Informez-vous sur l'euthanasie

Bienvenue à la page 'euthanasie' de Campagne Québec-Vie. Ci-bas vous trouverez tous les articles publiés à date sur le site portant sur l'euthanasie. Ci-dessous vous trouverez des liens internes et externes qui vous mèneront a des articles que nous avons trouvés spécialement pertinents. Cette page est continuellement mise à jour. Abonnez-vous au fil 'RSS' pour être averti des dernières mises-à-jour.

Articles / pages spécialement pertinents:

Pour le ministre de la santé de Lithuanie, l'État ne peut payer les soins palliatifs pour tous. L'euthanasie pour les pauvres

Sur le site de genethique.org du 28 juillet 2014 :

(drapeau de Lithuanie, wikipédia sans copyright)

 

 

Le nouveau ministre de la Santé lituanien, Rimantė Šalaševičiūtė, a déclaré que la Lituanie n'était pas un Etat-providence dans lequel les soins palliatifs pourraient être accessibles à tous et que l'euthanasie pourrait être une option pour les personnes qui ne souhaitent pas tourmenter leurs proches en leur imposant le spectacle de leurs souffrances. (...)

Cette ministre de la Santé mérite tout de même un certain respect pour sa franchise et son honnêteté. C'est rare, les ministres de la santé qui n'enrobent pas l'injection létale dans l'enrobage gluant d'une fausse compassion...

Les multiples emplois du Ministre Yves Bolduc

Sur le site du journal Le Quotidien du 11 juillet 2014, un article du journaliste Marc St-Hilaire :

(Photo : nirbhao sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

(...)Il était alors mon médecin de famille. C’était sa fonction première, la plus importante de toutes.
Simultanément, il assumait toutefois quelques tâches secondaires: celle de directeur des services professionnels à Alma et à Charlevoix. Il campait un rôle similaire à Val d’Or, où il était également directeur général par intérim.
Il était professeur à l’UMF d’Alma, pour le compte de l’Université de Sherbrooke.
Son curriculum vitae de l’Assemblée nationale m’apprend qu’il était aussi «responsable-du-programme-national-de-formation-sur-les-facteurs-humains-et-la-sécurité-des-patients», qu’il était professeur associé à l’UQAC et qu’il devait évaluer les établissements du pays pour le conseil d’agrément.
Sans compter qu’il était un coroner bien en vue, étonnamment accessible pour les médias. (...)

Tout ces emplois bien rémunérés en même temps. Pourquoi ?

Un des commentaires à la fin de l'article dit :

Richard3105 12 juillet 2014 12h07

Une partie de l’explication à la quantité astronomique de travail accomplie par Yves Bolduc tient à ce qu’il est extrêmement expéditif dans sa pratique médicale: alors que les autres médecins de sa clinique située sur le Boulevard Du Pont à Alma voyaient un patient, Yves Bolduc en voyait durant le même temps au moins 3. Tous ses patients ressortaient de son bureau avec une belle prescription dans les mains. Les autres médecins de la clinique en étaient gênés…

Et Philippe Couillard et le Dr Barrette ont pris la défense de cet autre promoteur de l'euthanasie qui semble savoir ce que veut dire expédier un patient...

L'exploitation des aînés à venir...

Sur le site du journal La Voix de l'Est du 25 juillet 2014, un article à lire en entier :

(Photo Clapagaré sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

Nous avons tous eu vent d'histoires d'horreur concernant l'extorsion d'argent d'une tranche très vulnérable de la population, que sont nos aînés. Il y a bien sûr les grandes arnaques et les scandales financiers publicisés par les médias, où les économies de toute une vie peuvent être englouties, mais je constate avec stupéfaction que les plus grands dangers d'abus se trouvent sous notre nez, dans nos familles... 

Y-a-t-il quelqu'un au Québec qui croit vraiment au pays imaginaire de l'ex-ministre Hivon, là où personne ne sera euthanasié parce qu'incapable de combattre les pressions implicites de l'entourage familial ?

L'interdiction du suicide assisté a sauvé la vie du compositeur Andrew Lloyd Weber

(Photo : Paloma + Luismi sur flickr.com, licence creative commons)

L'auteur de la musique de la comédie musicale Cats a songé à s'exiler en Suisse pour subir le suicide assisté. Une profonde dépression lui imposait cette pensée obsédante. Maintenant qu'il va mieux, il trouve cette idée « stupide et ridicule ».  L'information se retrouve sur le site National Review.com (via Euthanasia Coalition Prevention) du 17 juillet 2014.

Si le suicide assisté était légal en Grande-Bretagne, il n'aurait pas hésité à commettre cette monumentale erreur...

 

Entrevue d'un pharmacien en soins palliatifs sur les injections létales ratées et le danger de l'euthanasie

Sur le site de Radio X, cette entrevue de Marc Parent avec Richard Décarie et Caroline Proulx , pharmacien en soins palliatifs au CHU St-François d'Assise à Québec, nous parle de la peine de mort ratée en Arizona.À écouter en entier, mais spécialement à partir de 12'45''.

(Photo : Radio X .es sur wikipédia.org, licence creative commons)

 

 

Les gentils euthanasistes...

Un texte décapant paru dans le journal La Croix du 17 juillet 2014, à lire en entier :

(Samson et Dalila par Van Dyck : le visage de désespoir de Samson représente bien ce que vivront les personnes en voie d'être euthanasiées, devant la gentillesse qui servira à les convaincre d'être euthanasiées, par respect de leur dignité...)

(Photo : wikipédia sans copyright)

Comme je l’ai écrit dans mon blog précédent, l’acquittement du Dr Bonnemaison  m’a profondément choqué.

L’anesthésie par les mots doux

Entre autres raisons, du fait de l’instrumentalisation des mots. Que n’a-t-on entendu pour justifier les actes qui ont donné la mort d’une part et la décision de justice d’acquittement d’autre part ? Il n’a été question que d’humanité, d’apaisement, de compassion, de dévouement, de proximité, de sincérité, d’empathie, de soulagement, de vies abrégées. Ca dégouline de partout, des soutiens à l’accusé, aux associations militantes, jusqu’au plus haut somment de l’Etat. (...)

On nage tellement dans cet océan de travestissement de la valeur des mots que même celui d’euthanasie doit être proscrit. Bernard Kouchner, dans son souhait que ne soit plus employé le mot « euthanasie »,  est le reflet très exact de la tendance actuelle : « Il faut employer des mots qui sont doux », explique t-il au micro de France Inter. Et il poursuit : « Dans euthanasie, il y a le mot nazi, ce qui n’est pas très gentil. Et puis on a tout de suite l’impression qu’il y a une agression, qu’on va forcer les gens ».

Tout est dit : avoir l’air gentil, tout doux et non agressif. Il est vrai que ça passe tellement mieux. (...)

Une seringue de poison dans un gant de velours...

Australie : aucun remord pour un médecin ayant aidé au suicide d'un homme de 45 ans, en santé mais dépressif

Sur le site du Huffington Post du 24 juillet 2014 :

(Photo : Ratel sur wikipédia, sans copyright)

(Le Dr Philip Nitschke, fondateur de l'action militante Exit International)

 

 

Un médecin, fer de lance de la campagne en faveur de l'euthanasie en Australie, a été suspendu du Conseil de l'ordre des médecins, qui l'accuse d'avoir aidé au suicide d'un homme qui ne souffrait d'aucune maladie physique. (...)

En France, un médecin qui a euthanasié sans consentement 7 patients a eu toute la sympathie des mouvements pour « mourir dans la dignité ». De plus en plus apparaîtra, comme dans le cas du Dr Bonnemaison que plus encore que le suicide sur demande, ces mouvements soutiendront l'euthanasie des patients dont la vie leur paraîtra « indigne », par « compassion », ce qui de tout temps, y compris sous les nazis en Allemagne fut la raison invoquée pour soutenir les revendications en faveur de l'euthanasie.

Un condamné à mort meurt deux heures après l'injection létale, dans d'atroces souffrances

(Photo : World Coalition Against the Death Penalty sur flickr.com, licence creative commons)

L'ex ministre Hivon dirait ici que ce n'est pas possible que cela arrive avec l'injection létale québécoise parce qu'il s'agirait ici d'un geste identique mais appelé « aide médicale à mourir » contrairement au geste américain appelé « peine de mort » vocabulaire, comme chacun le sait, qui change tout dans la réalité. Sur le site du Journal de Montréal du 23 juillet 2014 :

L'injection avait commencé à 13H52 locales et le décès a été déclaré à 15H49, a indiqué à l'AFP une porte-parole du procureur général de l'Arizona Tom Horne.

Il a «haleté», «grogné», «suffoqué et cherché sa respiration pendant environ une heure et quarante minutes», a dénoncé son avocat Dale Baich, qui est même allé jusqu'à déposer une motion en urgence devant la Cour suprême pour qu'elle arrête l'exécution, alors que le prisonnier était encore en vie plus d'une heure après l'injection.

Cela pourra être cela, la « mort dans la dignité » de l'ex-ministre Hivon et du ministre Gaétan Barrette...

Les règles sur l'euthanasie et le suicide assisté du Code criminel ont préséance sur les règles provinciales

C'est ce qu'affirme le procureur général du Canada dans un mémoire déposé à la Cour Suprême. Sur le site du journal La Presse du 15 juillet 2014 :

(Photo : le ministre de la Justice Peter MacKay a mis en garde les médecins québécois. Ils devront respecter les exigences du code criminel.)

(Photo : Secretary of Defense sur flickr.com, licence creative commons)

(...)Cette position, formulée dans le cadre de l'affaire Carter de la Colombie-Britannique, pourrait avoir des répercussions au Québec, dans la foulée de l'adoption du projet de loi sur la mort dans la dignité. (...)

Une loi provinciale qui contredirait les dispositions criminelles «frustrerait l'objectif du fédéral de créer une interdiction absolue», peut-on lire dans le document. (...)

Le projet de loi 52 qui veut contourner le code criminel est d'une suprême hypocrisie. On change les termes en croyant que l'« aide médicale à mourir » n'est pas de l'euthanasie mais un soin, alors qu'une seule et même réalité relie ces deux termes.

“Avec le recul”, l'universitaire néerlandais Theo Boer revient sur son soutien à l'euthanasie légale

Sur le blog de Jeanne Smits du 17 juillet 2014, un article à lire en entier

(Theo Boer)

 

 

 

On a beaucoup glosé sur le revirement d’un universitaire néerlandais, Theo Boer favorable en 2002 à la légalisation de l’euthanasie, cité par le tabloïde anglais The Daily Mail comme ayant supplié les Britanniques de ne pas imiter les Pays-Bas à propos du suicide assisté : « Ne faites pas notre erreur », c’est sa phrase montée à la une du quotidien conservateur. En France, le Courrier International s’est emparé du sujet dans un bref article informatif où il parle de « Theo De Boer ». De nombreux sites d’information ont cité l’article du Daily Mail rapportant les propos de Theo Boer qui y sont présentés comme une sorte d’interview.

Le Pr Boer, contacté par Alex Schadenberg d’Euthanasia Prevention Coalition a récusé ce procédé et lui a envoyé l’article complet qu’il avait écrit pour les médias anglais, à charge pour Schadenberg de le publier sans aucune modification. Je vous en propose ici ma traduction. Etant donnée la demande de Theo Boer, merci de ne pas tirer des citations de ce texte qui forme un tout. On peut y renvoyer en utilisant ce lien : http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/2014/07/avec-le-recul-luniversitaire.html. – J.S.

Non au financement de l'avortement


Suivre ce lien pour en savoir plus sur notre campagne de définancement de l'avortement au Québec.

Nouvelles CQV

Aidez à bâtir une culture de vie

Suivez-nous sur...