M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La pilule abortive RU-486 maintenant disponible en Italie…

La pilule de l’avortement RU-486 a reçu le 9 décembre 2009 le feu vert définitif en vue de sa commercialisation. (Journal de Montréal, 10 décembre 2009)

Malgré les réticences du gouvernement italien et la désapprobation du Vatican, ce médicament de la mort sera fortement recommandé. Cette pilule « miracle » permet de ne pas recourir à l’avortement chirurgical pour tuer un enfant à naître avant sept semaines de gestation. L’inventeur de cette granule, le professeur français Étienne Baulieu, avait dénoncé l’Italie lors d’un congrès de gynécologie tenu à Rome en septembre 2009, l’accusant d’çetre le seul pays d’Europe où elle ne soit pas encore disponible. Voilà, chose faite! Les italiens viennent de rejoindre le camp de la mort.

Mgr. Élio Sgreccia, président de l’Académie pontificale pour la Vie, a qualifié cette pilule de « véritable poison mortel », en réaffirmant haut et fort que « la sanction contre les médecins, les femmes et tous ceux qui utilisent, prescrivent et font la promotion de la RU-486, c’est l’excommunication ».

Il faut rappeler que l’Italie a autorisé et commercialisé la pilule abortive « La MIFEGYNE » au cours de juillet 2009. De plus, la pilule du lendemain, « la NORLEVO », est en vente libre en Italie depuis 2000; cette pilule serait très populaire auprès des jeunes filles, surtout de 12 à 18 ans. Avec toutes ces pilules mortelles, la culture de mort se porte très bien au pays de Benoît XVI. La décadence morale n’a plus aucune limite. Le sexe récréatif est devenu le sport national dans nos pays occidentaux dits modernes et avancés.

La vie a de moins en moins d’importance en autant qu’on s’amuse et qu’on jouit de l’instant présent. Quant au futur, et quant à l’éternité, on n’y pense même plus!

Laissez un commentaire

France: Projet de loi sur l'euthanasie, réaction des évêques

« La personne vulnérable, trésor d’humanité ». Voilà le thème de la déclaration des évêques de France signée par Mgr. Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes et Mgr. Jean-Paul James, évêque de Nantes, le 23 novembre 2009. (Source : Bulletin Le sourire de Marie, novembre-décembre 2009).

Chez nos cousins français, un Comité consultatif national d’Éthique prépare actuellement un projet de loi inique sur l’euthanasie, où on ouvrirait la porte au suicide assisté (aide active à mourir) et où les fœtus et les embryons humains atteints de la trisomie 21 pourraient être légalement jetés à la poubelle.

Le devoir de l’État, c’est de veiller à l’épanouissement normal de TOUS les êtres humains en respectant l’ordre naturel établi par Dieu. Les évêques français viennent de l’affirmer très clairement : « La maladie et le handicap n’altèrent pas l’humanité… Reconnaître la dignité humaine passe par les interdits de l’eugénisme et de l’euthanasie. Il est indigne de l’homme et d’une société d’y consentir… Chaque personne est un trésor d’humanité, pourvu qu’elle soit accueillie pour elle-même… Et chacune arrive au bonheur par le chemin qui lui est propre ».

Cette courageuse déclaration épiscopale, face à un projet de loi très populaire qui cadre parfaitement bien avec la culture de la mort, fait actuellement beaucoup de bruit en France. Les personnes malades et handicapées sont menacées. Pourtant, elles sont une richesse et un trésor pour notre pauvre humanité de plus en plus en manque d’espoir. La Conférence des évêques de France nous donne des signes encourageants dans ce dossier. N’oublions pas que Marthe Robin avait déjà annoncé, il y a 30 ans, « que la France serait perdue à cause de ses chefs religieux et politiques, car nous assistons, disait-elle, à la décadence de la nation dont le titre de Fille aînée de l’Église ne semble plus qu’un lointain souvenir ».

Il ne faut surtout pas désespérer sur le dossier VIE. Les forces du mal sont de plus en plus déchaînées, car une quantité importante de sable tombe dans l’engrenage de la culture de la mort.
 

Et au Québec ?

Le gouvernement Charest s’intéresse actuellement à ce dossier. Il va bientôt mettre en marche une commission itinérante pour prendre le pouls de la population. Les pressions sont énormes pour que l’Assemblée nationale accouche d’une résolution (le Parti libéral et le Parti québécois s’entendent comme larrons en foire) pour exiger du gouvernement fédéral une loi légalisant l’euthanasie et le suicide assisté.

Les médias, en majorité très favorables à l’euthanasie sont déjà à l’œuvre pour faire pencher la balance du « bon » bord. Depuis deux mois, l’information tordue abonde un peu partout pour «aider » la population à se faire une « bonne opinion » sur le sujet.

En 2010, la rectitude politique exige d’être pour la culture de mort : La Presse du 5 janvier 2010 nous annonçait la catastrophe finale, car le nombre de cas d’Alzheimer doublera d’ici 30 ans au Canada. L’impact économique sera insupportable, paraît-il, car les coûts directs et indirects liés à la démence seront multipliés par 10 au cours des prochaines années selon la Société Alzheimer de Montréal. En 2038, ces coûts atteindront 153 milliards par années.

« La catastrophe », voilà le titre accrocheur de l’éditorialiste André Pratte dans La Presse du 5 janvier 2010. Notre système de santé se dirige tout droit vers la faillite. On va frapper le mur ! « À moins de découvrir un vaccin miracle contre cette terrible maladie, le Québec n’échappera pas à une crise historique des finances publiques », ajoute André Pratte, qui tremble devant la perspective « de voir le coût consacré aux soins à ces personnes démentes passer de 8 milliards à 92 milliards au Québec ». Et les journaux ont emboîté le pas en ouvrant abondamment leur tribune libre pour permettre au bon peuple de s’exprimer sur cette terrible perspective… une expression d’opinions à sens unique évidemment.

En voici quelques exemples : « Un peu de dignité S.V.P., je veux la dose fatale au plus vite, je préfère mourir comme mon petit chien, les soins palliatifs doivent disparaître, les centres d’hébergement sont surpeuplés, on n’a plus les moyens de soigner les malades incurables, si je suis malade, j’ai droit de décider de l’heure de ma mort, mon corps m’appartient et si je n’ai plus le goût de vivre ça ne regarde personne d’autre que moi, etc… »

Depuis quelques mois, on entend et on lit ad nauseam toutes ces sornettes au Québec. On est en train de mettre la table pour nous faire avaler les « très grands bienfaits » de l’euthanasie.

N’ayons pas peur ! À la manière des évêques français, il faudra affronter la tempête, pour trouver le calme et sérénité d’un monde en faveur de la vie. Comme il n’y aura peut-être pas de vaccin miracle, il nous faut préparer les cœurs pour que les proches de ceux qui souffrent d’Alzeimer’s trouvent le courage d’être solidaire auprès de ces malades qui sont précieux aux yeux de Dieu.

Laissez un commentaire

Surprenante conversion de la directrice d'un avortoir

Article tiré du Bulletin "En Route". Reproduit intégralement, avec permission.

Abby Johnson (photo) travaillait depuis huit ans dans l’avortoir de Planned Parenthood de Bryan (Texas) et en était même devenue la directrice en 2007. Or, c’est devant cet avortoir que David Bereit, aujourd’hui directeur national de 40 jours pour la vie (40 Days for Life), a lancé en 2004 la première et seule vigile cette année-là de ce qui est devenu la plus puissante campagne pour la vie dans le monde. David Bereit se souvient : « Dès cette première campagne en 2004, nous avons prié pour qu’Abby, et tous les autres employés des avortoirs, finisse par voir ce qu’est vraiment l’avortement et abandonne cette industrie de la mort. »

Les prières de David et de ses amis pro-Vie ont été exaucées cinq ans plus tard. Abby a quitté la direction de l’avortoir de Planned Parenthood de Bryan le 6 octobre, au quatorzième jour de la sixième vigile des 40 jours pour la vie devant cet avortoir. Il est vrai que progressivement elle avait pris conscience que Planned Parenthood n’était pas tant un organisme de conseil qu’une machine à faire du fric avec l’avortement.

Mais le vrai déclic chez Abby, c’est quand elle a pu voir l'image par ultrason d’un véritable avortement. C’est ce déclic qui a provoqué chez elle ce qu’elle nomme aujourd’hui « une conversion spirituelle ».

J’en reviens à ce que j’ai déjà écrit et qui est une forte réflexion du Père Frank Pavone : parler de l’avortement c’est bien, mais montrer ce qu’est vraiment un avortement c’est beaucoup mieux ! Le spectacle abominable de petits corps démembrés et sanguinolents pourrait provoquer un électrochoc tel chez nos contemporains que l’opinion sur l’avortement, aujourd’hui hélas ! majoritairement favo-rable, pourrait basculer… Mais ce n’est pas demain qu’on verra cela à la télévision ; vous pouvez m’en croire.

Abby Johnson vient de basculer et elle est la huitième personne travaillant en avortoir à avoir démissionné pendant la campagne des 40 jours pour la vie. J’ai également appris que l’avortoir de Planned Parenthood de Kalispell (Montana) fermerait bien définitivement ses portes le 20 de ce mois : la vigile des 40 jours pour la vie l’avait pris comme objet de ses prières lors de sa campagne de ce printemps.

Quant au nombre de bébés sauvés, il avait atteint, selon le courriel de David Bereit de ce matin (3 novembre 2009), le nombre de 542 [le total des enfants sauvés depuis le début des 40 jours pour la vie en 2004 est de 2168].

Laissez un commentaire

20,000 à la Marche pour la vie à Paris

Un message de nos cousins Français. En passant, s'il y a de nos lecteurs qui, comme ces "étudiants pro-vie" de France, étudient présentement au Cegep ou à l'université, et qui aimerait fonder un club pro-vie à leur école, qu'il ou elle me contacte -- nous pouvons vous aider.

Enorme succès pour la défense de la Vie!

La 6ème édition de la marche pour la vie s'est déroulée aujourd'hui sous les meilleurs auspices.

Sous une météo clémente, environ 20 000 personnes ont marché pour la Vie.

C'est un cortège composé de camions sonorisés, de banderoles et de pancartes qui a défilé de la place de la République jusqu'à la place de l'Opéra.

Familles, jeunes, moins jeunes, ont pu ainsi témoigner leur attachement et leur volonté de lutter pour la défense de la vie de manière pacifique et optimiste.

Cette année, la marche était placée sous le signe de l'unité à travers le monde puisque nous avons eu la joie d'accueillir parmi nous des délégations venues des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, de Roumanie, de Belgique, d'Allemagne...

20 cars de province avaient également fait le déplacement jusqu'à Paris pour accompagner le collectif" En marche pour la Vie "dans cette passionnante aventure qu'est la défense pour la Vie.

Animée par des personnalités du monde de la défense pour la Vie telles que Cécile Edel, Clotilde Yvan, Benjamin Izarn, la marche est devenue le symbole d'une alternative à la culture de mort.

Rappelant que ce combat pour la défense de la Vie ne s'arrête pas à cette journée si particulière mais se poursuit au quotidien au sein de vos familles, vos amis, vos lieux de travail voire jusque dans les rues, le Collectif "En marche pour la Vie" et plus particulièrement les Etudiants Pro Vie vous souhaitent une bonne continuation à tous et vous donnent rendez-vous l'an prochain le 23 janvier!

Après cette grand rassemblement, il est urgent de transformer l'essai:

-Invitez tous vos contacts à rejoindre le groupe Etudiants Pro Vie
-Abonnez vous au réseau Twitter Etudiants Pro Vie http://www.facebook.com/l/f21b6;twitter.com/etudiantsprovie
-RENTREZ DANS L'AVENTURE EPV, et rejoignez nos équipes présentes déjà dans une dizaine de villes, créez en dans votre ville, vos campus !
( action@http://www.facebook.com/l/f21b6;etudiantsprovie.com )
- mettez en ligne vos vidéos, photos  sur le groupe EPV, sur l'event marche pour la Vie !

http://www.facebook.com/l/f21b6;etudiantsprovie.com    http://www.facebook.com/l/f21b6;enmarchepourlavie.info/

Benjamin Izarn
Président des Etudiants Pro Vie

Laissez un commentaire

Lettre de la semaine

Nous recevons souvent à Campagne Québec-Vie des lettres de nos membres. En voici une autre qui me fend le coeur:

À qui de droit.

Je suis à 200/100 pour Québec-Vie; je ne comprends pas que le gouvernement paye pour les avortements, tuer une vie c'est triste.

J'ai 88 ans et ce n'était pas si pire que ça, quand j'avais 10 ans. J'ai onze enfants, 18 petits enfants, et dix arrières petits-enfants.

Le 1er janvier nous étions 52 dans la salle paroissiale.

Le bon Dieu est présent continuellement et j'ai une famille heureuse...

Il y a en a qui ont fait leurs cours classique, j'ai deux infirmières, d'autres cultivateurs ou manufacturiers. Ils gagnent bien leur vie. Merci au Seigneur pour la foi héritée de mes parents.

Espérant que la foi reprendra plus forte. Merci à vous tous pour votre grand dévouement. Je suis seule depuis 34 ans, depuis la mort subite de mon cher mari René.

Excusez moi si je vous dérange. J'aime la vie, en pensant à Jésus.

Bonjour, merci!

Laissez un commentaire

L’avortement et le cancer du sein : où en sommes nous?

Le 7 janvier le député conservateur de Saskatoon-Wanuskewin, Maurice Vellacott, a émis un communiqué de presse (pdf) annonçant qu’il y avait bel et bien un lien scientifiquement vérifiable entre l’avortement et le cancer du sein. En émettant ce communiqué, il espérait que le « camouflage » des médias et des sociétés du cancer qui persistent à nier le lien entre l’avortement et le cancer du sein, serait levé une fois pour toutes.

M. Vellacott a-t-il raison? Y a-t-il véritablement un lien entre l’avortement et le cancer du sein et y a-t-il un « camouflage » de cette vérité de la part des médias et des sociétés du cancer?

Dans son communiqué, M. Vellacott cite une étude de Jessica Dolle et al. de la très respectée Fred Hutchinson Cancer Research Center. Dans cette étude, on cite Louise Brinton, une chercheuse pour la U.S. National Cancer Institute (NCI) qui admet que l’avortement augmente le risque du cancer du sein de 40%.

De plus, l’étude de Dolle démontre un lien vérifiable entre l’utilisation d’un contraceptif oral et l’incidence d’un cancer de sein « triple-négatif » (un cancer de sein spécialement difficile à traiter), le risque de ce cancer pouvant quadrupler si la femme a utilisé cette sorte de contraceptif avant 18 ans ou si elle s’en est servi durant les cinq dernières années.

Ce qui est surprenant, selon Karen Malec, présidente de la Coalition on Abortion/Breast Cancer, c’est que cette étude « a été publiée il y a neuf mois, …et qu’aucun organisme combattant le cancer du sein ne sonne l’alarme à l’échelle nationale, pour réduire l’incidence du cancer de sein. »

Nous faisons donc face, très possiblement, à une sorte de déni des faits. Pourquoi ces organismes nient-ils ce lien très probable? Serait-ce trop politiquement dangereux pour eux d’aborder cette épineuse question de l’avortement?

Passons maintenant aux médias : y a-t-il un problème sur ce côté? Les médias ont-ils une certaine tendance de passer sous silence les faits qu’ils ne réconcilient pas facilement avec leur point de vue? Poser la question c’est y répondre… Prenons pour exemple un article d’Hélène Buzzetti paru dans Le Devoir du 8 janvier, qui cite le communiqué de presse de M. Vellacott.

Mme Buzzetti écrit que « les opposants à l’avortement chiffrent l’augmentation du risque à 40%. » mais déclare qu’ils obtiennent de tels chiffres qu’en « s’appuyant sur des recherches contestées par le milieu scientifique. » Et puis, après avoir mis la communauté scientifique d’un bord et les « pro-vie » de l’autre, elle débute la deuxième partie de son article avec le sous-titre « En vérité » et elle déclare : « La preuve scientifique, elle, est tout autre. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) soutient que « l’avortement n’augmente pas les risques de cancer du sein. » Et sur quoi s’appuie l’OMS? Buzzetti précise : « L’OMS est arrivée à cette conclusion au terme d’un atelier tenu en 2003 d’une centaine d’experts mondiaux ayant passé en revue la littérature scientifique sur le sujet. »

C’est fort convainquant… n’y a-t-il pas donc de lien entre l’avortement et le cancer du sein? Mais creusons un peu plus… Qui avait été l’organisateur principal de cet atelier en 2003, cet atelier que cite l’OMS, cet atelier qui a supposément clos le débat sur le lien entre le cancer du sein et l’avortement? Réponse : Louise Brinton, de la National Cancer Institute… Eh oui, la même Louise Brinton citée dans le communiqué de presse de M. Vellacott; cette même Louise Brinton qui affirme, dans une étude publiée en 2009, que l’avortement augmente le risque du cancer du sein de 40%. Donc la journaliste Hélène Buzzetti réfute Louise Brinton version 2009 en citant ses efforts de 2003…

Que penser maintenant? Il me semble qu’il pourrait y avoir une bonne corrélation entre l’avortement et le cancer du sein. L’avortement serait très probablement un facteur qui augmente le risque de cancer du sein chez la femme. Cependant, pour ma part, j’aimerais bien que la société cesse d’encourager l’avortement non parce qu’il cause le cancer, mais parce qu’il tue un enfant à naître, ce qui est une injustice et une horreur.

Laissez un commentaire

L’endoctrinement: le cours Éthique et culture religieuse remis en question

Le chat vient de sortir du sac ! Après avoir été qualifiés de tous les noms sur la place publique, ceux et celles qui s’opposent au Cours d’éthique et de Culture religieuse sentent une bouffée d’air frais qui pointe à l’horizon. Voilà qu’une importante étude de l’Institut de recherche sur le Québec conclut « que le CECR obligatoire dans toutes les écoles de la province n’instruit pas les élèves, mais sert plutôt à les endoctriner pour en faire des enfants accommodants ». (La Presse, Le Devoir, Le Journal de Montréal, 11 décembre 2009)

La sociologue Joëlle Quérin, responsable de cette étude est très claire : Ce cours biaisé et tordu « abandonne les connaissances pour se consacrer exclusivement à la promotion du multiculturalisme, rebaptisé pluralisme », affirme notre spécialiste. Elle n’hésite pas à parler de « propagande à l’école ». Le gouvernement veut passer par l’école pour transformer la société et imposer sa philosophie grâce à une stratégie de pluralisme doctrinal. Elle réclame l’abolition immédiate de ce cours bidon qui empoisonne l’esprit de nos enfants dans un contexte figé où tout débat est évacué et interdit.

Le réputé sociologue Mathieu Bock-Côté va encore plus loin et qualifie ce cours de « cours d’accommodement 101 où l’enseignement des religions sert de prétexte à la rééducation thérapeutique de la société québécoise ». (La Presse, 11 décembre 2009)

Les « méchants cathos dits de droite » ne sont plus seuls à combattre « ce cours qui viole la liberté religieuse des parents, qui gomme nos traditions et qui relativise notre héritage culturel en mettant sur le même pied d’égalité toutes les croyances ». (Richard Martineau, Journal de Montréal, 10 décembre 2009)

Quand je lis l’expression « rééduquer » le bon peuple, cela me révolte au plus haut point. N’oublions pas que c’était l’outil préféré des empires communistes russes et chinois, il y a plusieurs années, qui prenaient les enfants en otages pour imposer à la nation leur philosophie marxiste-léniniste. On en est rendu là au Québec grâce à une certaine intelligentsia qui occupe les postes de commande.

La conclusion de cette savante étude devrait susciter une levée de boucliers : le cours d’ÉCR ne donne aucune connaissance spécifique aux enfants, ni l’histoire des autres religions, comme les responsables alambiqués nous l’ont frauduleusement fait accroire ; ce cours se veut « un outil de propagande destiné à vendre les vertus du multiculturalisme à la Bouchard-Taylor » (Richard Martineau). Après 11 ans d’un tel endoctrinement, les élèves auront perdu leur identité culturelle et religieuse, et, « aucun accommodement ne leur paraîtra déraisonnable », affirme Mme Quérin.

Face à cette gifle monumentale, la ministre de l’Éducation Michelle Courchesne continue toujours de nier la réalité et affirme que « le cours d’ECR est le meilleur outil de rapprochement entre les différentes communautés du Québec en leur permettant de mieux se connaître ». (La Presse, 11 décembre 2009)

Ou bien notre ministre est de mauvaise foi, ou bien elle est d’une naïveté abyssale. Nous connaissions très bien les objectifs de ceux qui ont pondu ce cours inacceptable et indigeste. La vérité vient d’éclater au grand jour, même si le gouvernement s’acharne à nier l’évidence.

N.B. À l’émission Denis Arcand en direct, à la radio FM du matin, durant la semaine du 7 décembre 2009, l’invitée Denise Bombardier était très choquée. Après avoir mis la main sur le cahier d’exercices de Secondaire I du cours d’ECR, elle est tombée sur la question suivante :

Veux-tu me dire qui tu es ?

Choix de 3 réponses pour l’élève :

a) je suis une fille ___
b) je suis un garçon ___
c) je ne le sais pas encore ___ 

Sans commentaire...

Laissez un commentaire

Député Chevalier mondial Dennis Savoie au Chevaliers du Québec : N’ayez pas peur, défendez les enfants à naître

Le numéro deux mondial des Chevaliers de Colomb, Dennis Savoie, a été reçu comme invité à un souper bénéfice à North Hatley organisé par un Chevalier local, Marc Nadeau, et commendité en partie par Campagne Québec-Vie. Le souper rassembla une cinquantaine de personnes, dont plusieurs Chevaliers de Colomb de la région de Sherbrooke au Manoir Hovey samedi soir le 14 novembre. Étaient aussi présents l’archévêque de Sherbrooke, son Excellence monseigneur André Gaumond, et Me Yves Duceppe, le directeur suprême des Chevaliers du Québec.

M. Savoie a commencé son allocution en établissant un parallèle entre l’attentat du 11 septembre et l’avortement : plus de 3000 personnes on perdu la vie le l1 septembre, et, chaque jour en Amérique du nord, dit-il, plus de 3000 enfants à naître sont supprimés par l’avortement. Le scandale, dit-il, c’est que ce fait, faisant parti du quotidien, est passé sous silence, ce qui est complètement inacceptable.

C'est ce silence à l'égard de la tragédie humaine qu'est l'avortement qui a motivé l’instance mondiale des Chevaliers de Colomb, à New Haven au Connecticut, d’imposer une taxe annuelle de 2$ par Chevalier pour un nouveau fonds « culture de la vie ». Au Québec, ce fonds s’élèverait à $200,000 par an. « Nous savions que cette nouvelle taxe soulèverait des réactions négatives, comme c’est toujours le cas avec les taxes. » dit M. Savoie. Cependant, selon lui, il fallait aux Chevaliers un moyen de se mobiliser concrètement pour la défense de la vie vulnérable, les opposants jouissant de « million et de millions » pour leurs campagnes. M. Savoie c'est réjouit de l'effacacité avec laquelle les Chevaliers ont mobilisés la population contre d'autres initiatives allant contre la vie et la famille, tel le mariage gai en Californie. La proposition 8, contre le mariage gai, a été passée en large parti grâce aux efforts des Chevaliers, « en dépit du fait que Planned Parenthood (un organisme américain pro-avortement de portée internationale) ait dépensé trois millions en une fin de semaine pour contrer cette proposition. »

Il dit qu’il comprit qu’il avait certaines réticences au Québec envers la cause « pro-vie », et a même cités quelques réactions négatives qu’il avait reçues. Un correspondant québecois lui avait affirmé qu’au Québec, il était inutile de militer contre l’avortement, car « ici l’avortement est légal. » Un autre, dit-il, avait affirmé « qu’au Québec, le débat est clos. » Cependant, dit-il en terminant, « il ne faut pas avoir peur d’affirmer ses valeurs en public. C’est facile d’être catholique quand on est en réunion des Chevaliers. L’important c’est de l’être dans la vie de tous les jours, en famille, et en public. » Durant un courte session questions-réponses, il a suggéré que le fonds « culture de la vie » avait un mandat précis, et ne pouvait être utilisé pour autre chose que pour « combattre l’avortement et l’euthanasie. »

Laissez un commentaire

Bulletin décembre 2009


On passe à l’action : Non au projet de loi C-384

Chers membres de Campagne Québec-Vie, voici un modèle de lettre que vous pouvez envoyer à votre député fédéral, pour lui dire que vous n’êtes pas d’accord avec Francine Lalonde et son projet de loi C-384 pour légaliser l’euthanasie. Prenez la peine, s’il vous plaît, d’y faire suite. N’oubliez pas que c’est toujours mieux d’écrire votre lettre à la main et qu’aucun timbre n’est nécessaire quand vous écrivez à vos député(e)s.

[Date]

[Votre Nom]
[Votre Adresse]

Monsieur le Député (ou Madame la Député), La député du Bloc Québécois, Mme Francine Lalonde, a déposé en chambre un projet de loi privé (C-384), visant à décriminaliser l’euthanasie et le suicide assisté.

En tant que commettant(e), je suis contre l’euthanasie et le suicide assisté parce que ceux-ci menacent directement la vie des personnes atteintes d’handicaps et d’autres personnes vulnérables dans notre société.

Je crois que nous devons promouvoir des mesures qui améliorent la qualité de vie des personnes qui éprouvent des conditions de vie difficiles et non instaurer des mesures qui menacent leur existence même.

Je vous demande de vous opposer à ce projet.

Vous remerciant de l’attention que vous accorderez à la présente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Député (ou Madame la Député), mes salutations distinguées.

[Votre signature]
[Votre nom]

***

Pour trouver votre député, suivre le lien.

Aucun timbre n'est nécéssaire quand vous écrivez à votre député, ni pour son bureau du parlement, ni pour son bureau de circonsricption. Assurez vous d'envoyer votre lettre au bureau de circonscription (tant que durera la prorogation--jusqu'au mois de mars, nous dit on).

Laissez un commentaire