M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QU'UN JOUR. L'objectif de notre campagne est atteint !

3626 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- MERCI !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Comment une panne de voiture et la prière ont sauvé la vie de mon bébé à naître

par Susanna Rose, traduit par Campagne Québec-Vie

WEST CHESTER, Pennsylvanie, 7 février 2014 (LifeSiteNews.com) — Une femme qui songeait à l’avortement raconte que Dieu a utilisé une panne de transmission et les prières ferventes des conseillers de trottoir pour les empêcher, elle et son mari, d’avorter leur fils de 18 semaines.

Cartier, 21 ans, et son mari vivent dans un logement social du gouvernement, en Pennsylvanie. Ils avaient déjà quatre enfants lorsque Cartier a découvert qu'elle était de nouveau enceinte et elle craignait qu'ils ne soient expulsés de leur appartement en raison de la limite d'occupation de six personnes. Ils ont décidé d'aller à une clinique de Planned Parenthood à West Chester, près de Philadelphie, pour un avortement.

Il s’agissait d’un deuxième avortement pour Cartier, qui a subi le premier en 2012. Comme elle l’a dit à Christian News Network, « Je suis allée à Planned Parenthood parce que j’étais coincée dans mon propre monde à faire tout ce que je voulais. J'étais en train d’aller chercher un autre avortement. »

Quand elle et son mari sont arrivés à la clinique d’avortement, les conseillers de trottoir étaient à l'extérieur en train de prier et prêts à offrir des alternatives aux femmes. Cartier dit qu'elle et son mari ont évité les conseillers quand ils sont entrés.

Une fois à l'intérieur, Cartier a bientôt découvert qu'elle ne pouvait pas avoir un avortement à la clinique de West Chester, car elle était déjà enceinte de 18 semaines. Elle devrait aller à une autre clinique, à Cherry Hill au New Jersey, à la place.

Environ une heure après leur arrivée, la conseillère de trottoir Mary Ellen Caris se rappelle avoir vu le couple sortir du bâtiment. Ils sont montés dans leur auto, prêts à faire la route jusqu’au New Jersey ; mais tout à coup, la transmission de la voiture est tombée en panne, juste devant les conseillers de trottoir. Le mari de Cartier a réussi à la redémarrer et à tourner le coin, mais la voiture a rendu l’âme une fois de plus et n’a plus bougé.

Cartier et son mari n’en revenaient pas. Ils venaient de dépenser 500 $ en réparations sur la voiture la semaine précédente et ils n’auraient pas dû avoir ces problèmes.

Cartier a raconté : « Tout le temps que mon mari et moi étions dans l’auto, nous n’arrêtions pas de nous dire : “Et si c'était Dieu? Et s’il était en train de nous dire quelque chose?’’ »

Les conseillers ont offert de ramener le couple à la maison, mais leur ont fait promettre de visiter d'abord le Centre de services aux femmes du comté de Chester à Coatesville, en Pennsylvanie. Cartier a accepté, un peu à contrecœur; et bientôt ils étaient en chemin.

Beaucoup de prières ont été dites pour le couple pendant qu’ils arrivaient. Lisa Thomas, la directrice du centre des femmes, a parlé à Cartier dans son bureau. Soudain, Cartier a fondu en larmes. Elle a décidé d’envoyer un message texte à sa mère pour lui dire qu'elle était enceinte et elle a été surprise de recevoir une réponse la félicitant. Cartier ne s'attendait pas à une réponse positive.

Après l’échographie, Cartier a su qu'elle ne pouvait pas choisir l'avortement. Elle dit à son mari : « Oh mon Dieu, je ne peux pas faire ça. »

La logistique pour garder leur bébé semblait ardue. Ni Cartier ni son mari n’avaient d’emploi. Et maintenant, ils n'avaient même plus de véhicule.

Donc, ils ont prié pour que Dieu réponde à leurs besoins.

L’aide concrète est venue rapidement. Ils ont reçu une camionnette quand quelqu'un a entendu dire que leur voiture était hors d’usage. Cartier a reçu un appel disant qu’une personne de l'église qu’ils avaient commencé à fréquenter voulait que l'église bénisse leur bébé. « Tout ce que vous avez à faire c’est de venir, et les gens vont vous acheter tout ce dont vous avez besoin pour le bébé », a-t-on dit à Cartier.
Le couple a continué à recevoir de l'aide. « Chaque fois que nous n'avons plus de nourriture dans notre maison, quelqu'un nous apporte de l'épicerie », dit Cartier. « Chaque fois que nous pensons : “Comment allons-nous nous rendre là?”, parce que nous n'avons plus d’essence dans la voiture, quelqu'un dit : “Oh, l'église vous donne une carte d'essence, pour que vous puissiez mettre de l'essence dans votre voiture.’’ »

Bébé Roman est né le 4 décembre. Cartier et son mari, qui sont devenus des chrétiens « nés de nouveau », disent qu'ils doivent tout à des contretemps miraculeux et à l'amour de Son peuple.

La conseillère Mary Ellen Caris a ce mot d’encouragement pour les chrétiens qui veulent prendre soin de ceux qui envisagent l'avortement : Dieu travaille dans le cœur des gens pour lesquels nous prions pour qu’ils soient prêts à accepter l'aide qui leur est offerte. « Et même s’il est très important de prier dans nos coins de prière, nos maisons et nos églises au sujet de l’avortement, être présent physiquement aux portes de l'enfer est indéniablement l'une des choses les plus puissantes que vous puissiez faire », dit-elle.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

DERNIÈRE JOURNÉE. L'objectif de notre campagne est atteint !

3626 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- MERCI !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire