M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Apple retire une application populaire de prière pro-vie suite aux plaintes de libéraux

apple_computers.jpg

Par Mark Hodges — traduit par Campagne Québec-Vie

Cupertino, Californie, 17 octobre 2017 (LifeSiteNews) – Apple a banni une application mobile pro-vie après que des personnes pro-avortement se soient plaints, bien que l’application ai été approuvé et fut offerte sur l’App Store par le passé. 

Human Coalition (HC) a créé cette application mobile qui envoie des alertes de prière à des intercesseurs et à des groupes confessionnels.

« L’application de prière de Human Coalition représente une plateforme par laquelle les militants pro-vie peuvent se rejoindre ensemble en priant pour les femmes considérant avoir un avortement, leurs enfants et familles, » affirme à LifeSiteNews la directrice des relations publiques de HC, Lauren Enriquez. « Nos usagers ont toujours trouvé cette application utile quant à leur mission d’étendre toute forme de soutien, incluant la prière, aux femmes et enfants que nous servons et sauvons. »

L’application, lancée en 2014 pour des téléphones Apple et Android, envoie des informations anonymes en temps réel de femmes qui appellent des centres pour les femmes enceintes en difficulté et considèrent l’avortement, afin que les gens pro-vie puissent prier pour ces femmes.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Une des cinq meilleures « Applications Pro-Vie À Avoir » selon l’American Life League, l’application de HC alerte les guerriers de la prière par des messages tel que « priez pour quelqu’un au Texas qui vient juste d’appeler pour se renseigner sur l’avortement, » ou même « ayant arrangé un rendez-vous avec un centre de ressources à la grossesse du Colorado. » L’application suggère que les chrétiens prient pour les femmes afin qu’elles prennent des rendez-vous pro-vie et choisissent la vie pour leur bébé.

Human Coalition recueille des informations anonyme de ses centres de soins pour femmes à Atlanta, Pittsburgh, Dallas et Raleigh (Caroline du Nord) de même que ses connections dans plus de 30 centres aux États-Unis. L’application encourage les intercesseurs avec des résultats en temps réel, notant le nombre de personnes priant par le biais de l’application et le nombre de femmes, pour lequel l’usager a prié, qui ont décidé d’accoucher.

« Prions pour trouver le moyen de mettre fin à l’avortement aux États-Unis, » lit-on sur la page de lancement de l’application.

Les activistes pour l’avortement en prennent note. En juin et juillet, des attaques médiatisées sur Human Coalition ont explosé. « Les articles à succès et la baladodiffusion » se sont moqués de l’idée de prier pour des femmes envisageant l’avortement.

Les médias critiques ont d’ailleurs faussement affirmé que l’application de HC révélait l’identité des femmes, bien qu’aucun utilisateur n’ait accès à aucune information personnelle. Malgré l’anonymat à 100 pourcent, Christina Cauterucci de Slate a accusé Human Coalition de violer la vie privée des gens.

Cauterucci a qualifié l’application de prière de « bizarre » et s’est efforcée de ridiculiser l’application de même que ses développeurs. Amelia Tait, journaliste au New Statesman a fait de même, questionnant l’efficacité des « ridicules … prières numériques contre l’avortement. »

En juillet, le géant de la technologie a retiré l’application de son App Store.

Human Coalition a noté qu’Apple a cédé au ridicule médiatique pro-avortement. « Dans la foulée de la répression médiatique provenant des gens pro-avortements, Apple nous a avisés qu’ils avaient retirés l’application d’Human Coalition de leur App Store, mentionnant des violations de certaines exigences de fonctionnalité, » indique un communiqué de HC. « Par contre, Human Coalition a parlé avec Apple et a démontré que leur application respectait les normes prescrites, mais dépassait aussi les exigences minimales et fonctionnait mieux que des applications similaires d’autres concepteurs. »

Human Coalition a ajouté qu’Apple ne précisait pas comment ils pouvaient rendre leur application acceptable. En fait, Apple a refusé de reconsidérer d’offrir l’application à moins que HC « ne remanie l’application – une demande très dispendieuse et inutile. » 

Après qu’Apple ait censuré l’application, les pro-avortement ont intensifié leur campagne contre Human Coalition. Des manifestations très médiatisées ont été organisées contre HC.

Human Coalition a répondu à la censure du produit par une déclaration. « La censure des voix pro-vie est une tendance croissante aux États-Unis, » a affirmé HC. « Les médias pro-avortement, pour leur part, ont démontré à maintes reprises leur volonté de renforcer la fausseté et les faux discours à propos des Américains pro-vie, allait même jusqu’à essayer de contraindre et confiner les voix pro-vie dans le silence. »

« Les groupes pro-avortement semblent faire beaucoup d’efforts avec toutes leurs moqueries et raillerie pour tourner en ridicule les pro-vie, comme étant arriérés, stupides, etc., dans le but de faire en sorte que personne ne puisse entendre des arguments pro-vie », a noté Brandon Morse de RedState. « Si les groupes pro-avortement dédaignent les idées et la recherche pro-vie, pourquoi se battent-ils si forts pour faire taire les gens pro-vie au lieu de débattre ouvertement des faits ? »

[…]

Apple a révélé son biais libéral, pro-avortement à maintes reprises. Suite aux émeutes de Charlottesville en Virginie, Tim Cook, chef de la direction, a annoncé le don d’un million de dollars par Apple, de même que des dons jumelés de deux pour un à la Southern Poverty Law Center, qui qualifie de « groupes haineux » les organisations pro-mariage et pro-famille.

« Donc Apple fait don à un organisme radical de gauche... et maintenant la compagnie supprime des applications pro-vie parce que les groupes de gauche sont mécontents des applications sur l’App Store qui vont contre leur pensée très rigoureuse pro-avortement, » a lancé Morse.

« Apple doit maintenant réponse à la question : Qu’est-ce donc ? Êtes-vous politiquement biaisés, êtes-vous lâches, ou êtes-vous les deux ? »

L’avocat de Human Coalition, Colin LeCroy a expliqué le caractère unique du ministère de HC, qui cherche à rejoindre les femmes ayant décidé d’avorteur leur bébé. « La moyenne qu’un centres pour les femmes enceintes en difficulté voit par année est d’environ 239 femmes vulnérables à l’avortement, dont seulement 22 d’entre elles songent à l’avortement, » a affirmé LeCroy. « Un centre de soins normal de Human Coalition voit 563 femmes, dont 542 déclarent avoir l’intention de se faire avorter. »

Les citoyens concernés peuvent contacter Apple en ce qui concerne leur censure d’éléments pro-vie ici.

Publicité



Laissez un commentaire