Informez-vous sur l'euthanasie

Bienvenue à la page 'euthanasie' de Campagne Québec-Vie. Ci-bas vous trouverez tous les articles publiés à date sur le site portant sur l'euthanasie. Ci-dessous vous trouverez des liens internes et externes qui vous mèneront a des articles que nous avons trouvés spécialement pertinents. Cette page est continuellement mise à jour. Abonnez-vous au fil 'RSS' pour être averti des dernières mises-à-jour.

Articles / pages spécialement pertinents:

Les règles sur l'euthanasie et le suicide assisté du Code criminel ont préséance sur les règles provinciales

C'est ce qu'affirme le procureur général du Canada dans un mémoire déposé à la Cour Suprême. Sur le site du journal La Presse du 15 juillet 2014 :

(Photo : le ministre de la Justice Peter MacKay a mis en garde les médecins québécois. Ils devront respecter les exigences du code criminel.)

(Photo : Secretary of Defense sur flickr.com, licence creative commons)

(...)Cette position, formulée dans le cadre de l'affaire Carter de la Colombie-Britannique, pourrait avoir des répercussions au Québec, dans la foulée de l'adoption du projet de loi sur la mort dans la dignité. (...)

Une loi provinciale qui contredirait les dispositions criminelles «frustrerait l'objectif du fédéral de créer une interdiction absolue», peut-on lire dans le document. (...)

Le projet de loi 52 qui veut contourner le code criminel est d'une suprême hypocrisie. On change les termes en croyant que l'« aide médicale à mourir » n'est pas de l'euthanasie mais un soin, alors qu'une seule et même réalité relie ces deux termes.

“Avec le recul”, l'universitaire néerlandais Theo Boer revient sur son soutien à l'euthanasie légale

Sur le blog de Jeanne Smits du 17 juillet 2014, un article à lire en entier

(Theo Boer)

 

 

 

On a beaucoup glosé sur le revirement d’un universitaire néerlandais, Theo Boer favorable en 2002 à la légalisation de l’euthanasie, cité par le tabloïde anglais The Daily Mail comme ayant supplié les Britanniques de ne pas imiter les Pays-Bas à propos du suicide assisté : « Ne faites pas notre erreur », c’est sa phrase montée à la une du quotidien conservateur. En France, le Courrier International s’est emparé du sujet dans un bref article informatif où il parle de « Theo De Boer ». De nombreux sites d’information ont cité l’article du Daily Mail rapportant les propos de Theo Boer qui y sont présentés comme une sorte d’interview.

Le Pr Boer, contacté par Alex Schadenberg d’Euthanasia Prevention Coalition a récusé ce procédé et lui a envoyé l’article complet qu’il avait écrit pour les médias anglais, à charge pour Schadenberg de le publier sans aucune modification. Je vous en propose ici ma traduction. Etant donnée la demande de Theo Boer, merci de ne pas tirer des citations de ce texte qui forme un tout. On peut y renvoyer en utilisant ce lien : http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/2014/07/avec-le-recul-luniversitaire.html. – J.S.

Aide médicale à mourir : contestation judiciaire

Nous recevons cette information :

Montréal, le 17 juillet 2014 – Tel qu’ annoncé lors de l’adoption de la Loi 52, Loi concernant les soins de fin de vie, le réseau citoyen Vivre dans la Dignité (VDD) et le Collectif des médecins contre l’euthanasie (le Collectif), regroupant ensemble plus de 650 médecins et 17,000 citoyens, ont déposé aujourd’hui une requête à la Cour supérieure du district de Montréal. Cette requête demande que soient déclarées invalides toutes les dispositions de la Loi concernant les soins de fin de vie portant sur « l’aide médicale à mourir », un euphémisme pour décrire l’euthanasie. Cette loi permet non seulement à certains patients d’exiger qu’un médecin leur administre la mort, mais accorde aussi aux médecins le droit de donner la mort par l’administration d’une substance mortelle.

Le Collectif et VDD contestent la constitutionnalité des dispositions de cette loi qui visent à décriminaliser l’euthanasie sous couvert d’une «aide médicale à mourir». L’euthanasie constitue un homicide coupable en vertu du Code criminel. Il s’agit d’une matière au cœur même de la compétence législative fédérale exclusive sur le droit criminel et en conséquence le Québec n’a pas compétence pour adopter ces dispositions.

En outre, les dispositions concernées portent atteinte de façon injustifiée aux droits à la vie et  à la sécurité des patients garantis par la Charte canadienne des droits et libertés et par la Charte (québécoise) des droits et libertés de la personne, en plus de porter atteinte au droit à la sauvegarde de la dignité de la personne, un autre droit garanti par la Charte québécoise.

Devant la gravité de la situation et l’urgence de protéger toutes les personnes vulnérables au Québec, le Collectif et VDD demandent un traitement accéléré du dossier pour qu’un jugement intervienne avant l’entrée en vigueur de la Loi prévue pour le 10 décembre 2015.

Sources : Le réseau citoyen Vivre dans la Dignité (http://vivredignite.org) et le Collectif des médecins contre l’euthanasie (http://refusmedical.blogspot.ca).

Pour plus d’information ou pour organiser une entrevue, veuillez contacter:

Nicolas Steenhout
Directeur général
Vivre dans la Dignité
info@vivredignite.org
438-931-1233

Au Québec, on veut choisir une approche « humanitaire » pour réduire le nombre d'euthanasies des animaux

Sur le site du journal La Presse du 10 juillet 2014 :

(Photo : Georges Alexandar sur wikipédia.org, licence creative commons)

 

 

 

 

Le Centre de services animaliers municipal, (...) sera finalement construit dans le quartier Saint-Michel. (...)

La construction de ce centre (...) coûtera 23 millions. On veut y privilégier une approche «humanitaire», a expliqué le maire Coderre, notamment en réduisant considérablement le taux d'euthanasie des animaux qui sont recueillis, qui frôle actuellement les 50% pour quelque 20 000 animaux. «C'est un bilan déplorable, un désastre, qui démontre la faillite de l'ancien système et la trop grande négligence des propriétaires», estime le maire. (...)

Et on choisira une approche « bestiale » pour euthanasier les humains, en espérant ainsi économiser des millions qui pourront servir, par exemple, à construire un centre de services animaliers de 23 millions... là où l'on se préoccuppe de ne pas euthanasier les animaux, ce serait inhumain!

Le ministre Barrette qui prône l'euthanasie manifeste son âgisme...

Sur le site du Journal de Montréal du 10 juillet 2014 :

(Le père de l'assurance-maladie, s'est vu mettre au placard par le père de l'euthanasie...)

(Photo : Christophe Laborderie sur wikimédia.org, licence creative commons)

Le père de l’assurance-maladie Claude Castonguay est trop vieux pour donner son opinion sur les affaires publiques, estime Gaétan Barrette, qui considère que sa lettre ouverte pour demander la tête du ministre Bolduc est de la «foutaise.»

«S’il n’est pas capable de prendre sa retraite, Claude Castonguay, quelqu’un devrait peut-être lui dire de la prendre», a lancé le ministre de la Santé Gaétan Barrette mercredi à l’entrée du conseil des ministres.

(...)

Gaétan Barrette a fait preuve «d’âgisme» en demandant à Claude Castonguay de prendre sa retraite, affirme le réseau FADOQ.

«Je pense qu’il a voulu discréditer les propos de M. Castonguay en montrant son âge. C’est épouvantable. Un représentant du peuple, ministre de la Santé en plus, qui dit ça… ce n’est vraiment pas un bon exemple», a dénoncé Lyne Rémillard, directrice adjointe du Réseau FADOQ, lors d’une entrevue téléphonique avec le Journal.

La Fédération de l'âge d'or du Québec s'indigne avec raison de l'attitude du Ministre Barrette. Cette attitude dénote un manque de considération évident envers les personne âgées. Pas étonnant que c'est ce ministre qui a repris le cheval de bataille de l'euthanasie...

Les médecins québécois qui sont prêts à pratiquer l'euthanasie craignent de devoir rendre des comptes pour leurs crimes

Sur le site de lactualite.com du 30 juin 2014, un aveu du Dr Alain Vaillancourt, urgentologue et  fervent partisan de l'euthanasie :

(Photo : Still burning sur flickr.com, licence creative commons)

 

Comme la plupart des gens, les médecins ne souhaitent pas contrevenir aux lois. Or, malgré les assurances données par les gouvernements successifs du Québec, la loi sur l’aide médicale à mourir entre bel et bien en contradiction avec le Code criminel canadien, même si les soins sont de juridiction provinciale.

L’euthanasie demeure en effet un meurtre (prémédité), avec les conséquences connues : la possibilité de prison à vie. On sait que le procureur général du Québec demeure responsable de l’application de la loi et peut ou non décider d’engager des poursuites.

Mais je crains que l’assurance qu’il n’y aura pas de poursuites ne soit pas suffisante pour rassurer les médecins. D’autant plus qu’il n’y a pas de prescription pour les actes criminels et qu’un gouvernement québécois pourrait toujours, en théorie, penser un jour autrement.

Rien ne pourra modifier le fait que l' « aide médicale à mourir dans la dignité » consiste en un meurtre prémédité.  Et que les médecins qui y participeront seront des assassins qui méritent la prison à perpétuité.

L'empoisonneur Bonnemaison ne s'en tirera peut-être pas aussi facilement...

Sur le site de France24.com du 2 juillet 2014 :

(Photo :  ˙Cаvin 〄 sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

 

 

Le parquet général de Pau a décidé mercredi 2 juillet de faire appel de son acquittement, prononcé le 25 juin par le jury populaire de la cour d'assises de Pau, alors qu'il était accusé d'"empoisonnement" sur sept patients en fin de vie.

Espérons que pour la protection des patients, justice soit rendue.

Une analyse de l'acquittement du Dr Bonnemaison qui a euthanasié 7 patients sans leur consentement

Sur le site de Liberté Politique du 25 juin 2014, un article à lire en entier, de Tugdual Derville, dont voici un extrait :

(Photo : Peter17 sur wikimédia.org, licence creative commons)

 

 

« Le docteur Bonnemaison a injecté de son propre chef des produits mortels à sept patients qui n’avaient rien demandé. Il est à l’évidence absurde que ce médecin soit acquitté, alors qu’il a agi non seulement en dehors du cadre légal français, mais également au-delà de toutes les revendications législatives pro-euthanasie et aussi des rares lois euthanasiques votées à l’étranger. La question est donc : comment en est-on arrivé là ? (...)

En France, un médecin qui a tué sept patients sans leur consentement est acquitté, et personne n'élève la voix pour condamner ce jugement au Québec. Et l'on ose affirmer qu'il n'y aura pas de dérives au Québec?

Une vidéo conférence sur les obligations des institutions suite à l'adoption du projet de loi 52 (euthanasie) et témoignages

Le Centre universitaire de santé de McGill fera une vidéo-conférence la semaine prochaine sur les obligations des institutions à la suite de l'adoption du projet de loi 52. Si vous êtes dans la région de Montréal, vous voudrez peut-être y aller et partager votre opinion. Il est particulièrement important de demander que les hôpitaux contestent l'obligation de fournir l'euthanasie.

Pour tous les membres de la collectivité du CUSM

Assemblée générale
Vidéo-conférence

Le jeudi 3 juillet 2014
12h00 – 13h00

Objet : Projet de loi no 52

  • Expliquer les nouvelles obligations de l'institution suite à l'adoption du projet de loi 52
  • Connaître et comprendre comment l'institution aborde le projet de loi 52
  • Participer à un bref sondage

Endroits

  • Hôpital Général de Montréal : Amphithéâtre Osler – A6.105
  • Hôpital de Montréal pour les Enfants – Amphithéâtre Forbes – Cushin – D.182
  • Centre Hospitalier de Lachine : 1F26
  • Hôpital Royal Victoria – Amphithéâtre JSL BROWNE – M3.01
  • Institut et Hôpital neurologique de Montréal – Centre de communications de Grandpré
  • Institut Thoracique de Montréal : J2.05

Témoignages

Nous vous demandions de partager vos témoignages dans un courriel précédent. Nous offrons un gros merci à ceux d'entre vous l'ont déjà fait. Vous pouvez voir ces témoignages sur notre site :

http://vivredignite.org/category/temoignages/

Nous aimerions avoir une centaine de témoignages comme cela. Les histoires que nous cherchons sont celles qui montrent bien comment les soins palliatifs de qualité font une grande différence en fin de vie. Aussi les histoires qui racontent comment la fin de vie peut être enrichissante pour la personne qui nous quitte, mais aussi pour ceux et celles qui restent derrière nous. Ce sont VOS histoires, et elles sont importantes.

 

La Cour Suprême du Royaume-Uni refuse le suicide assisté

Sur le site de challenges.fr du 25 juin 2014 :

(La tour de Londres)

(Photo : Carlos Delgadosur wikipédia.org, licence creative commons)

Les juges de la Cour suprême britannique, par sept voix contre deux, ont dit non mercredi au suicide assisté, à la suite de deux affaires qui ont relancé le débat sur l'euthanasie au Royaume-Uni. (...)

Aux termes de la loi britannique, toute personne qui aide une autre à se suicider est passible de 14 années de prison.

C'est le dr Bonnemaison qui doit être heureux de ne pas être Anglais...

Non au financement de l'avortement


Suivre ce lien pour en savoir plus sur notre campagne de définancement de l'avortement au Québec.

Nouvelles CQV

Aidez à bâtir une culture de vie

Suivez-nous sur...