M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2017

3102 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 5 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Grâce à votre appui, nous approchons du 5e anniversaire d’existence de notre site Web pro-vie Culture de Vie (www.cqv.qc.ca/blog). Depuis son lancement officiel, en automne 2012, nous avons accueilli près de 3 millions de lecteurs, en provenance des quatre coins de la planète. Et l’aventure se poursuit : depuis le début de cette année, 128 490 utilisateurs ont visité nos pages.

Nous restons à l’affût des récentes tendances vers le format télévisuel en-ligne. Les avancées technologiques actuelles, si fulgurantes, nous permettant d’acquérir, à prix modique, un équipement audiovisuel de qualité, vous verrez sous-peu des nouvelles et des chroniques vidéos pro-vie en-ligne, sur notre site et sur notre poste YouTube (www.youtube.com/user/CampagneQuebecVie). Merci de continuer à nous aider, par vos dons et vos prières, à répandre au Québec et dans le monde entier la vérité sur la Vie et la famille !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

Donner à Campagne Québec-Vie

Dans le Michigan, un agriculteur catholique se fait refuser l'entrée d'un marché pour sa vision trop naturelle du mariage – pas assez LGBT

 country_mill.jpgDes membres de la famille Tennes

Par Clémentine Jallais (Réinformationtv)

La ferme « Country Mill Farms » s’est vue fermer les portes d’un grand marché à East Lansing, parce que ses propriétaires, une famille catholique, avaient osé publier sur Facebook que le mariage était l’union d’un homme et d’une femme. Cette affaire va encore plus loin que d’autres du même genre, outre-Atlantique, car les protagonistes n’ont jamais refusé de vendre à une personne LGBT, en raison de son appartenance.

Ici, c’est le fait même de penser qui est jugé, au delà de toute base tangible de service relatif au cadre du marché. La Constitution se trouve bel et bien violée, il y a réelle discrimination – un procès est d’ores et déjà en cours, nous rapporte « LifeSiteNews ».

Un agriculteur catholique qui préfère le mariage… d’un homme et d’une femme

Depuis sept ans, la famille Tennes se rendait au Marché Fermier d’East Lansing pour y vendre ses fruits et légumes. C’était même le seul stand de pommes biologiques… Mais il semble que l’idéologie LGBT l’emporte encore sur le label écolo : quand les hauts fonctionnaires de la ville ont appris ses convictions, ils ont élaboré une politique « especiale » à son encontre pour pouvoir l’exclure manu militari.

Laissez un commentaire Lire la suite

Scheer le « sympathique » pro-vie: lettre ouverte à Mario Dumont, chroniqueur au Journal de Montréal

andrew_scheer_1.jpgAndrew Scheer, le nouveau chef du Parti conservateur

Note de l'éditeur: La présente lettre a été écrite par Solange Viau, en réaction à un article que Mario Dumont a rédigé sur Andrew Scheer, à la suite de sa victoire dans la course à la chefferie du Parti conservateur. 

Bonjour M. Dumont,

Je suis abonnée au Journal de Montréal depuis quelques mois. Je ne sais pas si je fais partie de la gauche sociable ou de la droite sociale. Je suis chrétienne catholique pro-vie, contre la peine de mort, contre la possession d’armes à feu, pour le respect de l’environnement, pour une plus grande justice sociale (surtout envers les peuples des pays en voie de développement), pour la fin des paradis fiscaux, pour un plus grand respect des droits des animaux (je mange des œufs et des viandes biologiques), pour l’autonomie alimentaire (gestion de l’offre -lait, œufs etc.) et l’achat des produits locaux.

J’ai pris ma carte pour le Parti conservateur cette année.

Oui, Andrew Scheer était dans mes 4 premiers choix. J’ai fait seulement cinq choix.

J’ai aimé le titre de votre article et la belle photo de M. Scheer, mais je n’ai pas apprécié que vous dénigriez autant le fait que des Canadiens puissent vouloir qu’on débatte enfin du sujet le plus important pour la survie de notre société. Un peuple sans enfant est un peuple sans avenir. Ce n’est pas seulement un sujet d’ordre moral, mais aussi politique et économique.

Laissez un commentaire Lire la suite

Un pro-vie catholique gagne la course à la chefferie du Parti conservateur

andrew_scheer.jpg

Andrew Sheer

Par Pete Baklinski traduit par Campagne Québec-Vie

Toronto, 29 mai 2017, (LifeSiteNews) -- Un catholique, père de cinq enfants et député fédéral, possédant un fort dossier de votes pro-vie et pro-famille, est devenu le nouveau chef du Parti conservateur du Canada.

Andrew Scheer, âgé de 38 ans, a remporté une victoire surprise dans la nuit du 28 mai au treizième tour de scrutin. Il a remporté cette victoire avec 51% des voix par rapport aux 49% du candidat favori Maxime Bernier, après avoir été derrière Bernier lors des 12 premiers tours de scrutins. Le comptage des votes s’est déroulé à Toronto, au cours de la convention à la direction du parti.

Les deux autres candidats pro-vie, Brad Trost et Pierre Lemieux, ont terminé respectivement en quatrième et septième places.

Scheer a conduit une campagne visant à unir les conservateurs sur la base des « meilleures politiques » du parti. Parmi ses promesses sur les thèmes de la famille et de la liberté, on trouve le refus de financer les universités qui ne respectent pas la liberté d'expression, le soutien des droits des parents en tant que premiers éducateurs de leurs enfants, et la mise en place d’allocations de maternité exemptes d'impôt. Il tentera de défaire le gouvernement du Premier ministre libéral Justin Trudeau lors des prochaines élections fédérales prévues en 2019.

Laissez un commentaire Lire la suite

Une femme vivant avec le syndrome de Down a prononcé un merveilleux discours pro-vie aux Nations Unies: « S’il vous plaît n’essayez pas de nous faire tous disparaître »

charlotte_fien.jpgCharlotte Fien

Par Dorothy Cummings McLean traduit par Campagne Québec-Vie

Genève (Suisse), (LifeSiteNews) 29 mai 2017 – En mars, une femme âgée de 21 ans et vivant avec le syndrome de Down a plaidé aux Nations Unies avec passion contre les assassinats ciblés de bébés vivant avec ce syndrome.

Charlotte « Charlie » Fien a comparé le génocide croissant des bébés ayant le syndrome de Down, aux programmes d’euthanasie nazi des années 1930.

Fien a déclaré à l’instance onusienne à Genève : « Je ne suis pas souffrante; je ne suis pas malade. Aucun de mes amis ayant le syndrome de Down ne souffre non plus. Nous sommes heureux. »

Elle a ajouté : « Nous avons juste un chromosome supplémentaire. Nous sommes encore des êtres humains. Nous ne sommes pas des monstres. N’ayez pas peur de nous…S’il vous plaît n’essayez pas de nous faire tous disparaître. »

Laissez un commentaire Lire la suite

Un bébé de 21 semaines se fait opérer le cœur alors qu'il est encore dans le ventre de sa mère

juan-5.jpg

Par Micaiah Bilger (Lifenews) traduit par Campagne Québec-Vie

L'Hôpital pour enfants de Philadelphie est reconnu mondialement pour développer des procédures chirurgicales novatrices afin d‘aider à sauver la vie des bébés à naître.

Les médecins de l'hôpital ont récemment effectué une chirurgie cardiaque chez un bébé à naître de 21 semaines alors qu'il était encore dans le ventre de sa mère, en enlevant une tumeur qui l'avait presque tué, rapporte CBS 3 in Philadelphia.

« Son cœur au moment de la chirurgie était de la taille d'une arachide. La taille de la tumeur était trois fois celle du cœur », a déclaré le chirurgien Dr. Jack Rychik à la Chaîne. « Si nous avions attendu un jour de plus, il aurait probablement été trop tard. »

Rychik et son équipe ont effectué la chirurgie cardiaque fœtale en octobre, et bébé Juan est né le 11 décembre. Au début du mois de mars, les médecins l'ont déclaré assez en bonne santé pour rentrer à la maison, selon le reportage.

 

Laissez un commentaire Lire la suite

Totalitarisme gay au Canada : l’Ontario adopte une loi permettant d’arracher les enfants aux parents chrétiens

canada-ontario-loi-arracher-enfants-parents-chretiens-totalitarisme-gay-.jpg

Par Jeanne Smits (Réinformation.tv)

En pointe depuis longtemps pour tout ce qui concerne la culture de mort, l’Ontario vient de franchir une nouvelle étape dans la mise en place du totalitarisme gay et antichrétien. La majorité de gauche du parlement de la province vient d’adopter, à la veille de la levée de la session pour les vacances d’été, la « Loi 89 » qui élargit les pouvoirs des services sociaux en vue de placer des enfants dont les parents contreviendraient à l’idéologie dominante. Adoptée à une large majorité – 63 contre 23 – la loi prévoit que les enfants puissent être arrachés à leurs foyers si leurs parents s’opposent aux droits LGBTQI et à l’idéologie du genre. Premiers visés : les chrétiens.

La loi permet également d’empêcher les couples opposés à ces droits et à cette idéologie d’adopter ou d’être reconnus comme familles d’accueil.

L’intitulé de la loi, dans la plus pure tradition d’inversion de la Pravda et du « Newspeak » orwellien, annonce le contraire de ce qui sera fait : « Soutien aux enfants, aux jeunes et aux familles ». Le texte ajoute les facteurs d’« identité de genre » et de l’« expression de genre » à tous ceux qui doivent être pris en considération pour déterminer « l’intérêt supérieur de l’enfant » en fonction duquel celui-ci pourra être séparé de ses parents et placé auprès d’adultes ayant obtenu l’agrément des pouvoirs publics.

 

Laissez un commentaire Lire la suite

Un miraculeux nouveau-né n'avait pas respiré pendant 22 minutes à sa naissance, mais les médecins ne l'ont pas abandonné

matilda.JPGLe bébé Matilda

Par Micaiah Bilger (Lifenews) traduit par Campagne Québec-Vie

Rachel Norey avait craint le pire quand les médecins ont mentionné les mots « soins palliatifs » à propos de sa fille nouveau-née.

Quand sa fille Matilda, est née grâce à une césarienne faite d’urgence, il y a sept mois, elle ne respirait pas, rapporte ITV News.

Mais une équipe de soins s’est battue pour sauver la vie de Matilda, et aujourd’hui elle est à la maison et se porte mieux que ce qu’on espérait. Cette famille vit en Angleterre dans le comté d’Essex à Harlow.

Sept mois plus tôt, Norey souffrait d’un décollement du placenta, une rare complication où le placenta se détache de l’utérus. Cette situation avait mis sa vie et celle de sa fille à naître en danger.

Laissez un commentaire Lire la suite

La sédation terminale ? De l’euthanasie déguisée, selon une journaliste australienne

sedation-terminale-euthanasie.jpgLa sédation terminale, ou dite profonde, pourrait faire office d’alternative à l’euthanasie et au suicide assisté.

Par Jeanne Smits (Réinformationtv)

Si Vanessa de Largie regrette quelque chose, c’est d’avoir accepté que sa vieille mère reçoive une « sédation palliative », ou sédation terminale, à la fin de sa vie. La journaliste australienne, plutôt connue pour des articles coquins dans la presse anglophone, vient de publier un article bien plus sérieux où elle dénonce les protocoles modernes d’accompagnement des personnes en phase terminale. La sédation terminale – celle-là même rendue accessible en France en tant que « droit » des patients par la loi Léonetti-Claeys – est une « euthanasie déguisée », affirme-t-elle sans détour. « Je voudrais tellement ne pas y avoir soumis ma maman ! », explique-t-elle aujourd’hui.

« Le centre de soins palliatifs a laissé mourir ma mère sous mes yeux, alors que je me tenais là impuissante », raconte Vanessa de Largie. C’est au terme d’une conversation avec les responsables du centre qu’elle s’est laissée pressurer en vue d’accepter un protocole de fin de vie comme « meilleure option possible » pour sa mère. C’était la bonne manière de la laisser partir « dans la dignité et avec zéro douleur ».

« Hélas, j’ai donné le feu vert à l’équipe de soins palliatifs, et ce choix, il va falloir que je vive avec pour le restant de mes jours », note la jeune femme. Les médecins n’ont-ils pas toujours raison ?

Laissez un commentaire Lire la suite

Avortement : Lettre ouverte au ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Gaétan Barrette

conseiller-sur-trottoir.jpg

Assez récemment, Campagne Québec-Vie rapportait que les pro-vie de Montréal avaient reçu une injonction leur interdisant de s'approcher de plus d'une certaine distance des cliniques d'avortement. Puis le 6 décembre 2016 l'Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi nº 92, dont l'auteur est Gaétan Barrette, étendant cette interdiction à toute la province. La présente lettre, écrite par Norman W. Lower, aborde un aspect de cette loi. 

Monsieur Barrette,

Le titre modifié du projet de loi nº 92 (loi adoptée le 6 décembre dernier) contient les mots suivants: « service d'interruption volontaire de grossesse. »

Hein? Comment? Je sais ce que veulent dire « service » et « volontaire », mais « interruption de grossesse »? Ça signifie quoi ça, Gaétan? De quoi s'agit-il exactement?

D'abord c'est un fait scientifique, que tout le monde sait vraiment, que la vie commence à la conception.

Ensuite, selon le Reader's Digest Great Encyclopedic Dictionary (édition 1975), grossesse - "pregnancy" - veut dire: "The state or quality of being pregnant" - l'état ou la qualité d'être enceinte. Alors le terme « interruption de grossesse » doit signifier l'élimination d'une vie humaine à naître (ou de deux vies dans le cas de jumelles/-jumeaux, ou de trois...), tandis que le terme « interruption volontaire de grossesse « doit signifier l'élimination volontaire d'une vie humaine à naître (ou de deux vies ou de trois...).

En d'autre mots, « interruption volontaire de grossesse » veut dire un avortement provoqué. Suis-je correct jusqu'ici?

Cependant - et soyons honnête - le terme « interruption  de grossesse » n'est-il pas un euphémisme qui adoucit/cache une très dure réalité (où « tout le monde n'en parle pas »* n'ose pas en parler)? « Appelons les choses par leur nom, » disait le chroniqueur Richard Martineau. Alors l'avortement provoqué, en toute réalité, c'est « l'infanticide prénatal, » ou l'euthanasie assistée d'un enfant à naître, » ou pire encore, « le massacre d'un bébé à naître, » ou encore « un acte de terrorisme. »

Concernant ce dernier, voici ce que j'ai écrit dans une lettre au rédacteur de la revue Catholic Insight (Toronto) et publiée dans le numéro de février 2015:

Le terrorisme actuel met en évidence une terrible contradiction au sein même de notre société: tout en condamnant les attaques terroristes, et ce à juste titre, les Canadiens commettent chaque année 100 000 actes de terrorisme au moyen de l'avortement (résultat: 100 000 morts). À mon avis, le mot de Shakespeare « Oh comme nous sommes fous nous mortels » pourrait s'appliquer à nous: « Oh comme nous sommes hypocrites nous Canadiens. » [ Traduction libre] .

Batinse, Gaétan, le Québec a-t-il un avenir? Le Saint pape Jean-Paul II disait: « Un peuple qui tue ses enfants n'a pas d'avenir. »

Mais « tout le monde n'en parle pas » n'ose pas en parler.

Semble-t-il que l'infanticide prénatal volontaire est maintenant considéré un peu partout dans le monde comme un droit fondamental d'une maman, et que ce droit a la préséance sur le droit à la vie inaliénable de son enfant à naître.

Ben coudonc...

Bien à vous,

Norman W. Lower


*« Tout le monde en parle » est le titre d'un talk show (du bavardage à ne plus finir, rarement instructif) à la télé de Radio Canada.

 

Laissez un commentaire

Une mère courageuse, atteinte du cancer, refuse l'avortement et donne le jour à des jumeaux en bonne santé

becky_anderson.JPGLa courageuse mère Becky et ses jumeaux Preslee et Buddy

Par la Lifesitenews traduit par Campagne Québec-Vie

26 Mai, 2017 (SPUC-- Becky Anderson a rejeté les conseils du médecin et sauvé ses jumeaux à naître, en dépit du fait que son médecin lui ait dit que son cancer du col de l’utérus pouvait la tuer.

Becky, de Portsmouth, qui était déjà mère de deux enfants, Morgan,18 ans et Phinley, 9 ans, a découvert qu’elle était enceinte, au mois de mai 2016. Mais à peine deux mois plus tard, une biopsie donna un résultat anormal, et on lui apprit alors qu’elle avait le cancer du col de l’utérus.

D'autres tests, lorsque Becky était à sa quinzième semaines de grossesse, montrèrent que le cancer se limitait au col de l'utérus et qu’elle n’aurait pas besoin de chimiothérapie.

Elle a déclaré au Sun: « C’était un tel soulagement d’entendre que le cancer ne s’était pas propagé. Mais dès que la nouvelle tomba, mon premier souci fut pour mes jumeaux à naître. J’ai demandé au docteur si tout était beau de leur côté.

Laissez un commentaire Lire la suite