M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !

895 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Des pasteurs qui brassent des idées politiques?

On nous a fait parvenir cette très belle réflexion :

(Plaque commémorative rappelant le martyr du théologien Bonhoeffer)

(Photo :  nick.harrisonfli sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

 

Des pasteurs qui brassent des idées politiques?

Par Réal Gaudreault

Depuis le déclenchement de la campagne électorale québécoise, plusieurs chrétiens me demandent s’il est de bon goût pour un pasteur (ce que je suis effectivement) de défendre une position politique claire? Ce à quoi je réponds inexorablement : OUI. Mais attention, je ne fais pas de politique partisane et ce, d’aucune manière dans la mesure où mes attentes ne reposent certes pas dans les programmes politiques des partis en présence. Mes attentes sont très certainement en Jésus-Christ qui, lui seul, est parfaitement souverain en toutes choses.

Alors, pourquoi donc se mêler de politique? Bien que nous soyons des chrétiens, nous sommes aussi des citoyens payeurs de taxes qui ont un rôle important à jouer dans les décisions qui affectent la société civile. Un rôle d’autant plus important parce que, comme chrétiens, nous défendons des convictions que nous croyons très importantes sur les questions qui regardent l’éthique sociale. Notre opinion compte et nous avons le droit et le devoir de l’affirmer. C’est ce que le concept de la démocratie attend de nous. Nous ne pouvons ni ne devons rester silencieux lorsque des lois qui affectent la vie des plus faibles sont proposées dans nos Parlements.

Proverbes 24 : 11-12

« Délivre ceux qu’on traîne à la mort, ceux qu’on va égorger, sauve-les! Si tu dis : Ah! nous ne savions pas! … Celui qui pèse les cœurs ne le voit-il pas? Celui qui veille sur ton âme ne le connaît-il pas? Et ne rendra-t-il pas à chacun selon ses œuvres? »

Je suis toujours perplexe d’entendre des réactions comme celles-ci : « Ah! c’est le temps de la fin », « Jésus revient bientôt », « Restons soumis à nos autorités politiques » et « Manifestons plutôt l’amour de Dieu. » Bien sûr, tout cela est vrai, mais l’Écriture ne nous incite nulle part à justifier notre inaction par l’usage trop facile de ce type de maximes chrétiennes.

C’est l’Écriture qui nous demande d’ouvrir la bouche. D’une part, il y a le cours ECR, lequel est un cours de religion fabriqué par l’État (sous les libéraux) qui veut instruire nos enfants dans une vision relativiste du phénomène religieux. Les chrétiens auraient dû résister beaucoup plus fermement contre cette invasion du politique dans la sphère religieuse. Et il y a encore l’euthanasie et l’avortement, des dérives idéologiques (culture de mort) que nous devrions dénoncer avec véhémence. Et que dire de la Charte de la laïcité (sous les péquistes) qui, lentement et sûrement, servira d’étau pour l’écrasement des libertés religieuses des générations qui viennent après nous. C’est trop facile de laisser passer tout cela sans rien dire pour préserver notre paix.

Il ne s’agit pas pour nous, chrétiens québécois, d’injurier qui que ce soit dans ce genre de débat, mais bien de dénoncer, tout comme Jésus, ses apôtres ainsi que Paul l’ont fait, quel qu’en soit le prix à payer. Ils sont tous morts persécutés, faut-il se le rappeler? On ne pourra jamais justifier notre silence sous prétexte que le message de l’Évangile est trop « aimant » pour être associé à une critique sociale. Mes amis, je crois que c’est le contraire qui est plutôt vrai : nous devons aimer suffisamment notre génération et notre peuple pour oser ouvrir la bouche. Et comme pasteurs, il ne faut surtout pas craindre l’impopularité des foules qui nous écoutent, car c’est la crainte de l’Éternel qui doit conduire nos choix.

Galates 2 : 10
« Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ. »

Pasteur Réal Gaudreault

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

895 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire