M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

950 jeunes pour la Vie entendent le discours de Mgr Lacroix, archevêque de Québec

(Sur la photo, David Bereit, directeur nationale des 40 Jours pour la Vie, en compagnie de Mme Alveida King, nièce de Martin Luther King et fervente provie)

 

OTTAWA, Ontario, le 10 mai 2013 (LifeSiteNews.com (traduction CQV)) — Après avoir défiler dans les rues d'Ottawa hier après-midi pour réclamer justice pour l'enfant à naître, 950 jeunes se sont rendus au banquet de la jeunesse à l'hôtel Hampton Inn où ils ont pu apprécier la musique, des restaurants, des conférenciers motivateurs, et un film.

Pendant que les convives dégustaient la soupe, la salade et les lasagnes, Alissa Golob de campagne Coalition Jeunesse, qui a organisé l'événement, a présenté David Bereit, directeur national des 40 jours pour la vie, pour donner le discours d'ouverture.

« Les jeunes ne sont pas l'avenir du mouvement pro-vie », a déclaré Bereit. « Vous êtes le mouvement pro-vie, aujourd'hui, ici et maintenant. »

« Vous êtes la génération qui s'est engagée à mettre fin à cette injustice [l'avortement] une fois pour toutes. »

Bereit  a décrit six étapes que les pro-vie ont besoin de comprendre et de « mettre en action » selon lui pour mettre fin à l'avortement.

1. Mettre fin à l'avortement est nécessaire. « Les enfants sont en train de mourir. Les femmes sont blessées. Les familles sont déchirées », a-t-il dit.

2. Mettre fin à l'avortement est possible. « Il est possible pour vous, où vous en êtes dans la vie, avec vos dons et vos talents, de changer les cœurs et les esprits. Vous pouvez sauver des vies. Il est possible de mettre fin à l'avortement dans votre communauté, dans votre province et partout au Canada. »

3. Seulement vous pouvez mettre fin à l'avortement. « Vous êtes la personne que Dieu appelle. Vous êtes ici parce que vous avez un but unique et spécial : cette cause pour un temps comme celui que nous vivons. »

4. Il est difficile de mettre fin à l'avortement. « La lutte contre l'injustice n'est jamais facile. Vous allez être persécutés. Vous allez avoir des problèmes. Vous allez avoir des revers ».

5. Il vaut la peine de mettre fin à l'avortement. « Ça vaut le coup quand on sait que les enfants sont en vie à cause de vous. Ça vaut le coup quand on sait que des femmes et des hommes sont épargnés d’une vie de regret à cause de vous. Ça vaut le coup quand une clinique d’avortement ferme à cause de vous. Ça vaut le coup quand les manchettes partout au Canada diront un jour que “l'avortement est terminé une fois pour toutes” et vous saurez que vous étiez un élément clé de cet événement ».

6. Il est temps de mettre fin à l'avortement. « Assez de quarante-quatre années d'enfants qui meurent, de femmes qui ont été blessées pendant ces 44 années. Il est temps de renverser la vapeur. Nous allons sortir d'ici avec un engagement qu'il est temps d’agir. La ligne est tracée dans le sable. L'avortement finit à partir de maintenant. »

Les jeunes ont applaudi et acclamé alors que Bereit les inspirait par des histoires de personnes qui ont décidé que c'était à eux de faire quelque chose pour l'enfant à naître et que c’est ce qui fait la différence.

« Lorsque vous dessinez cette ligne dans le sable et dites “il est temps, il est maintenant temps”, sans regarder en arrière, alors vraiment il sera écrit dans l'histoire du Canada qu’on se souviendra toujours de la Marche pour la Vie 2013 comme étant le début de la fin de l'avortement ».

« Et vous êtes les personnes pour y parvenir », a-t-il dit.

Avant le discours de Bereit, l’archevêque Gérald Lacroix, primat du Canada et archevêque de Québec, s'est adressé à la jeunesse.

« Nous avons eu une absolument merveilleuse marche cet après-midi, n’est-ce pas? », a déclaré Mgr Lacroix.

Il a encouragé les jeunes à « se lever et à faire tout votre possible pour respecter la vie, toute vie, tout être humain. » Il a dit que le souci de l'environnement, la conservation et la qualité de l'air doivent venir après le souci du « plus précieux cadeau de l'ensemble du monde créé : la vie humaine ».

Lacroix a mis en garde les jeunes d'autres dangers qui menacent de dévaloriser la vie humaine en plus de l'avortement, en désignant la pression de faire légaliser l'euthanasie au Québec, une « grave menace à l'horizon. » Il a fait la promotion de la Marche Printanière du 18 mai contre l'euthanasie à Québec comme une façon de dire « non merci » à cette pratique mortelle.

Mgr Lacroix a encouragé les jeunes : « Faites une différence ». « Mes amis, continuons à marcher pour la vie tous les jours de l'année. »

Après le discours de Bereit, la soirée s'est terminée avec la musique exaltante du Youth Band Gethsémani.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire