M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Deux mois après, il pleure toujours... Témoignage sur un récent avortement

regard_vide.jpgSur le site de mamanpourlavie.com du 10 novembre 2014 :

(Photo : Alyssa L. Miller sur flickr.com, licence creative commons)

J'ai 16 ans.
Je suis une ado tout ce quil y a de plus ordinaire. Je ne fume pas je ne bois pas. Je ne couche pas à gauche à droite.
Pourtant, je suis tombé enceinte..
Le jour ou je l'ai su, enfait que jai fais le test et qu'il en est resorti positif, parce que j'avais deja beaucoup de signes ( nausées, mal au ventre, toujours faim, retard des regles),jai voulu mourrir. Pourquoi moi? Une adolescente avec une vie bien banale?
Jai tout de suite envoyer la reponse a mon amoureux. Il se sentait attrocement coupable. On a convenu que le lendemain, on irais à l'urgence. On avait aucune idée quoi faire. Et pas question d'en parler à nos parents. On arrive à l'urgence, on explique à l'infirmière au triage notre situation, et je vous jure, elle s'est mise à pleurer. Elle avait pitié..
Elle nous a réferé a une travailleuse sociale, qui elle nous a référé à une clinique d'avortement situé a 1h30 de chez moi, c'étais la plus proche. On a appeller et on a pris rendez-vous le 17 septembre.
C'étais difficile de me faire à l'idée que ce petit bout qui grandissait en moi, devait partir. Mais c'étais pour son bien.
J'avais peur, peur d'avoir mal, peur de ne plus vouloir, peur de le regretter.
Le jour J, on a rencontré une travailleuse sociale qui nous a tout expliqué comment ça se deroullerait, mais pour être très franche, je n'écoutais rien. J'avais la tete ailleurs.
Quand est venu l'heure, ils n'ont amener que moi dans la salle, mon copain me regardait partir, impuissant. Quand il est arrivé j'avais une robe d'hopital, une seringue dans le bras, et un regard qui le suppliait de me sortir de là.
Ont nous a amené dans une autre salle, on ma couché sur une table, et on ma fais l'echographie. 6,1 semainea ma petite crevette. Ensuite tout est flou, on ma injecté des trucs, je ne me souviens de presque rien. Juste qu mon amoureux a été avec moi tout au long. Je devais avoir un regard vide. Cest comme ça que je me sentais, vide.

Ça été un des pires jours de ma vie. Mais jai réalisé beaucoup.
Jai réalisé la chance que j'avais d'avoir quelqu'un comme lui à mes cotés.

Je ne te cacherai pas, encore aujourdhui cest tres difficile, juste l'autre soir, mon amoureux cest couché sur mon ventre, et il s'est mis a pleurer.
Notre bébé nous manquera toujours. Mais il veille sur nous..
Voila mon histoire d'avortement, et si vous avez des questions, n'hésitez pas.

Alors qu'ils ont demandé de l'aide, on ne leur a proposé aucun autre choix, aucune autre solution que l'avortement. Et « encore aujourd'hui cest tres difficile», et «il s'est mis à pleurer », et « Notre bébé nous manquera toujours »...

Une société inhumaine qui n'apporte aucune aide, au contraire, et laisse dans les larmes, avec seulement ce vide à l'intérieur... et un discours stupide pour tenter d'oublier, selon lequel tout est pour le mieux, pour le mieux de l'enfant... L'avortement, « c'étais pour son bien »...

Le gâchis total...

La raison pour laquelle nous combattons, pour que de telles histoires ne se reproduisent pas.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire