M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2017

3337 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Grâce à votre appui, nous approchons du 5e anniversaire d’existence de notre site Web pro-vie Culture de Vie (www.cqv.qc.ca/blog). Depuis son lancement officiel, en automne 2012, nous avons accueilli près de 3 millions de lecteurs, en provenance des quatre coins de la planète. Et l’aventure se poursuit : depuis le début de cette année, 128 490 utilisateurs ont visité nos pages.

Nous restons à l’affût des récentes tendances vers le format télévisuel en-ligne. Les avancées technologiques actuelles, si fulgurantes, nous permettant d’acquérir, à prix modique, un équipement audiovisuel de qualité, vous verrez sous-peu des nouvelles et des chroniques vidéos pro-vie en-ligne, sur notre site et sur notre poste YouTube (www.youtube.com/user/CampagneQuebecVie). Merci de continuer à nous aider, par vos dons et vos prières, à répandre au Québec et dans le monde entier la vérité sur la Vie et la famille !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

Donner à Campagne Québec-Vie

"On ferait mieux de le laisser mourir, non?"

Sur le site de Famille Chrétienne du 16 novembre 2012, cette réponse à une interrogation sur l'acharnement thérapeutique:

 

 

Ma chère Aimée,

Ton dernier message m’a bouleversé. Tu m’écris que cet oncle Jean, que tu aimes beaucoup, est atteint d’une maladie incurable qui le fait énormément souffrir. Il demande l’euthanasie et supplie que les médecins cessent de vouloir à tout prix le soigner. « Je suis scandalisée par cet acharnement thérapeutique, écris-tu. On ferait mieux de le laisser mourir, non ? »

Tu as raison, il n’y aucune raison de prolonger à tout prix la vie d’un malade. Mais pourquoi réduire la liberté du malade à ce choix impossible entre acharnement thérapeutique ou euthanasie ? Dans les deux cas, cela ne revient-il pas à lui « voler » sa propre mort, en lui refusant ce dont il a d’abord le plus besoin : une écoute de sa souffrance et une parole humaine ?

Dans bien des cas, la demande d’euthanasie – « Faites-moi mourir » – peut être traduite par : « Soulagez ma douleur et écoutez-moi. » Si l’on satisfait à ces deux besoins, la demande du malade n’est très souvent pas réitérée. Cette réponse au cri de souffrance est celle des soins palliatifs. Je te recommande notre reportage à la Maison Sainte-Élisabeth, à Marseille pour réaliser comment une unité de soins palliatifs pourrait être un véritable lieu de vie et d’humanité pour ton oncle.

La deuxième demande du malade souffrant est de ne pas rester seul. Il a besoin plus que jamais d’une présence discrète, aimante et réconfortante. « Une société qui légitimerait l’euthanasie chercherait sans doute à échapper à l’un de ses devoirs les plus élémentaires : celui de la fraternité humaine avec les plus pauvres de ses membres », observe l’encyclopédie Théo. Ce réconfort humain est d’autant plus essentiel qu’il symbolise la présence de Dieu et la rend visible aux yeux des incroyants.
 (...)

Campagne de financement été 2017. Merci de votre contribution ! L'objectif est de 3500$.

Enfant à naître

Merci de nous aider avec un don spécial.

3337 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire