M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Être contre l'avortement et féministe est-il possible au Québec?

Sur le site du Journal de Montréal du 12 février 2013, une chronique de Sophie Durocher:

(La censure du lobby féministe contre les femmes pro-vie et pro-famille)

 

Le Châtelaine de mars présente un grand reportage intitulé L’ultime tabou. Le sujet: l’avortement tardif, passé 21 semaines. Un dossier sur l’avortement dans un magazine féminin ?
(...)
Louise Gendron, dans son éditorial, explique très bien les faits: comme féministe pro-choix, pourquoi n’a-t-on pas le droit de poser des questions sur les avortements tardifs ? Pourquoi certaines féministes refusent-elles toute discussion à ce sujet, de peur que ça mène à une re-criminalisation de l’avortement ?

Je sais, je sais, comme féministe pro-choix, je n’ai pas le droit de poser ces questions. Et ça aussi, ça me trouble. Qu’on dise d’un côté que l’avortement est légal jusqu’à la naissance mais qu’on pellette le problème chez le voisin américain parce qu’on ne veut pas l’assumer. Qu’on refuse même d’en parler.
 
On serait mûrs, il me semble, pour une commission Naître dans la dignité.
 

 La journaliste Mylène Tremblay parle aussi du tabou autour du sujet:

«Au ministère de la Santé et des Services sociaux, dans les CLSC, les cliniques privées et les centres de santé des femmes, l’information est protégée « pour des raisons de sécurité ». Comme si le simple fait d’en parler menaçait le droit des femmes et mettait des médecins en péril… » 

 
Un témoignage en particulier m’a interpelée:
  

Annie Janvier, néonatologiste et éthi­cienne clinique au CHU Sainte­Justine, abonde dans son sens. « On pourrait au moins lui reconnaître une légitimité morale. »

 

Le fœtus est consi­déré comme un organe de la mère. À sa naissance, il passe de non­personne à per­sonne à part entière.

 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire