M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2017

2581 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 8 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Grâce à votre appui, nous approchons du 5e anniversaire d’existence de notre site Web pro-vie Culture de Vie (www.cqv.qc.ca/blog). Depuis son lancement officiel, en automne 2012, nous avons accueilli près de 3 millions de lecteurs, en provenance des quatre coins de la planète. Et l’aventure se poursuit : depuis le début de cette année, 128 490 utilisateurs ont visité nos pages.

Nous restons à l’affût des récentes tendances vers le format télévisuel en-ligne. Les avancées technologiques actuelles, si fulgurantes, nous permettant d’acquérir, à prix modique, un équipement audiovisuel de qualité, vous verrez sous-peu des nouvelles et des chroniques vidéos pro-vie en-ligne, sur notre site et sur notre poste YouTube (www.youtube.com/user/CampagneQuebecVie). Merci de continuer à nous aider, par vos dons et vos prières, à répandre au Québec et dans le monde entier la vérité sur la Vie et la famille !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

Donner à Campagne Québec-Vie

Albert Camus, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, des planqués moralisateurs...

(Café Les Deux Magots, où les poseurs réfléchissaient aux moyens de devenir célèbres...)

(Photo :  Damien [Phototrend.fr] sur flickr.com, licence creative commons)

Sur le site de L'aut'Journal du 19 juin 2014, l'auteure Micheline Lachance fait une revue des récentes parutions livresques, dont celle du livre de Andreï Makine, Le pays du lieutenant Schreiber, qui exprime l'indignation de l'auteur devant l'indifférence des Français à la biographie parue précédemment d'un vétéran de l'armée française. Micheline Lachance écrit :

Son récit égratigne au passage les intellectuels — Sartre, de Beauvoir, Camus — qui se divertissaient pendant que les chambres à gaz marchaient à plein régime. «Je ne les juge pas, l'assurait Schreiber. Qu'ils aient festoyé pendant que les autres allaient au casse-pipe, c'est leur affaire. [...] Sauf que ces planqués-là, après la guerre, n'arrêtaient pas de nous donner des leçons de morale.»

Servan-Schreiber est ici encore très généreux. Si seulement ces « écrivains » nous avaient du moins donné des leçons de morale, plutôt que leurs réflexions pompeuses et leurs idéologies désincarnées, ce moralisme idéologique de personnes qui n'avaient pas levé le petit doigt pour venir en aide aux personnes dans le besoin, et qui se permettaient d'attaquer tout un chacun, jusqu'à Dieu le Père, de ne pas être intervenu pour se substituer à leur absence d'implication concrète...

La vie d'un Servan-Schreiber, celle d'une petite vieille, une mère Teresa, plus que les paroles, illustrent toute la vacuité de ces vies de « philosophes », préoccupés avant tout de se faire un « nom » dans l'histoire. Peu importe l'imbécillité des propos, s'ils procurent la gloire, en avant ! Nous sommes très loin ici de l'humilité d'un Frédéric Ozanam alliant le travail intellectuel et l'exercice de la charité auprès des démunis...

Sartre seul, à la fin de sa vie, reconnaissait qu'il s'était laissé porter par la mode environnante, par ce que les médias voulaient entendre... Du moins pouvons-nous ne pas oublier, l'honnêteté de ces derniers mois de vie.

Campagne de financement été 2017. Merci de votre contribution ! L'objectif est de 3500$.

Enfant à naître

Merci de nous aider avec un don spécial.

2581 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 8 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire