M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QU'UN JOUR. L'objectif de notre campagne est atteint !

3626 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- MERCI !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

15 000 personnes bondissent de joie à l'écoute de cette histoire pro-vie -- Parmi elles, des évêques,des cardinaux et un nonce apostolique

IMG_1522_810_500_55_s_c1.jpg

Par Pete Baklinski de LifeSiteNews - traduit par Campagne Québec-Vie

WASHINGTON, D.C., 27 janvier 2015 (LifeSiteNews.com) -  Lorsqu’il était jeune, l’abbé Mario Majano, 28 ans, croyait qu’un héros était un personnage de bandes dessinées, genre de surhomme toujours prêt à l’action éclatante.

Au long des ans, ce genre de héros a été remplacé chez lui par l’image de celui qui se porte volontaire pour mettre son prochain à l’abri du danger. C’est ce qu’il affirma lors d’une messe pro-vie au Verizon Center de Washington, D.C., en présence de nombreux prélats dont les cardinaux Donald Wuerl et Timothy Dolan et son excellence Mgr Carlo Maria Vigano, nonce apostolique aux États-Unis. Cet événement avait attiré environ 15 000 jeunes.

«Je crois maintenant que le véritable héros est celui qui ne se laisse absolument pas intimider par personne lorsqu’il s’agit de se porter à la défense des plus vulnérables de la société, surtout lorsqu’il est persuadé que la cause est juste et en conformité avec le plan de Dieu.»

L’abbé Majano raconta alors l’histoire d’un tel héros, une femme qui «malgré obstacles et difficultés est demeurée ferme dans ses convictions alors que tout dans sa vie semblait vouloir l’en détourner.»

Des trois difficultés majeures qu’elle dut affronter, la première se présenta à elle lorsqu’étudiante au secondaire elle devint enceinte suite à un viol.

«Sa famille s’étant désintéressée de son sort, elle se sentit seule et pratiquement  abandonnée» dit l’abbé Majano, vicaire à la paroisse Our Lady of Sorrows de Takoma Park et directeur adjoint du Service des vocations sacerdotales de l’archidiocèse de Washington.

Cette femme se fit dire par l’une de ses amies qu’elle «ne méritait pas de vivre une telle situation», privée qu’elle était de tout soutien.

«Ceci est trop pénible pour toi, ajouta-t-elle, prend la solution qui s’impose et fais-toi avorter.» 

Comme le rapporte l’abbé Majano, «cette femme répondit qu’elle ne pourrait jamais vivre sa propre vie en sachant qu’elle avait supprimé la vie d’une autre personne (son enfant)».

Et il ajouta :« Elle dit Non à l’avortement et Oui à la vie».

La deuxième difficulté majeure se présenta à elle lorsqu’elle tomba enceinte d’un conjoint qu’elle aimait beaucoup mais qui refusait de s’engager dans les liens du mariage. Sa famille lui conseilla de se faire avorter afin de ne pas à avoir à élever deux enfants en l’absence d’un père. La famille alla jusqu’à lui offrir de défrayer les coûts de l’avortement.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

 

Pour une deuxième fois, cette femme se vit donc contrainte à affronter la dure réalité de la vie. «J’ignore ce que me réserve l’avenir, dit-elle, mais malgré les bonnes intentions de ma famille je ne puis me résoudre à cette démarche.» Et c’est ainsi, poursuivit l’abbé Majano, qu’elle redit de nouveau Non à l’avortement et Oui à la vie qui se développait en elle.

Treize ans plus tard, cette femme, qui entre-temps s’était mariée et vivait heureuse en ménage, dut néanmoins faire face à une troisième difficulté majeure : se retrouver enceinte au cours d’un traitement de chimio contre le cancer.

Les médecins lui suggérèrent d’avorter en affirmant «qu’il n’y avait aucune chance pour l’enfant de naître normal étant donné la force de la médication utilisée dans le traitement.»

Ce à quoi elle répondit : «Normal ou non, je ne puis pas et ne veux pas subir d’avortement.»

 «Encore une fois, dit l’abbé Majano, elle redit Non à l’avortement et Oui à la vie qui se développait en elle.»

Et de conclure: «Je trouve cette femme héroïque d’avoir affronté ces difficultés énormes tout en demeurant ferme dans ses convictions. Ce genre d’héroïsme est souvent passé sous silence dans notre société et il est rarement souligné; c’est pourquoi nous en faisons l’éloge aujourd’hui et nous la félicitons.»

Puis, ce qu’il ajouta provoqua alors comme une onde de choc dans tout le stade.

«Et à cette femme, qui par son courage et  sa fermeté demeura toujours fidèle à l’amour de la vie, je dis simplement : Merci maman, merci beaucoup!»

jeunes-pro-vie.jpg
L’acclamation de 15 000 jeunes se prononçant pour «la sauvegarde de la vie».

Tout le stade éclata en applaudissements. Puis, lorsque l’abbé eut signalé la présence de sa mère dans l’auditoire, tous ceux qui étaient sur la tribune (prêtres, évêques, cardinaux et un nonce apostolique) se levèrent pour applaudir avec encore plus de ferveur cette femme vraiment exceptionnelle. Les 15 000 assistants se joignirent à eux dans un standing ovation.

pretres.jpg
L’ensemble des prêtres, évêques, cardinaux ainsi que le nonce apostolique se lèvent debout pour acclamer les choix héroïques de Rosa.

Debout et émue de joie, la mère de l’abbé Majano, Rosa, n’arrivait pas à contenir ses larmes.

«Nous avons tous besoin de ce genre d’héroïsme» conclut l’abbé.

Après la messe, Rosa, 53 ans, confia au journaliste de LifeSiteNews que son fils prêtre était le fruit de sa deuxième grossesse, ce qui l’empêcha de poursuivre ses études collégiales.

«Voilà mon diplôme collégiale» dit-elle en souriant et en montrant son fils.

maman1.jpg
L’émotion de Rosa, la mère de l’abbé Majano, alors qu’elle reçoit les honneurs d’un standing ovation de la part des participants.

Cette mère de cinq enfants, un garçon et quatre filles, affirma qu’elle peut maintenant discerner le plan de Dieu sur son fils. «Jamais je n’aurais pensé qu’il pourrait devenir prêtre un jour. Dieu l’avait vraiment choisi dès sa conception.»

À toute femme confrontée à une grossesse difficile, elle offre ce conseil : «Ne vous découragez pas, Dieu a un plan … Il a toujours un plan et Il ne vous laissera pas seule.»

L’abbé Majano a par la suite encouragé les jeunes à se prononcer pour la sauvegarde de la vie.

«C’est extraordinaire d’être ici aujourd’hui car chacun de nous a reçu cette grâce d’avoir la vie et d’être ici pour le prouver.»

«Nous sommes ici pour défendre cette vie et pour soutenir cette cause au nom de ceux qui n’ont pas de voix et qui n’ont pas eu cette chance d’avoir la vie.»

maman2.jpg
Rosa Majano, 53 ans, affirme que «Dieu a toujours un plan» dans toutes les situations même dans celles qui sont les plus désespérées.

Dans une entrevue avec LifeSiteNews, l’abbé Majano précisa que sa vocation à la prêtrise est enracinée dans le Oui de sa mère. «Sans ce Oui, comment aurais-je pu découvrir le plan de Dieu sur moi ? Mais je crois également que sa force de caractère a joué non seulement dans sa prise de décision, mais aussi dans sa façon de nous élever. Tout jeune, je me rappelle qu’une visite à l’église était sa façon habituelle de régler les problèmes qui ne manquaient pas de surgir. Elle nous enseignait ainsi que Dieu est primordial dans toutes les situations de la vie. Cela ne pouvait que m’être bénéfique dans le discernement de ma vocation.» 

Pour de plus amples renseignements sur l’événement 2015 March for life à Washington, D.C., veuillez cliquer ici.

Publicité

×

DERNIÈRE JOURNÉE. L'objectif de notre campagne est atteint !

3626 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- MERCI !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire