M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

12,5 % des étudiantes actuelles de l'UQAM se sont faites avorter au moins une fois... jusqu'à plus de quatre fois!

Sur le site du Journal de Montréal du 15 mai 2014 :

(La carrière avant tout et malheureusement, tant pis pour l'enfant...)

(Photo : Ugo Dufour sur flickr.com, licence creative commons)

 

C’est ce qu’a constaté l’équipe de la sexologue Sylvie Lévesque, professeure à l’UQAM, qui a mené un vaste sondage auprès de 2345 étudiants de son université, âgés en moyenne de 26 ans, à l’automne 2013. (...)

48,5 % des étudiantes se sont déjà tournées la pilule du lendemain, et 10,6 % d’entre elles l’ont fait quatre fois ou plus.

Ce qui augmente considérablement le nombre d'avortements à l'UQAM de ces jeunes filles qui connaissent très bien les moyens de contraception et ne font qu'utiliser un moyen de contraception supplémentaire : l'avortement.

L'article nous donne ces statistiques révélatrices de l'inefficacité de la contraception et de la mentalité contraceptive : 

-73,95 des filles utilisent la pilule contraceptive

-8,55 % portent un stérilet, source de multiples avortements non comptabilisés.

La propagande contraceptive n'a aucune efficacité. Seule une éducation sexuelle pourrait améliorer la situation. Mais l'enseignement sur l'amour, la responsabilité, la fidélité n'a pas la cote au Québec. On préfère « responsabiliser » les jeunes en leur enseignant comment enfiler un condom, ce qui leur permettra de jouer à la roulette russe avec les MTS et les incitera à avorter d'un enfant qu'elles auront appris à détester, parce qu'on leur a enseigné que la carrière passe avant tout...

Comment peut-on obliger une Universitaire à « gaspiller » sa vie avant d'avoir une carrière? On dira que l'enfant est un amas de cellules, c'est tout...

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire