M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Aux gens avec les pancartes

Voici une lettre qu'une jeune femme a déposée près d'un site des 40 jours pour la vie - elle est simplement adressée « aux gens avec les pancartes».

Si cela ne montre pas l'importance de notre témoignage paisible devant les centres d'avortement. . . Je ne sais qu'est-ce qui pourrait !
 

Aux gens avec les pancartes

Mon amie m’a prêté son appartement pendant son absence … C’était parfait parce qu’il était juste en face de la clinique !

Le jour suivant, je vous ai vus en rangée avec vos pancartes… Je regardais par la fenêtre chaque jour et toute la journée vous étiez là ! Chaque fois c’était différentes personnes.

Dans ma tête, j’avais l’idée que les piqueteurs contre l’avortement étaient des extrémistes… aucune personne «normale» aurait fait ce genre de chose. Cependant, vous ne sembliez pas extrêmes… plutôt ordinaires.

Mardi, j'avais mon rendez-vous pré-avortement. J’ai pris la mauvaise entrée et j’ai dû passer devant vous. Puis quoi, ai-je pensé. Qui s’en soucie ? Ils ne me connaissent pas et ne savent pas où je vais. Comme je passais devant (rapidement!), mes jambes me semblaient peser une tonne. Qu’est-ce qui se passait ? Est-ce que ces gens m’intimident ? Dois-je me sentir honteuse de passer devant eux ? La réceptionniste m’a dit de vous ignorer lorsque je lui ai posé une question à votre sujet.

Chaque jour je vous observais. Un jour, j’étais certaine que personne ne serait là. La météo prédisait des vents violents et de la pluie. Là en après-midi, au milieu de vents forts qui balayaient les pancartes par-dessus les têtes et sur le gazon, vous vous teniez. Trois ou quatre ensemble. Tout le jour !

Le jour suivant, j’ai fait une promenade et vous ai suivis dans la direction où chacun semblait aller. C’était une église. Après que tout le monde soit parti, je suis entrée et j’ai vu toutes les pancartes et les dépliants. Impressionnant, ai-je pensé. Ils ont l’air bien organisés.

Vendredi, c’était mon rendez-vous pour la procédure. J’étais soudainement terrifiée de ce que ce serait. Mon cœur battait à tout rompre.

Mon copain qui avait promis de venir le jour avant, ne s’est pas présenté. Il a dit qu’il était coincé et que finalement c’était mon choix de le faire ce jour-là ou d’attendre à la semaine suivante. Mon choix. Mais il n’est pas là pour me tenir la main ! J’ai pesé beaucoup de pour et de contre.

Peu importe, je veux vous laisser savoir que j’ai décidé de garder mon bébé. Mon copain est encore loin, mais il a peut-être besoin de temps pour s’y faire et voir l’ensemble des choses.

La raison pour laquelle j’ai décidé de vous laisser cette note c’est pour vous dire que ce que vous avez fait est bon. J’ai senti que je vous devais cela pour tous les jours où vous vous teniez là dans l’espoir que les autres vont le remarquer. Je l’ai remarqué – et en retour cela m’a donné l’espoir que d’autres que je connais pourraient aussi se soucier de moi et m’aider.

Nous vivons dans un monde fou… mais certains semblent savoir y reconnaître le bien.

Merci !

L'original de cet article est publié en anglais au site 40 Days for Life. Traduit par Campagne Québec-Vie.


Pour participer aux 40 jours pour la vie à Montréal, n'hésitez pas à nous écrire 40jourspourlaviemontreal@gmail.com ou bien nous appeler (438) 930-8643. Ou bien venez simplement à la vigile sans rendez vous: les 40 jours pour la vie se tiennent de 7h00 à 19h00 tous les jours du 25 septembre au 3 novembre 2013 au Parc Lahaie, coin St-Dominique et St-Joseph (en face de l'avortoir Morgentaler situé au 30 Saint-Joseph est, Montréal).

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire