M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Des parents encouragent leur fille à choisir la vie, et son bébé est sauvé de l’avortement

mother-child-smiling-1.JPG

Par (LiveActionNews) traduit par Campagne Québec-Vie

(SaveTheStorks) – 2013 fut l’année où ma vie se transforma pour toujours. J’avais 18 ans et je menais une « vie normale ». Je venais d’obtenir mon diplôme du secondaire et je vivais avec ma famille. J’avais deux boulots et un copain sympathique.

Un matin, je me levai afin de m’apprêter pour le travail et je ressentis des nausées. N’y prêtant pas beaucoup d’attention, je m’en allai au travail comme d’habitude. Tout au long de la journée, j’avais envie de manger des plats inhabituels et je souffrais de maux de tête. En rentrant à la maison, je m’arrêtai chez Walmart où j’achetai un test de grossesse. J’ai passé le test une fois à la maison.

J’attendis; deux petites lignes apparurent. J’étais enceinte. J’avais des nœuds dans l’estomac et je me mis à pleurer.

Je ne savais pas quoi faire. Je me débarrassai du test et me comportai comme si rien ne s’était passé. J’appelai mon copain et le rejoignis chez lui, là nous discutâmes de ma grossesse.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Nous savions que nos parents seraient furieux s’ils découvraient que nous attendions un bébé, nous décidâmes donc que l’avortement serait la meilleure solution.

J’appelai Planned Parenthood le lendemain. La clinique la plus proche ne pratiquait pas d’avortements, mon copain et moi projetâmes donc de faire 5h de route afin d’en trouver une.

Je me vois encore au téléphone avec cette dame en train de me dire que cela coûterait 900$. Je pris de l’argent dans mon compte d’épargne et nous commençâmes à préparer la visite à Planned Parenthood.

Quelques jours plus tard, je me préparais dans ma chambre à aller au travail lorsque ma mère entra et ferma la porte. Elle me demanda : « Es-tu enceinte? » Surprise, je laissai échapper : « Non! » Je lui demandai un instant après : « Serais-tu en colère si je l’étais? » « Non. » répondit-elle.

Je me mis à pleurer en lui disant combien j’étais désolée. Elle se mit aussi à pleurer. Lorsque je lui demandai si elle allait me faire avorter, « bien sûr que non! » s'écria-t-elle.

Lorsque je mis mon père au courant, il me demanda juste si j’allais bien et me donna une tape dans le dos. Aucun de mes parents n’était en colère. Bien au contraire, ils m’apportèrent de l’amour et me furent d’un grand soutien. Et dire que j’avais failli avorter par peur de la réaction de mes parents!

Au lieu de dépenser ces 900$ pour me faire avorter, je les ai utilisés pour le trousseau du bébé – une décision que je ne regretterai jamais. En mars 2014, mon copain et moi convolèrent en justes noces et notre précieuse petite fille vint au monde deux mois plus tard. Notre deuxième bébé naquit au mois de juillet de l’année suivante.

Mes enfants m’ont ouvert les yeux et m’ont ramenée vers Jésus-Christ. Et je mène une vie normale malgré ce que certaines personnes pensent des jeunes parents. Je m’occupe des enfants à la maison pendant que mon mari travaille. Je suis si heureuse de ma famille.

De mes erreurs, Dieu a fait des merveilles. Dieu est tellement, tellement bon.

Publicité



Laissez un commentaire