M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement automne 2017

516 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 11 jours ! Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Très peu d'organismes d'ici n'ont à la fois la liberté et la conviction pour jouer le rôle essentiel d’éclaireur des consciences sur les enjeux pro-vie et pro-famille. Mais Campagne Québec-Vie ne peut accomplir ce travail sans vous. Merci de donner !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Andrée Ruffo et les enfants à naître: «A-t-on le droit parce que l'on est une femme d'abîmer ses enfants, de les rendre légumes?

Sur le site du Journal de Québec du 12 décembre 2012, cette interrogation de la juge à la retraite Andrée Ruffo :

 

(Andrée Ruffo, ancienne juge à la Chambre de la jeunesse, fondatrice, avec Bernard Kouchner, du Bureau international des droits des enfants)

 

L'ancienne juge à la Chambre de la jeunesse, Andrée Ruffo,  trouve épouvantable le fait que Sonia Blanchette, accusée des meurtres de ses trois jeunes enfants, et incarcérée depuis, soit enceinte.
 
«A-t-on le droit de mettre la vie de ces enfants-là en danger? De faire en sorte que ces enfants-là ne puissent jamais avoir une vie normale?»(...)

«C'est l'horreur absolue, car scientifiquement on sait que la mémoire intra-utérine existe pendant les neuf mois que l'on porte nos enfants, a dit l'ancienne magistrate à la Cour du Québec. Et il y a des répercussions par rapport au moment et à la façon dont les enfants sont conçus. On se demande dans quel état va naître cet enfant-là et quelles seront les conséquences de ces prises abusives de médicaments dans les premiers mois de grossesse.»
 
Andrée Ruffo s’est questionnée sur les droits des mères. «A-t-on le droit parce que l'on est une femme d'abîmer ses enfants, de les rendre légumes?»
 
L'ancienne juge, qui a cofondé le Bureau international des droits des enfants, a ajouté que «c'est sûr qu'il y a des accidents de la nature; des enfants qui naissent handicapés, des malformations et des maladies, mais quand c'est volontairement ou parce que l'on est négligent ou dépendant [drogue, alcool ou médicaments], qu'on fait des enfants comme ça. Est-ce que le droit des femmes est à ce point absolu?»

La juge a plaidé pour le droit à l'enfant de naître sain, elle y voit un enjeu société. «Quand on sait que Madame est responsable de son corps et que ses droits semblent absolus dans la société telle que l'on la connaît, a-t-elle dit. A-t-on le droit de mettre la vie de ces enfants-là en danger? De faire en sorte que ces enfants-là ne puissent jamais avoir une vie normale? Il est grandement le temps que l'on se pose ces questions-là.»

«A-t-on le droit parce que l'on est une femme d'abîmer ses enfants, de les rendre légumes?»

A-t-on le droit parce que l'on est une femme de demander la mise à mort de son enfant par l'avortement? Est-ce que le droit des femmes est à ce point absolu? Va-t-on interdire de les abîmer tout en permettant de les torturer par avortement, si l'on est certain qu'ils en mourront avant la naissance?

Campagne de financement automne 2017. Merci de nous aider à être des éclaireurs des consciences L'objectif est de 3500$.

éclaireurs des consciences

Merci de nous aider avec un don spécial.

516 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 11 jours ! Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire