Informez-vous sur l'euthanasie

Bienvenue à la page 'euthanasie' de Campagne Québec-Vie. Ci-bas vous trouverez tous les articles publiés à date sur le site portant sur l'euthanasie. Ci-dessous vous trouverez des liens internes et externes qui vous mèneront a des articles que nous avons trouvés spécialement pertinents. Cette page est continuellement mise à jour. Abonnez-vous au fil 'RSS' pour être averti des dernières mises-à-jour.

Articles / pages spécialement pertinents:

Des chambres-mouroirs pour le tourisme de la mort...

Un vocabulaire sinistre pour une réalité macabre. Sur le site de la Tribune de Genève du 12 septembre 2014 :

(Photo: wikipédia sans copyright)

 

 

L’association Exit alémanique souhaite ouvrir une nouvelle chambre-mouroir à Bâle. 

(...)

Les autorités locales et les habitants ne voient pas cette perspective d'un bon œil. Ils craignent, vu la proximité des frontières, que cela ne génère un tourisme de la mort dans leur village.

Un véritable film d'horreur...

Un ex-infirmier américain qui « aide » les gens, dont une jeune canadienne, à se suicider...

Sur le site du Journal de Montréal du 10 septembre 2014 :

(Banc dédié à la mémoire de Nadia Kajouji, étudiante de l'Université de Carleton, près du Canal Rideau où elle est décédée en 2008.)

(Photo : Ian Hunter sur flickr.com, licence creative commons)

Un juge du Minnesota a déclaré coupable mardi un ex-infirmier de 52 ans, d’avoir aidé une étudiante de 18 ans originaire d’Ottawa à s’enlever la vie en 2008. (...)

«Ça ne changera rien à ce qui est arrivé et à ce que j’ai perdu, mais ça envoie tout de même un message clair que c’est illégal de faire ça», a réagi la mère de l’adolescente, Deborah Chevalier.(...)

L'aide au suicide, comme l'euthanasie, doit demeurer illégale au Canada.

L'Allemagne rend hommage aux personnes euthanasiées parce que d'autres personnes considéraient leurs vies comme indignes...

Les aveux de Michel Onfray sur l'euthanasie de sa conjointe reflètent à merveille cette situation et il aura beau évoquer le point Godwin, (argument voulant interdire la comparaison de pratiques criminelles avec le génocide le plus reconnu) certaines intentions des nazis pour justifier l'euthanasie étaient identiques aux siennes. Eux aussi jugeaient que certaines vies ne valaient plus la peine d'être vécues et prenaient la décision pour ces personnes, pour leur « bien », de les éliminer. Sur le site de Famille Chrétienne du 4 septembre 2014, un article à lire en entier, dont voici un extrait  :

(Photo : Gedenkstätte Hadamar, ancien monument en mémoire des victimes d'euthanasie par Volker Thies (Asdrubal) sur wikimédia.org, licence creative commons)

L’inauguration à Berlin d’un mémorial dédié aux personnes infirmes victimes du nazisme devrait interpeller toutes les sociétés qui ont légalisé l’euthanasie ou s’y préparent actuellement.

Parce que les nazis avaient décrété qu’elles étaient un poids nuisible à la société et qu’elles menaient «des vies indignes d’être vécues»,  300.000 personnes handicapées psychiques ou physiques, enfants et adultes, ont été supprimées sous le régime hitlérien.

(...)

Certains de ces malheureux ont été assassinés à l'insu de leurs familles, d’autres avec leur consentement tacite, (...)

Eugénisme, euthanasie, privation de nourriture, injections afin d’éliminer les « vies indignes d’être vécues » … l’évocation de ce passé sinistre devrait poser un problème de conscience aux sociétés contemporaines. Répondant, il y a plus de vingt ans  (1993), aux questions du Vatican Insider, le cardinal Joseph Ratzinger constatait déjà : « Il est terrifiant de voir comment, en cette fin du XXème siècle, des pays qui se sont battus contre Hitler ont embrassé quelques-unes des idéologies anti-humaines favorisées par lui : euthanasie, par exemple, expérimentation sur les embryons humains. D'une certaine façon, Hitler a anticipé beaucoup de développements actuels. » 

Michel Onfray avoue avoir fait tuer sa conjointe sans qu'elle ne soit avisée de la démarche...

Une entrevue terrible d'un philosophe qui dans un état de droit, devrait actuellement être interrogé pour complicité dans un meurtre. Sur le site de RTL.fr du 4  septembre 2014, cette entrevue à écouter :

(Photo : Alexandre López sur wikimédia.org, licence creative commons)

 

 

(...)Michel Onfray a lui-même aidé sa compagne à mourir dans la dignité. "Elle a contracté un cancer il y a 13 ans, raconte-t-il, et la dernière année a été terrible." Et d'ajouter : "Je savais que ma compagne était pour l'euthanasie et contre les soins palliatifs."(...)

Et sachant cela, le philosophe a demandé à un médecin d'euthanasier sa compagne, sans même lui en parler ou lui dire le jour de son décès, trouvant déplorable de dire à quelqu'un qu'il lui reste peu de temps à vivre...

Déchirement d'une famille sur l'euthanasie d'un des leurs

Sur le site de rtl.fr du 5 septembre 2014 :

(Photo : micora sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

 

C'est un nouveau cri d'urgence d'une partie des proches de Vincent Lambert, d'élus et de personnalités de la vie civile qui parait, ce vendredi 5 septembre, dans Le MondeCe collectif signe une tribune pour demander le respect de la décision de l'équipe médicale du CHU de Reims, où est hospitalisé Vincent Lambert. Ils exigent concrètement l'arrêt des traitements et donc l'euthanasie de Vincent Lambert. 

C'était sans compter la réaction de l'autre partie de la famille Lambert qui, elle, exige le maintien en vie de Vincent Lambert et qui s'expriment dans Le Figaro le même jour. 

Et oui, une partie de la famille doit se battre contre une autre partie, pour les empêcher d'affamer Vincent Lambert jusqu'à ce qu'il en meurt...Il faut lire les deux lettres pour constater le combat d'une idéologie contre l'amour familial... et surtout, la lettre de la famille parue dans le Figaro, dont voici un extrait : 

Nous sommes profondément meurtris par l'état de Vincent, par les défauts et refus de soins dont il est la victime depuis bientôt deux ans, et par la volonté délibérée et les manœuvres pour l'euthanasier à toute force, y compris par certains membres de sa propre famille.

C'est pourquoi nous souhaitons lancer cet appel du cœur et de la raison et rectifier les contrevérités qui courent.

Non, Vincent n'est pas un légume. L'état dit végétatif qu'on lui a collé est un terme péjoratif qui est contesté par certains spécialistes, car il ne correspond pas à la réalité. Ils lui préfèrent le terme cliniquement exact «d'état d'éveil sans réponse». Vincent dort, se réveille, suit parfois son entourage des yeux, réagit à certaines sollicitations, n'est branché à aucune machine, ne reçoit aucun traitement qui le maintiendrait en vie. Vincent n'a besoin que d'être nourri et hydraté. (...)

Mais les idéologues de l'autonomie ne peuvent supporter cet amour patient qui prend soin de l'autre jour après jour. Cet amour serait contraire à la dignité du patient... qui consisterait à ne dépendre de personne.

Un combat de l'orgueil contre l'humilité...

La Ministre de la justice Stéphanie Vallée défend devant la Cour Suprême, la compétence exclusive du Québec sur l'euthanasie

Sur le site du journal La Presse du 29 août 2014 :

(Jack Kevorkian, mieux connu sous le nom de Dr Death, a passé 8 années en prison (sentence de 10 à 25 années) pour plus d'une centaine de meurtres au second degré. Au Québec, il n'aurait eu qu'à invoquer l'« aide médicale à mourir » pour ne pas payer pour ses crimes.)

(photo : wikipédia sans copyright

 

«Cette compétence provinciale exclusive ne peut être usurpée, ou contrecarrée, par le législateur fédéral. En effet, ce dernier ne pourrait criminaliser, en lui-même, le traitement offert par la province. Comment peut-il être question d'une compétence provinciale générale en matière de santé sans reconnaître la compétence exclusive de déterminer la nature des soins de santé qui y sont offerts?»

Le mémoire plaide qu'une disposition du Code criminel comme celle stipulant qu'«est coupable d'un acte criminel» quiconque «aide ou encourage quelqu'un à se donner la mort» doit «faire l'objet d'une interprétation atténuée» dans le contexte d'une aide médicale à mourir. (...)

Avis à toute personne du milieu médical désirant se débarasser d'un importun. Au Québec, il suffira d'indiquer que vos motivations était celle d'une « aide médicale à mourir » et non pas celles de tuer! Même si l'acte est identique, comment pourrait-on vous attribuer de telles intentions ? Oh shocking!

Le philosophe Michel Onfray a « aidé » à faire disparaître sa femme...

Sur le site de 20 minutes.ch du 27 août 2014 :

(Photo : amorph sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

 

 

(...)«C'est moi qui l'ai aidée à disparaître, c'est moi.» Surpris, le journaliste de La Première lui demande alors comment il a fait. «Vous l'imaginez bien, mais je ne veux pas impliquer des gens qui m'ont aidé.» Et le fait que l'assistance au suicide soit illégale en France? «Oui, c'est illégal, sauf que ça se fait partout», assume le célèbre philosophe et écrivain français.  (...)

Oui, beaucoup de meurtres se font partout. Cela ne devient pas plus acceptable pour autant. Après de tels aveux, qu'attend maintenant la justice française pour inculper Michel Onfray?

Belgique : augmentation de 55 % des euthanasies en deux ans

Sur le site de lesoir.be du 27 août 2014, la situation en Belgique:

(Photo : fedfil sur flickr.com, licence creative commons)

 

 

(...)La pratique entre chaque jour davantage dans les mentalités : «  L’augmentation importante du nombre d’euthanasies par rapport à celui du rapport précédent s’explique vraisemblablement par la diffusion progressive de l’information relative aux décisions en fin de vie auprès du public et des médecins  », explique la commission.(...)

1807 euthanasies ont été pratiquées en 2013, soit 26% de plus qu'en
2012.

Il ne s'agit ici que du nombre d'euthanasies déclarées. Quelle sera la moyenne annuelle d'euthanasies lorsque les sociétés auront intégré dans les mentalités le meurtre en fin de vie? Pourrions-nous avoir 30 000 avortements par année au Québec et 30 000 euthanasies?

Le Collectif du Refus Médical de l'Euthanasie rappelle que les médecins canadiens se sont prononcés contre l'euthanasie

Sur le site du Collectif du Refus Médical de l'euthanasie du 18 août 2014 :

Les médecins membres de l'Association médicale canadienne se sont majoritairement prononcés contre l'euthanasie lors de consultations menées à l'hiver et au printemps. Ils ont en même temps souligné le caractère inadéquat des services de soins palliatifs au Canada.

C'est ce que rapporte l'Association dans un rapport intitulé Les soins de fin de vie, un dialogue national, rendu public en juillet.  (...)

En ligne et aux assemblées, les membres ont évoqué des services de soins palliatifs «inadéquats» au Canada et se sont inquiétés du lien «fondamental» entre l'état de ces services et les demandes d'euthanasie. Des médecins ont fait état d'un manque de services à l'extérieur des grands centres urbains, de la formation insuffisante des médecins de famille et autres soignants et d'un problème de rémunération. (...)

À part l'ex-ministre Véronique Hivon, tous constatent que le peu de services de soins palliatifs offerts au Québec et au Canada, ne répond pas à la demande croissante des personnes désirant une véritable fin de vie dans la dignité. Trop de patients ne sont pas soulagés de leurs souffrances, alors qu'ils pourraient l'être par ces services de soins palliatifs. L'euthanasie est une « solution » qui n'est pas nécessaire pour soulager un patient.

Bilan des erreurs médicales au Québec en 2013 : 126 décès en 6 mois et 500 000 accidents par année

Bien sûr, il sera impossible qu'il y ait des erreurs médicales concernant les procédures d'euthanasie selon les promoteurs de la mesure économique. Sur le site du Journal de Montréal du 15 août 2014 :

(Photo : Greudin sur wikimédia.org, licence creative commons)

 

 

 

(...)Le dernier bilan publié en décembre 2013 permet entre autres d'apprendre qu'au moins 126 décès auraient pu être évités en six mois, d'avril à septembre 2013. La moitié des victimes sont des personnes âgées de 75 ans et plus.

(...)

L'avocat spécialisé en droit médical Jean-Pierre Ménard rappelle qu'il y a 500 000 accidents de soins par année dans le système de santé québécois

Le site donne l'exemple d'un jeune qui a reçu 7 fois trop de soluté et en est mort... 

Non au financement de l'avortement


Suivre ce lien pour en savoir plus sur notre campagne de définancement de l'avortement au Québec.

Nouvelles CQV

Aidez à bâtir une culture de vie

Suivez-nous sur...