M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L'Église catholique s'inquiète du projet de loi punissant la liberté d'expression sur le genre

Canada.JPGLes Canadiens risquent de perdre leur liberté d'expression

(PourUneÉcoleLibre) Extrait d’un communiqué de Mgr Douglas Crosby, Évêque de Hamilton et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada :

« Le projet de loi C-16, Loi modifiant la Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel, a récemment été adopté par le Parlement du Canada et a reçu la sanction royale le 19 juin 2017. Cette loi ajoute l’identité de genre et l’expression de genre à la liste des distinctions illicites en vertu de la Loi canadienne sur les droits de la personne, et elle modifie le Code criminel afin d’étendre la protection contre la propagande haineuse aux membres des groupes qui se distinguent par l’identité de genre ou l’expression de genre.

L’Église catholique regarde toutes les personnes, quelle que soit la manière dont elles s’identifient ou dont elles choisissent de vivre leur vie, comme investies d’une dignité inhérente que leur confère Dieu notre Créateur. Pour cette raison, toute discrimination injuste ou toute forme de violence contre une personne, ou une communauté, ou une classe de personnes, est toujours moralement mauvaise. Dès le moment de sa conception, l’être humain reçoit la dignité innée de porter l’image de Dieu. Toutes les personnes, y compris celles qui se disent « transgenres », doivent toujours être traitées avec compassion, respect et amour.

Laissez un commentaire Lire la suite

Auto génocide québécois : déconstruction d’une société

Drapeau-Quebec.JPGLe Québec est en danger

Par Isabelle O’Connor Montcerf-Lytton (VivereCanada)

Le gouvernement du Québec a lancé, ce 29 juin, sa Stratégie pour l’égalité homme-femme visant à éliminer toute disparité homme-femme. Là où le bât blesse, c’est de tenter de faire croire, dès le plus jeune âge, que les hommes et les femmes sont non seulement égaux mais aussi identiques et interchangeables. Choisir de nier leurs différences, leur complémentarité, au lieu de les reconnaître et les célébrer, c’est diluer la force du couple naturellement procréateur, qui est le fondement même d’une société (à preuve le lamentable taux d’échec de la procréation artificielle, financée à coup de millions par le gouvernement québécois). Financer des phénomènes antinatalistes comme par exemple le mouvement « child-free », lequel prône le non-désir d’enfant, sans parler de la sexualité contraceptive et abortive, c’est financer son auto génocide. Le Québec n’a pas besoin des autres pour l’éradiquer. Il le fait lui-même. Qu’il réajuste le tir avant qu’il ne soit réellement trop tard. Il est minuit et une.

Laissez un commentaire

Gardant son bébé après avoir été violée, une jeune femme trouve l’espoir et rejette l’avortement

bebe-2.JPG

Par Nancy Flanders (Live Action News) traduit par Campagne Québec-Vie

Washington (district de Columbia) – PJ* n’avait que quatorze ans lorsque dans le temps de Noël 2010, des amis lui ont présenté l’homme qui allait la violer. Militaire, celui-ci était en congé pour Noël au village d’à côté. Les parents de PJ n’avaient pas coutume de permettre à leur fille d’être avec des gens qu’ils ne connaissaient pas, mais ils étaient eux aussi une famille militaire, et leur aînée venait de terminer son entraînement dans l’armée. Pour autant ils jugeaient cet homme digne de confiance. Mais dans le sous-sol de ses parents, entourée de plusieurs témoins qui garderont le silence, PJ fut violée.

Cinq mois plus tard, PJ découvrit qu’elle était enceinte. Jusque-là elle n’avait rien dit à ses parents ; quand elle le leur a tout dévoilé, ses parents, bouleversés, furent remplis de colère mais se sentaient aussi responsables. Angela, la mère de PJ, considéra alors l’avortement comme option pour sa fille. Elle explique :

« Je pensais vraiment qu’il fallait que je l’emmène pour un avortement. J’étais pro-vie, mais avec des exceptions. Je ne voulais pas le faire, mais j’avais appris que c’était la chose à faire en cas de viol. Mon mari, par contre, m’a dit qu’il ne voulait aucunement prendre part à la mort d’un enfant – que c’était tout de même une vie humaine. Mais partout où nous allions, la réponse d’amis aussi bien que de personnes de foi était catégorique : il fallait interrompre la grossesse. »

Laissez un commentaire Lire la suite

Avortement et transgenre : la faute à Descartes !

Rene_Descartes.JPGDescartes, le premier pro-choix?

Par Georges Buscemi, président de Campagne Québec-Vie

Jeudi passé, on nous apprenait que la pilule abortive sera disponible gratuitement au Québec à partir de cet automne. Ailleurs on nous apprend que, pour la première fois, la mention « genre inconnu » figure sur la carte santé d’un enfant de huit ans de Colombie Britannique, à la demande de son parent transgenre qui refuse toute appellation de genre pour « ille » et son enfant.

Loin d’être deux faits divers n’ayant en commun que le fait qu’ils soient récemment apparus dans les pages de nos quotidiens, l’idéologie transgenre, qui nie l’existence d’une vraie distinction homme-femme, et la légalisation de l’avortement, qui nie l’humanité de l’enfant à naître, sont en fait deux fruits amers d’une même erreur philosophique, celle du dualisme cartésien corps-âme.

Laissez un commentaire Lire la suite

Selon un pédiatre, l’idéologie « transgenre » violente et abuse les enfants

Pediatre-transgenre-enfants-abus.jpg

Par Clémentine Jallais (Reinformation.tv)

Elle est présidente de l’American College of Pediatricians, pédiatre elle-même et mère de famille catholique. Michelle Cretella prend la parole sur LifeSite News pour dénoncer la violence, la maltraitance que l’idéologie transgenre fait subir aux enfants, via le fameux protocole de transition censé non pas soigner (car il ne faut plus parler de trouble mental), mais « réviser » leur assignation sexuelle de naissance.

Les arguments sont biaisés, les études faussées – mais le raz-de-marée est puissant.

La « transidentité » : la nouvelle norme

Michelle Cretella le rappelle : il y a quelques années, peu auraient imaginé ces histoires d’accès controversé aux toilettes hommes/femmes… Et pourtant, cette idéologie acharnée « a infecté nos lois » et dérive aujourd’hui – c’est le drame – sur nos enfants, « avec le soutien croissant apparent de la communauté médicale professionnelle ». Ceux qui affichent une opinion divergente sur le sujet se voient aussitôt disqualifiés…

Laissez un commentaire Lire la suite

Donald Trump, cible des partisans du contrôle de la population : on nous fait peur avec le Nigéria

Donald-Trump-controle-population-Nigeria.jpg

Par Jeanne Smits (Reinformation.tv)

Le quotidien britannique de gauche The Guardian a mis en ligne dimanche un article dénonçant l’arrêt des subventions des Etats-Unis aux ONG d’aide internationale qui subventionnent l’avortement. La journaliste Ruth Maclean, en reportage au Nigéria, nous y apprend qu’un homme, un seul, est responsable des malheurs de nombreuses femmes de ce pays, et pourrait bien porter la responsabilité d’une croissance accélérée de sa population : elle a nommé Donald Trump. Pourquoi ? Parce que la diminution des subventions frappe de plein fouet la distribution des contraceptifs dont la pénurie commence à se faire sentir.

Tout l’article est à la gloire des programmes de « santé reproductive ». La journaliste raconte, émue, comment les femmes de Maiduguri obtiennent des implants contraceptifs qui les « protègent » de la grossesse pendant quatre ans. Elle met en évidence l’altruisme des sages-femmes qui distribuent pilules et piqûres au risque d’avoir elles-mêmes moins de travail en raison de la diminution du nombre de parturientes. Les femmes sous contraception, insiste Ruth Maclean, ont plus de liberté. Moins de bouches à nourrir. Qu’elles aient fui les attaques de Boko Haram – le Nigéria compte de nombreux camps de réfugiés – ou que leurs maris soient réticents à l’égard des méthodes « modernes », elles auraient donc besoin de cette « aide » de l’Occident qui a tout intérêt à la donner alors que certaines grosses villes du Nigéria connaissent un doublement du nombre de leurs habitants du fait de l’afflux de réfugiés.

Laissez un commentaire Lire la suite

Est-il vrai que l’éducation à la sexualité en milieu scolaire fait l’objet d’un consensus au Québec ?

ciref-1.JPG

Voici une annonce pour un événement, organisée par le CIREF, à ne pas manquer.

Échange sur la question

Le Centre international de recherche et d’éducation familiale (CIREF) qui fait la promotion de la culture de l’amour et de la sexualité intégrés, de la naissance à la maturité, propose aux parents un jour, parents toujours et à leurs loyaux collaborateurs une importante rencontre où nous aborderons l’une des questions cruciales de notre temps pour qui croit en la famille, choix de Dieu, et veut la protéger. Aussi, bienvenue aux jeunes adultes !

Laissez un commentaire Lire la suite

Violet fut sauvée de l’avortement lorsque sa mère quitta la clinique de Planned Parenthood

Ally.jpgAlly et son bébé Violet

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) traduit par Campagne Québec-Vie

Cela lui prit beaucoup de force et courage, mais Ally, qui avait fait l’objet de pression pour qu’elle se fasse avortée, sortit de la clinique où elle avait un rendez-vous pour un avortement.

Ally découvrit qu’elle était enceinte après avoir pris un test gratuit de grossesse au Ventura County Pregnancy Center (Centre de grossesse du comté de Ventura). Les gens du centre lui ont montré également une échographie de son bébé et lui ont parlé de ses options et du développement du fœtus. Ally se sentit bouleversée et décida de s’en aller. Elle a affirmé que les personnes du centre de grossesse lui assuraient qu’elles seraient là pour elle, peu importe ce qu’elle choisirait de faire.

Laissez un commentaire Lire la suite

Les regrets et la souffrance des pères après l’avortement racontés dans la grande presse… au Royaume-Uni

souffrance_des_peres-2.JPG

Par Jeanne Smits (Reinformation.tv)

Le tabloïde britannique Daily Mail publie un long article sur les regrets et la souffrance des pères après l’avortement. Sujet largement tabou au nom du politiquement correct qui impose la reconnaissance de l’avortement comme « un droit des femmes », il fait ainsi son entrée dans un journal de la grande presse du Royaume-Uni, qui vise un public populaire et qui y réussit d’ailleurs fort bien, puisqu’il annonce aujourd’hui quelques 2 millions d’exemplaires vendus quotidiennement dans les pays anglophones.

C’est à travers quelques exemples poignants que le Daily Mail se fait l’écho d’associations de soutien aux personnes qui regrettent leur « IVG » : Rachel’s Vineyard, notamment, organisme catholique qui aide de nombreuses femmes à prendre conscience de la réalité de l’avortement et à rechercher le pardon à travers cette vérité qui seule rend libre. L’association dispose d’antennes à travers le monde et elle s’est tôt ouverte aux hommes qui souffrent aussi du syndrome traumatique post-avortement. Chez Abortion Recovery Care, également sollicité par les journalistes qui ont réalisé l’enquête, on estime qu’aujourd’hui une personne sur 10 venant trouver un soutien et une aide à la suite d’un avortement est un homme.

 

Laissez un commentaire Lire la suite

Le Canada promulgue une loi radicale imposant l'acceptation de la théorie du genre

Everyone_gender_equality.jpg

Par Lianne Laurence traduit par Campagne Québec-Vie

Ottawa, 15 juin 2017 (LifeSiteNews)  ̶  Le Sénat canadien a adopté, sans amendement, le projet de loi des libéraux de Justin Trudeau sur les droits des transgenres, par un vote à 67 contre 11, et 3 abstentions.

Le projet de loi ajoute « l'expression du genre » et « l'identité du genre » au Code Canadien des Droits de l'Homme et à la section du Code Criminel sur les crimes haineux. (…) [Le projet de loi a reçu la sanction royale le 19 juin 2017]

Les critiques avertissent que sous la loi C-16, les Canadiens qui nieront la théorie du genre pourraient être accusés de crime haineux, condamnés à une amende, emprisonnés et forcés de participer à un entraînement anti-préjugés.

Laissez un commentaire Lire la suite