M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Des médecins s'organisent pour contrer le projet de loi sur l'euthanasie devant les tribunaux du Québec

tourisme1.jpg 

Par Alex Schadenberg, Directeur Exécutif, Coalition pour la prévention de l'euthanasie
Traduit par Campagne Québec Vie

Le 6 novembre 2015 (Euthanasia Prevention Coalition) -- Le groupe Québécois, Coalition des Médecins pour la Justice Sociale, de concert avec Mme Lisa D'Amico, une femme atteinte d'un handicap, ont entamé une procédure judiciaire pour contrecarrer le projet de loi provincial sur l'euthanasie qui doit entrer en vigueur le 10 décembre.

Coalition_of_Physicians_for_Social_Justice.jpg

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Selon la Presse Canadienne, Dominique Talarico, l'avocat représentant la coalition a déclaré que:

“La Cour Suprême (du Canada) n'a pas émis de jugement définitif au sujet de la loi québécoise, pas plus qu'elle ne s'est prononcée sur celle-ci, parce que la loi elle-même ne faisait pas l'objet du débat sur lequel il fallait trancher”.

Talarico affirme qu'aucun consentement du patient ne peut être considéré comme étant une décision prise librement - et pour laquelle il aurait bénéficié d'une information complète - tant que l'option des soins palliatifs ne lui a pas été proposée. Dans la province, ceci n'est pas toujours le cas du fait d'un manque d'accessibilité à certains types de traitement, de médicaments et de soins.

Dr. Paul Saba, qui dirige la coalition, déclara à son tour:

“En tant que médecin, je ne peux prendre fait et cause pour quelque chose qui ne relève ni de la médecine ni même de la science”.

“Cela va même à l'encontre du code d'éthique du Québec. Selon le code d'éthique, si nous avons à proposer un traitement ou une intervention chirurgicale, nous demeurons dans l'obligation d'appliquer la solution qui présente le moins de risques possibles”.

La Coalition pour la Prévention de l'Euthanasie espère que la Cour Supérieure du Québec se prononcera plus tôt que prévu. En effet, les injections létales doivent entrer en vigueur dès le 10 décembre prochain.

Publicité



Laissez un commentaire