micah commença à jouir de sa grossesse. Elle rappelle que le bébé « a toujours eu peur des bruits forts. Les jeux de football n’étaient plus très amusants pour moi. Elle était toujours si drôle. Elle donnait des coups à quelques reprises, s’arrêtait pendant trois minutes et puis on voyait mon ventre à nouveau rebondir de haut en bas. C’était comme s’il y avait une fête là-dedans! »

La mère de Micah a partagé sa propre expérience de la grossesse de sa fille.

« Il n’y avait pas un instant pendant lequel le ventre de Micah ne bougeait pas. Nous avons beaucoup ri lors des crises de colère de Ambra. J’ai eu de la difficulté à être là pour Micah. Je pouvais lui apprendre à être une mère, je pouvais même lui montrer comment être une bonne mère adolescente. Mais je ne savais pas comment l’aider à travers ceci. Nous avons décidé que parler, rire, et pleurer tous ensemble était la façon dont nous allions gérer ceci et c’est ce que nous avons fait ».

En raison d’une quantité excessive de liquide amniotique, à 35 semaines, Micah commença à éprouver des difficultés à respirer. Le médecin ordonna donc de provoquer l’accouchement.

« Avec le recul, je pense que je savais que quelque chose n’allait pas quand j'ai senti qu’Ambra ne bougeait plus. Elle était surexcitée la plupart du temps! Je ne voulais pas d’un moniteur fœtal pendant le travail, car je ne voulais pas savoir, pendant cette phase, si elle était décédée ».

« 20 minutes plus tard, Ambra est arrivée au monde. Ils l’ont rapidement placée sur ma poitrine et l’ont nettoyée. Personne ne parlait. Je me souviens que ma mère me regardait et me fit un signe de la tête. Mais les paroles ‘elle est morte’ n’ont jamais été prononcées ».

Micah et Kyle eurent trois heures et demie avec leur fille. Ils étaient étonnés de découvrir les beaux et familiers traits de Ambra.

« Naturellement, comme toute maman, j’ai commencé à compter ses orteils et je me suis rendue compte qu’elle n’en avait que neuf, alors que son père a fait remarquer qu’ils étaient comme les siens. Son petit orteil est sous son autre orteil. J’ai commencé à rire en voyant tous nos traits qu’elle possédait. Elle avait mes cheveux noirs, les longs cils de son papa, mes joues et les jambes longues comme nous deux. Elle avait le menton de ma mère et le nez de ma famille ».

Les funérailles de Ambra eurent lieu deux jours après sa naissance. Micah décrit l’événement comme un moment de deuil, mais elle soutient qu’elle ne regrette pas avoir porté sa fille et lui avoir permis de naître.

« Tout au long de ma grossesse, il était important pour moi de ne pas faire le deuil de ma fille. Elle était encore en vie et je n’allais pas la pleurer avant qu’elle ne soit réellement partie ».

La mère de Micah ne regrette pas non plus le choix de sa fille de donner naissance à Ambra.

« Je ne peux même pas commencer à expliquer ce qu’a signifié pour moi passer à travers cette épreuve, cette aventure avec Micah. J’ai une merveilleuse, aimante, et belle fille qui a donné naissance à une magnifique petite-fille, mon premier petit-enfant, Ambra Storm. Cette expérience nous a rapprochées encore plus en tant que mère et fille…je suis tellement fière d’elle ».

Beaucoup de jeunes femmes se trouvant dans la situation de Micah choisiraient l’avortement, tout simplement parce qu’elles ne sentent pas qu’elles pourraient faire face à la grossesse et à la maternité adolescente. Et surtout en considérant le fatal diagnostic d’anencéphalie. Et pourtant, Micah défend courageusement sa décision de porter à terme sa grossesse et donner naissance à sa fille. Elle encourage d’autres jeunes femmes se trouvant dans des situations similaires à faire de même. Micah a également consacré sa vie à partager le message pro-vie en l’honneur de Ambra.

« J’ai pu rencontrer ma fille, la tenir dans mes bras et l’embrasser. Je ne pouvais pas imaginer ne pas être en mesure de partager ces quelques heures avec elle. Même à ce jour, lorsque je partage mes histoires, des docteurs, des mères de plusieurs enfants, des pères, et des inconnus demandent, ‘pourquoi ne pas avorter?’ Cela m’attriste de savoir que c’est la façon dont nous pensons. Je continue à me battre pour elle, et pour tous les bébés qui ont été avortés ».

Publicité

×

IL NE RESTE QUE 3 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2386 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 3 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire