M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Des parents de jumeaux, un avec un grave trouble du crâne, rejettent l'avortement et choisissent la vie pour leurs deux enfants

twins_810_500_55_s_c1.jpg

Par Nancy Flanders de LiveActionNews - traduit par Campagne Québec-Vie

31 Mars 2015 – Au cours du mois de Septembre 2014, Christina et Shawn Byrum, parents de sept enfants, furent à la fois surpris et excités lorsqu’ils découvrirent que Christina étaient enceinte de deux jumeaux parfaitement identiques.

Ils pensaient au début que leur plus grande inquiétude serait de trouver un foyer plus grand. Cependant, au bout de 12 semaines de gestation, ils apprirent que l’un de leurs enfants était atteint d’acrânie, signifiant que le crâne du garçon ne s’est pas totalement formé.

Contrairement à l’anencéphalie, le cerveau de leur enfant s’est bien développé. Néanmoins suite à l’exposition au liquide amniotique, le cerveau serait devenu endommagé et se détériorerait le long de la grossesse. Le couple prit rendez-vous avec un conseiller ainsi qu’un assistant social pour discuter des différentes possibilités qui s’offraient à eux.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

« Suite à notre rendez-vous avec le conseiller en génétique pour discuter de nos « options » (que nous avons au final toutes refusées), nous avons passé un scan… Ce scan affichait distinctement le cerveau de mon bébé complètement exposé », expliqua Christina sur Facebook. « Les deux bébés étaient en train de bouger et de se débattre sans se soucier de la moindre chose, tandis que j’étais en train d’étouffer les cris silencieux qui provenaient de ma propre gorge. »

Christina et Shawn furent informés que leur garçon devrait mourir soit dans le ventre de leur mère, soit dès lors de sa naissance. Puisque les bébés étaient jumeaux et partageaient le même placenta, si le Bébé A (atteint d’acrânie) venait à mourir dans l’utérus, cela causerait la perte des deux enfants, sinon des problèmes neurologiques pour le Bébé B.

Le couple avait déjà convenu qu’ils continueraient la grossesse aussi longtemps que possible, laissant l’issue à Dieu. Mais avec cette nouvelle, ils savaient qu’ils devaient annoncer le diagnostic à leurs autres enfants, pour qu’ils ne soient pas pris de court si le pire devait arriver.

Malgré tous les risques et inquiétudes par rapport à la santé des jumeaux, le troisième trimestre arriva sans aucune complication. La famille choisit des noms pour les garçons : Bébé A (atteint d’acrânie) se nomme désormais Christopher Emmanuel. Christina espère que son histoire porte l’attestation de la compassion du Christ sous toutes circonstances. Bébé B quant à lui est désormais Eli Cole, car Dieu est la victoire du peuple.

Avec les innombrables rendez-vous et tout le personnel médical se chargeant d’eux, Christina et Shawn entendirent beaucoup de commentaires négatifs, comme par exemple : « Vous avez déjà sept enfants, vous avez fini maintenant ? » ou « Pourquoi les docteurs n’ont-ils pas achevé le jumeau malade ? »

C’étaient des commentaires de ce genre qui inspirèrent Christina à créer une page Facebook au sujet de leurs fils jumeaux et de leurs 28 semaines de gestation.

Au début, elle était heureuse de rejoindre d’autres pages et groupes Facebook et ainsi se rapprocher des parents vivant des situations similaires, mais une fois qu’elle réalisa le peu d’estime de la vie qu’avaient les gens, Christina sut qu’elle devait partager l’histoire de ses garçons pour aider les autres à comprendre que toute vie a un sens et une valeur. Comme elle l’écrivit sur Facebook :

« Ces individus n’ont pas l’opportunité de voir ces bébés si précieux bouger et interagir sur l’échographie […] Comment pourrais-je priver ces frères de la compagnie de l’autre ne serait-ce que pour une seconde de moins que ce que le Bon Seigneur leur donne ? »

Toute relation apporte un risque de peine et de perte… Qu’ils soient supposés passer ces semaines ensemble dans mon ventre pour ensuite être séparés lors de l’accouchement ou que Dieu décide de les rappeler tous les deux à lui lorsque ce voyage touchera à sa fin, tout est décidé par notre créateur.

Le fait qu’Il nous ait utilisé mon mari et moi en tant qu’outils afin de créer toutes ces vies uniques ne nous donne en aucun cas le droit de « retourner à l’envoyeur » en avance ce que la société catalogue en tant que paquet endommagé. »

Publicité



Laissez un commentaire