M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QUE 3 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2386 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 3 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Élections 2015 : Pour qui voter pour faire avancer une Culture de Vie ?

federal-leaders.jpg

Le 2 août dernier, le premier ministre Stephen Harper, avec l’accord du gouverneur général, a déclenché des élections fédérales. La date du vote sera le 19 octobre 2015. La question qui nous est le plus souvent posée, à chaque élection, est la suivante : « Pour qui dois-je voter dans ma circonscription ? » La question est simple, mais la réponse l’est moins. Permettez-moi de contribuer à nourrir votre réflexion.

En premier lieu, le Parti libéral, le NPD, le Bloc québécois et le Parti vert ont tous comme politique officielle, la promotion de l’avortement. Par conséquent, AUCUN de leurs candidats ne se prononcera publiquement en faveur de la Vie et contre l’avortement.

Par contre, certains des candidats de ces partis peuvent être personnellement opposés à l’avortement, ou à tout le moins en faveur d’un cadre juridique qui en limite l’application, mais ils seront forcés, s’ils sont élus, de demeurer « dans le placard », c’est-à-dire qu’ils sont condamnés à taire leurs opinions pro-vie.

En supposant que de tels candidats existent, et qu’ils soient élus, ils se retrouveront bâillonnés au sein de ces partis. Donc, à moins de nous résigner à voter pour un candidat secrètement pro-vie mais muet, nous nous trouvons en 2015 dans la triste obligation de ne pouvoir voter pour la plupart des principaux partis, ces partis étant, de par leur constitution même, anti-vie et anti-famille.

Conclusion : ni les libéraux, ni les néo-démocrates, ni les bloquistes, ni les verts ne peuvent généralement recevoir notre appui.

Tournons-nous maintenant vers les candidats du Parti conservateur. Le Parti conservateur accepte qu’il y ait des voix pro-vie en son sein : plus d’une centaine de ses candidats se présentant pour l’élection de 2015 se déclarent publiquement pro-vie. Malheureusement, le chef, Stephen Harper (lui-même pro-avortement), a promis, probablement par calcul électoral, de ne jamais présenter de législation pro-vie au Parlement, tant et aussi longtemps qu’il sera chef.

S’il faut constater que le Parti conservateur ne sera jamais, sous Harper, un parti pro-vie, l’on doit reconnaître que ce parti ne promeut pas l’avortement autant que ses concurrents;  au contraire, il semble soucieux de mettre un frein à la culture de mort (par exemple, par l’exclusion de l’avortement d’un programme international pour la santé maternelle).

Ceci dit, aucun des candidats du Parti conservateur au Québec n’a à ce jour répondu au questionnaire envoyé par Campaign Life Coalition leur demandant leur opinion sur diverses questions liées à la vie et la famille; et aucun n’a jugé opportun de répondre publiquement par d’autres voies (Twitter, Facebook, etc.). Nous savons qu’au moins un candidat pro-vie se présente pour le Parti conservateur au Québec, mais il ne souhaite pas que ses convictions pro-vie soient ébruitées.

… Et c’est un vœu raisonnable. Si, au Québec, un candidat avouait publiquement qu’il est pro-vie, il y a de fortes chances que les médias québécois s’emparent de cette information et lui fassent payer sa franchise. Soyons sans illusion : les médias en général, et les médias québécois en particulier, sont biaisés en faveur de l’avortement sur demande. Une étude menée aux États-Unis auprès de « l’élite médiatique » – soit des journalistes travaillant pour les plus grands médias (chaînes de télé, journaux, etc.) – a révélé que plus de 90 % de ces journalistes étaient en faveur de l’avortement, tandis qu’au sein de la population américaine en général la proportion en faveur de l’avortement se situe autour des 50%. De telles données suggèrent que les médias constituent une caste à part qui veut avant tout promouvoir ses vues et non refléter la réalité. Ils possèdent une capacité de propagande pro-avortement et pro-culture-de-mort hors pair, et quiconque s’intéresse à la chose publique en 2015 doit en prendre acte.

Cela ne signifie pas que nous recommandions un vote automatique pour le candidat conservateur de votre circonscription. Il existe aussi des candidats de partis moins connus – le Parti de l’héritage chrétien (PHC) en est un, pro-vie de surcroît, qui vaut la peine qu’on s’y attarde. Malheureusement, à l’heure actuelle, aucun candidat du PHC ne se présente au Québec.

Résumons en quelques lignes les critères principaux pouvant guider l’électeur pro-vie : 1) Si vous ne connaissez pas à fond les candidats de votre circonscription, un vote pour le candidat conservateur serait le plus avisé. 2) Si vous connaissez un candidat qui est à la fois pro-vie et conservateur, votez pour lui sans hésitation. 3) Si vous connaissez un candidat pro-vie appartenant à un autre des grands partis qui vous aurait déclaré clairement, mais privément, sa prise de position pro-vie, votez pour ce candidat seulement si le candidat conservateur est pro-avortement. 4) Enfin, votez pour un candidat d’un parti pro-vie comme le PHC, lorsqu’il n’y a pas, dans votre circonscription, d’autres candidats pro-vie parmi les candidats des grands partis.

Finalement, j’aimerais conclure en soulignant que le fait de voter ne devrait constituer qu’une infime proportion de notre agir politique. L’important, c’est ce que nous faisons au quotidien, dans notre famille, avec nos collègues de travail, avec les personnes sur lesquelles nous pouvons exercer une certaine influence. Ne nous laissons donc pas obnubiler par l’aspect spectaculaire d’une élection fédérale. Quel que soit le résultat, il faudra, le lendemain du scrutin, poursuivre avec patience et dévouement notre travail de sensibilisation et d’aide auprès des femmes enceintes, tout comme nous le faisions avant. Je parlerai davantage des devoirs qui nous incombent entre les élections, dans un prochain bulletin.

 

Pour la Vie !

Georges_Signature.jpg 
Georges Buscemi, Président

×

Nous avons besoin de VOUS pour continuer de publier des articles comme celui que vous venez de lire. Donnez aujourd'hui.

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire